Entreprises | Créteil | 13/06
Réagir Par

La nouvelle garde entrepreneuriale s’est retrouvée à la CCI du Val-de-Marne

Entre 350 et 400 chefs et cheffes de jeunes entreprises ou porteurs de projets en Val-de-Marne ont répondu présent à la soirée Welcome de la CCI ce mardi 12 juin, pour participer à des ateliers conseil (convaincre son banquier, réussir sa communication, développer sa stratégie digitale…) ou rencontrer des partenaires. Retour en images sur cette première édition.

Ambiance de ruche entrepreneuriale ce mardi soir à la Chambre de commerce et d’industrie du Val-de-Marne. De la grande salle de réception aux espaces de coworking, la nouvelle garde de l’économie locale s’est retrouvée pour échanger, identifier des partenaires potentiels et prendre conseil auprès de spécialistes.

Dans la salle Agroalia, qui accueille habituellement des entrepreneurs de passage sur ses postes de travail, côté jardin, se-sont succédé des FAQ (foire aux questions) sur le recrutement, la protection sociale, le réseautage, la communication… avec parfois tellement de participants qu’il a fallu dédoubler les groupes. « Je n’avais pas prévu la communication dans mon business plan« , réalise un prestataire de dispositif médical. « Que faire quand une action de communication ne marche pas », questionne une créatrice.

Dans la salle Agroalia, on planche sur la communication

« Je suis venu ce soir pour me renseigner sur la prévoyance, la protection sociale, la communication et le digital », résume Cyril Guetta, qui commence à se payer, deux ans après avoir créé Vending Trading Consulting, une entreprise de conseil et commerce de gros. L’entrepreneur de Maisons-Alfort a également commencé à développer son secteur en créant avec un associé une startup, Pickr, qui commercialise des en-cas bio auprès des entreprises. Doris, qui s’est lancée dans l’événementiel, est venue à l’atelier digital pour savoir par quel bout s’y prendre pour bâtir sa stratégie et choisir un prestataire.

Cyril, spécialiste de la distribution de produits sains, est venu chercher des infos sur la protection sociale, le digital et la communication.

Le numérique, c’est justement le domaine de l’association Ici, dédiée à à l’innovation pour la citoyenneté sur Internet qui aide à l’autonomisation numérique par des ateliers et qui porte actuellement le projet MedNum94 qui consiste à former des publics en situation d’exclusion à devenir des médiateurs numériques capables d’aider les petites et moyennes entreprises à opérer leur transition numérique. « Notre objectif est de former 150 jeunes », expose Damien Monnerie, directeur de l’association.

L’association Ici propose de former des médiateurs numériques pour accompagner les TPE-PME.

Côté digital toujours, 5 Discovery de Luxor Group est venu présenter une solution de mise en situation à 360 degrés.

La solution, testée par une entrepreneure en architecture.

En dehors des ateliers FAQ, les créateurs font le tour des stands, la plupart du temps avec une idée déjà bien précise de ce qu’ils sont venus chercher. « Moi je suis venu chercher des financements et j’ai pu rencontrer une banque qui m’a proposé des solutions intéressantes », pointe Wilhem Clery, qui a lancé une agence immobilière Arthurimmo à Créteil il y a deux ans et demi, et déjà rejoint un club d’entreprises, le Cecap.

Invité par le Cecap, Wilhem Clery est venu rencontrer les banquiers pour évaluer les différentes opportunités de financement.

Au stand Tudigo, spécialiste du financement participatif, Colombe Lecoufle, qui a repris l’entreprise familiale de culture et création d’orchidées à Boissy-Saint-Léger, est venue se renseigner pour s’attaquer à la réhabilitation de la serre historique. Une autre participante prévoit de son côté de lancer une épicerie. « Nous intervenons sur tous les projets qui ont un ancrage territorial« , indique Alice Lauriot dit Prévost, responsable des partenariats.

Au stand Tudigo, on travaille sur le financement participatif

Au-delà du financement, on cherche aussi des locaux et des incubateurs, à l’instar d’Annie, qui a un projet de développement de produits alimentaires innovants à partir d’ingrédients africains, et est venue se renseigner auprès de la pépinière Rungis & Co, portée conjointement par la CCI et la Semmaris (société qui exploite le MIN de Rungis).

« L’objectif de ce rendez-vous était de mettre les entreprises de moins de trois ans à l’honneur et de leur montrer que la CCI n’est pas seulement là pour les immatriculer. Nous voulions faciliter l’accès des entrepreneurs aux institutions, aux conseils, aux partenaires potentiels, en leur permettant de les contacter directement, et aussi les aider à rompre la solitude du dirigeant. Nous avons réparti l’espace entre des conférences thématiques d’une demi-heure chacune et des stands de partenaires (financement des entreprises, numérique, clubs d’entreprise…) », expose Frédéric Lamprecht, élu à la CCI du Val-de-Marne à l’initiative de la soirée. Un pari réussi. Sur 450 inscrits, plus de 350 ont réussi à faire place dans leur agenda déjà enseveli pour participer à la soirée.

Frédéric Lamprecht, élu à la CCI du Val-de-Marne en charge des nouvelles entreprises, de l’apprentissage et de la communication, et dirigeant de l’entreprise de production audiovisuelle MJAM Prod, qui édite notamment l’Explorateur des métiers – un outil d’aide à l’orientation.

Dans la grande salle, services économiques des établissements publics territoriaux (EPT) et clubs d’entreprise accompagnent les dirigeants sur l’ancrage territorial et le réseau. Grand Orly Seine Bièvre, Grand Paris Sud Est Avenir et Paris Est Marne et Bois, les trois territoires sont au rendez-vous.

Avec une soixantaine de personnes, le service de développement économique du Grand Orly Seine Bièvre (territoire T12 qui va d’Ivry – Gentilly – Le Kremlin jusqu’à Orly en passant le Val-de-Bièvre) travaille à la fois sur l’accompagnement des entreprises dans le territoire et l’ingénierie de financement de grands projets de développement. Le territoire constitue le plus gros pôle économique du département avec des sites comme le MIN de Rungis et l’aéroport d’Orly, la filière santé dans le Val-de-Bièvre et les anciennes villes industrielles en pleine reconversion du côté de la Seine Amont.

Au centre du département, Grand Paris Sud Est Avenir couvre les anciennes agglomérations de Plaine centrale, le Haut-Val-de-Marne et le plateau briard. Le service économique est venu présenter sa palette de services aux entreprises, de la politique de filière à l’accompagnement à l’implantation, avec notamment des pépinières, hôtels d’entreprise, tiers lieux. Le plus étendu du département, le territoire T11 travaille activement à son maillage.

Situé à l’Est du département, des villes riveraines du bois de Vincennes et de Paris à celles qui bordent Marne-le-Vallée, Paris Est Marne et Bois (T10) veut constituer une alternative à la Défense pour les entreprises de la City qui fuiront le Brexit, et parie à fond sur la Fintech pour ses sites de Val-de-Fontenay et Charenton-Bercy, ainsi que sur le cluster audiovisuel du côté des Studios de Bry-sur-Marne et de l’INA.

Symbole du développement dans le territoire Paris Est Marne et Bois, la maquette du futur quartier Marne Europe et ses tours en bois, qui s’érigera autour de la station Bry Villiers Champigny (à côté d’Ikéa), dévoilée dans l’espace coworking.

Indispensables pour éviter la solitude du dirigeant, les clubs d’entreprise n’ont pas manqué le rendez-vous. Gravelle Entreprendre, Saint-Maur Entreprendre, Vivre et Entrepredre, Cecap, Entreprises Dynamique Champigny… ont accueilli de nouveaux adhérents.

« Un club d’entreprise, c’est du partage d’expériences, des gens moteurs qui donnent de leur temps, une source de business car chaque membre est l’ambassadeur de tous les autres, c’est aussi de l’excellence« , résume Michel Sasportas, président du Cecap, à l’initiative notamment d’un label entrepreneur RSE et d’une cellule performance.

Entre les trois futures coach-consultantes (à gauche sur la photo) et les représentants de Saint-Maur Entreprendre, la discussion s’engage rapidement. Des professionnels qui se lancent dans le coaching, il y a en a des wagons en ce moment. Comment se différencier ? Chacune a sa spécialité : la transition, la prise de décision, le commercial… Questions et conseils s’enchaînent. Des futures adhérentes sans doute.

Vivre et Entreprendre et Entreprises dynamiques Champigny ne sont pas en reste parmi les clubs présents. Parmi les préoccupations du moment, le RGPD (Réglement général sur la protection des données). Vivre et Entreprendre vient de faire un atelier à ce sujet, Champigny va s’y atteler. Voilà un des exemples de thématique sur lesquels les entrepreneurs ont besoin de partager les bonnes pratiques.

Pour se rafraîchir, Olivier Spinner, créateur de l’Iced Bottle médaillé du récent Concours Lépine, présentait son prototype de seau à glace en glace, avec juste l’espace pour loger des bouteilles. A venir dans le futur : un modèle pour particulier que l’on pourra ranger dans son congélo.

Olivier Spinner, créateur de l’Iced Bottle

Merci de votre lecture !

Nous mettons nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez contribuer à notre développement et notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *