Publicité
Publicité: Entrepreneur#Leader CCI Ile-de-France
Décès | Nogent-Sur-Marne | 12/06
Réagir Par

Yvette Horner, la reine de l’accordéon disparaît

Publicité

Des bals musette à Boy George en passant par la country américaine ou Maurice Béjart, Yvette Horner a démontré que l'accordéon s'accordait à tous les styles. L'artiste à la chevelure flamboyante est décédée ce lundi, dans sa 96ème année, après 2000 concerts et plus de 150 disques.

Née en 1922, la jeune musicienne est la première femme à remporter la Coupe du monde de l’accordéon, à 26 ans. Le début d’une longue séries de récompenses. Mais c’est sa présence dans la caravane du Tour de France, à l’initiative du sponsor Calor, qui la fait connaître du grand public et la popularise. Elle accompagnera les cyclistes chaque été durant onze ans. Éclectique dans ses choix, l’accordéoniste multiplie concerts et collaborations artistiques durant plus de soixante ans, donnant son dernier concert en 2011. Native de Tarbes, c’est à Nogent-sur-Marne, ville des guinguettes, que l’artiste élira domicile pendant plus de  cinquante ans. Elle y habite près du bois de Vincennes jusqu’en 2005, dans un pavillon peuplé d’accordéons, instruments de musique ou éléments de décor, comme l’imposante cheminée construite par son père.

La ville, dont elle est citoyenne d’honneur, lui a déjà consacré une promenade le long des bords de Marne, à côté du square Tino Rossi. Ce matin, la commune a du reste mis ses drapeaux en berne. Une messe sera donnée en l’église Saint-Roch de Paris, l’église des artistes, mardi 19 juin 2018 à 10h30. Yvette Horner sera inhumée mercredi 20 juin à Tarbes.

Le livre Nogent et Le Perreux Eldorado en bord de Marne, consacre un chapitre à Yvette Horner et sa résidence de l’avenue de la Source

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi