Urbanisme | Vitry-sur-Seine | 14/06
Réagir Par

La future Zac Chérioux en images

La future Zac Chérioux en images © L'autre image

Remporté par l’équipe de Bouygues (Linkcity) dans le cadre de l’appel à projets Inventons la métropole, l’aménagement de la zac Chérioux a été présenté ce lundi soir aux habitants de Vitry-sur-Seine. Réactions et images. 

Situé au bord de la RD7, le domaine de 36 hectares qui accueillait initialement un orphelinat reste consacré à la jeunesse avec un collège, un lycée et un pôle universitaire. Le domaine est la propriété du département et fait l’objet d’une zac depuis 2011, portée par la Sadev94. L’enjeu du projet est de doper ce pôle de formation pour en faire un campus au goût du jour avec notamment un centre de 11 000 m² dédié à la formation aux nouveaux métiers du bâtiment (transition énergétique, électricité, génie climatique, couverture, plomberie et chauffage) qui  doit accueillir sa première promotion de 650 apprentis en septembre 2020, le double l’année suivante. Il accueillera également un incubateur et un fablab. Le permis de construire de cet « Eco-campus » a été déposé en mars. Cet investissement, d’une trentaine de millions d’euros, est porté par l’Etablissement Public Territorial de Grand-Orly Seine Bièvre, le Conseil départemental du Val-de-Marne, le Conseil régional d’Ile-de-France, l’État – via le Programme d’Investissements d’Avenir -,  ainsi que des partenaires privés (CSEEE, GCCP, Qualigaz et l’Association paritaire d’action sociale du BTP (APAS). Doit également intervenir Global Open Campus,  partenaire de Bouygues pour remporter l’appel à projets, un concept exploité par la société bretonne Campus d’Enseignement Supérieur Privé (CESP) qui a créé le Brest Open Campus et souhaite développer un réseau de campus dans le même esprit.

Au-delà de la formation, le projet remporté par l’équipe de Bouygues en novembre 2017 comporte également un espace sportif de 2500 m2, un hôtel, des commerces et des entreprises (15 000 m2). Au total, le projet d’aménagement doit se déployer sur 80 000 m2.

En termes d’architecture, l’équipement se signalera dans le paysage du domaine Chérioux par une tour tandis que le patrimoine ancien sera réhabilité pour créer de nouveaux espaces et favoriser la vie de quartier. Ainsi, le bâtiment surnommé « La Chapelle », face à l’église devrait subir des travaux aux cours de l’année 2019 pour accueillir deux salles d’une trentaine de mètres carrés ainsi qu’une salle polyvalente. Il est prévu d’y installer un centre pour pré-adolescents et de proposer sa location à des associations locales.

Concernant les déplacements, le domaine sera exclusivement dédié aux déplacements doux et va sérieusement revoir ses accès pour faciliter les traversées. La coulée verte départementale Bièvre-Lilas doit ainsi traverser Chérioux pour rejoindre le parc des Lilas. Un aménagement paysager sera réalisé autour de la pelouse centrale, avec notamment de grandes aires de jeux pour les enfants. Six accès doivent être créés pour permettre aux riverains de ne plus avoir à contourner le domaine. Il faudra toutefois patienter un peu avant l’ouverture de ce nouvel espace vert puisque les bâtiments anciens vont devoir repenser et réaménager leurs accès vers l’extérieur du parc.

Dans la salle, la trentaine de participants à la réunion publique s’inquiète d’abord du coût de l’investissement. « Peut-on avoir une idée du coût total du projet et la proportion de l’engagement des différents financeurs ? » Michel Leprêtre, président du territoire Grand Orly Seine Bièvre, rappelle le budget global de 36 millions d’euros dont 9 millions d’euros de l’État dans le cadre du plan investissement avenir (voir plus haut). « Nous n’avons pas encore de plan de financement général », précise-t-il.

Les autres réserves concernant la transformation paysagère du site, la sécurité, le manque de commerce et les risques de spéculation immobilière. Certains interprètent la cession de l’aménagement du domaine à des promoteurs comme un renoncement aux services publics de proximité. D’autres voudraient que l’aménagement porte aussi sur leur quartier. « Au Moulin Vert, nous voyons que ça pousse mais que ce n’est pas pour nous », déplore un habitant. « Nous attendons que vous donniez un signal à la jeunesse de notre quartier parce que nous nous sentons abandonnés. » 

« L’objectif de ce pôle de formation est de lutter contre le chômage qui frappe en particulier les jeunes de notre ville. Nous avons un pari collectif à relever pour orienter une partie de la jeunesse de ce quartier vers l’EcoCampus pour lui ouvrir des perspectives d’avenir. Enfin, nous poursuivons notre politique municipale volontariste pour permettre à chacun de nos quartiers de conserver leur identité. Nous souhaitons empêcher dans le futur plan local d’urbanisme la démolition d’habitations, dans les quartiers pavillonnaires pour construire autre chose que des maisons individuelles », enjoint Michel Leprêtre.

Le plan d’ensemble

Merci de votre lecture !

Nous mettons nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez contribuer à notre développement et notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

3 commentaires pour La future Zac Chérioux en images

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *