Culte | Accueil Val de Marne (94) Ivry-sur-Seine | 13/12/2019
Réagir Par

A Ivry-sur-Seine, la nouvelle mosquée a son terrain

A Ivry-sur-Seine, la  nouvelle mosquée a son terrain

Après 15 ans de travail, le projet de construction de mosquée à Ivry-sur-Seine s’est concrétisé ce jeudi par la signature d’un protocole de cession du foncier de la ville à l’association cultuelle, entre le maire, Philippe Bouyssou, et le président du collectif Annour, Mohamed Akrid.

«Aujourd’hui est un jour de fête qui va marquer l’histoire de la communauté musulmane et de toute la ville d’Ivry-sur-Seine», se réjouit Mohamed Akrid, président du collectif Annour, devant un public composé essentiellement de fidèles mais également d’élus municipaux et départementaux et de représentants des cultes. «Avec cette signature, le projet n’est plus seulement sur de bons rails, il est irréversible !», insiste le maire.

Reste désormais à construire. Le coût global de la future mosquée (terrain + construction) est estimé à environ 6 millions d’euros et les fidèles sont déjà parvenus à récolter un peu plus de la moitié des fonds nécessaires. Le collectif mise beaucoup sur 2020 pour trouver les financements manquants, année où les travaux devraient débuter. «Je sais que la période du Ramadan est particulièrement propice pour la collecte et je vais demander à mes services d’avancer plus rapidement notamment pour entamer les démolitions des locaux de l’association Bergers en Seine situé sur l’emprise», a indiqué le maire.

Une fois que le collectif aura réuni les fonds nécessaires à la construction de la mosquée, la municipalité signera un accord de cession du terrain avec des facilités de paiement étalées sur 15 ans. Ce foncier doit encore faire l’objet d’une estimation par le service des domaine mais la municipalité évoque un coût avoisinant 1,5 millions d’euros.

© Fb

Hommage à Pierre Gosnat, opposant devenu ange-gardien

Avant la signature du protocole ce jeudi soir, plusieurs hommages ont été rendus aux «anges-gardiens», comme les a appelé Mohamed Akrid, qui ont permis à ce projet de voir le jour. Le président du collectif Annour a égrainé les noms des fidèles et des imams, particulièrement investis pour leur communauté puis s’est longuement attardé sur le rôle prépondérant de l’ancien député-maire d’Ivry-sur-Seine, Pierre Gosnat. «Les premiers contacts n’ont pas été faciles», a reconnu le responsable associatif, reconnaissable sur des photos de 2006, sur le parvis de l’hôtel de ville, un mégaphone à la main, à la tête d’une manifestation de musulmans d’Ivry-sur-Seine réclamant un lieu pour pratiquer leur culte dignement. «Puis, cet homme d’exception qui n’était pas croyant du tout mais qui croyait en l’égalité entre les hommes a fait en sorte que toute son équipe municipale mobilise son énergie autour de notre projet».

Mohamed Akrid est ensuite revenu sur les 15 longues années qui ont permis d’aboutir à la délibération du conseil municipal votée en juin dernier puis à cette signature. «Nous souhaitions qu’il y ait le plus grand consensus possible autour de cette mosquée. Je remercie nos opposants qui finalement, nous ont permis de faire toute la transparence sur notre projet. Grâce à ces réunions publiques, ces réunions de travail avec les élus de tous les partis politiques, à l’aide de nos frères des mosquées amies, nous avons pu construire quelque chose d’exemplaire».

Une mosquée ouverte sur la ville

Le futur bâtiment de 1920 mètres carrés va se situer au cœur de l’îlot Rousseau dans un quartier d’Ivry-Port en pleine mutation. 65% de la mosquée va être dédié à la pratique du culte avec une capacité de 5000 personnes (3000 fidèles se rendent en moyenne à la salle de prière provisoire le vendredi et 6000 lors de l’Aïd) mais l’espace restant aura une dimension culturelle avec la possibilité d’y installer un salon du thé, un restaurant ou encore une bibliothèque.

«Je salue la présence parmi nous aujourd’hui de nos frères de la communauté juive, du curé Yves (Petiton) et des imams présents. En ces temps difficiles où les tentations de haine se multiplient, les religions ont un rôle à jouer. Nous avons un devoir impérieux de faire en sorte que notre pays reste le plus soudé possible. Notre pays est grand quant il est uni et quand il est multicolore. Il est temps de sortir de nos paroisses respectives et d’aller sur le terrain», s’est exprimé l’iman Bajrafil.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Cet article est publié dans avec comme tags Culte, Islam, , mosquée, , Pratique religieuse, religion
10 commentaires pour A Ivry-sur-Seine, la nouvelle mosquée a son terrain
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi