Politique locale | Accueil Val de Marne (94) Thiais | 26/03/2019
Réagir Par

A Thiais, l’ex-PS Philippe Patry rejoint Génération Ecologie

A Thiais, l’ex-PS Philippe Patry rejoint Génération Ecologie

(Mise à jour 26 mars) Tête d’une liste PS-EELV aux élections municipales de 2014 à Thiais, le socialiste Philippe Patry a fait campagne pour Benoit Hamon au premier tour de la présidentielle bien que ce dernier n’ait pas été son premier choix aux primaires de la gauche. C’est au moment des législatives qui ont suivi

que l’élu a pris ses distances avec le parti, défendant la candidature de Jean-Jacques Bridey, passé du PS à LREM. «Pour moi, le choix de Benoit Hamon a été un échec et je pensais qu’il était suicidaire de présenter un candidat PS», se souvient l’élu d’opposition. S’il ne renouvelle pas son adhésion au PS, il ne rejoint pas non plus LREM, confiant «ne pas avoir été complètement séduit par la séquence En Marche». En ce début 2019, l’élu a finalement rejoint Génération Ecologie, le mouvement présidé par Delphine Batho, proche de la majorité présidentielle. «Je ne veux pas être dans une démarche de clivage. Je me retrouve dans la démarche de Génération Ecologie», explique-t-il, indiquant avoir beaucoup échangé avec François Vitse, maire adjoint d’Alfortville ex Modem et ex PRG, passé chez Génération Ecologie au moment de la réunification des deux partis radicaux.

L’élu reste en revanche en piste pour 2020. «Il va falloir travailler à un grand rassemblement».

Mise à jour à 17h45 : «Génération Ecologie ne fait pas partie de la majorité présidentielle. Génération Écologie est le parti de l’écologie libre et indépendant. Pour les années qui viennent, notre orientation stratégique est celle de l’autonomie et de l’indépendance de l’écologie que nous voulons construire comme un nouvel acteur majeur du paysage politique en France. (…) Les bouleversements du paysage politique commencés en 2017 ne sont pas achevés. Nous avons pour ambition de combler le vide actuel, étape après étape, en ne perdant jamais de vue que notre priorité est les échéances des élections locales qui doivent asseoir la construction de notre mouvement dans les territoires et faire émerger une nouvelle génération d’écologistes», précise François Vitse.

 

 

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi