Manifestation | Accueil Val de Marne (94) Val de Marne | 06/12/2019
Réagir Par

AG, cortèges… le Val-de-Marne a manifesté pour les retraites

AG, cortèges… le Val-de-Marne a manifesté pour les retraites

En car affrété par les syndicats, en covoiturage ou à vélo, habitants et professionnels du Val-de-Marne n’étaient pas en reste ce jeudi 5 décembre dans la manifestation contre la réforme des retraites qui a concentré entre 65 000 (selon la police) et 250 000 personnes (selon les syndicats) à Paris. Une mobilisation commencée dès le matin en AG. Ce vendredi, c’est à Créteil qu’un rassemblement est prévu. La grève dans les transports est par ailleurs reconduite jusqu’au 9 décembre inclus.

« Je suis manipulatrice en radiologie et l’allongement du temps de travail m’inquiète, quand je serai plus vieille comment je traînerai mon matériel… la seule solution, ce-sont des actions comme celle d’aujourd’hui », insiste une salariée d’un hôpital de Villejuif. Dans les hôpitaux, le mouvement a aussi été très suivi. Aux Hôpitaux de Saint-Maurice par exemple 388 professionnels avaient débrayé. « Le 14 novembre (ndlr, jour de grève spécifique à la réorganisation au sein de leur établissement), nous étions 245″, compare David François, délégué CGT.

En tête du cortège parisien, les manifestants avancent dans le calme vers la place de la Nation à coup de « Macron démission » ou encore «  Même si Macron ne veut pas, nous on est là ». Johan, enseignant de physique dans un lycée de Charenton-le-Pont, fait ses comptes. « Ne plus prendre en compte les six derniers mois de nos carrières nous expose à une perte de plusieurs centaines d’euros par mois. La justice sociale selon Macron ne peut pas être un euro gagné= un euro cotisé, car il y a des enjeux de solidarité et de pénibilité qui doivent être pris en compte », conteste l’enseignant de 38 ans qui concède un point au rapport Delevoye concernant l’âge pivot de 64 ans. « Tant que ma santé me le permet, la question de l’âge ne me pose pas particulièrement de problème. » Banderole en main, Johan a posé ses jours de RTT jusqu’à mardi mais a un cas de conscience en venant manifester car il doit « terminer le programme ». Le ministère de l’Éducation nationale a recensé 51,15 % d’enseignants grévistes dans le primaire et 42,32 % dans le secondaire, tandis que les syndicats, eux, indiquent que 70 % des enseignants étaient en grève. Dans le Val-de-Marne, la moitié des écoles maternelles et élémentaires étaient fermées et très peu d’enseignants faisaient cours dans celles qui restaient ouvertes.

Dans le cortège Boulevard Voltaire

Un gilet jaune debout sur un banc tente de retrouver ses amis parmi la foule. Pour lui, la réforme de la retraite est la « dernière boîte de Pandore », mais « c’est un système tout entier qu’il faut changer ». Un couple observe la foule. « Par principe je viens à la manifestation, c’est très important d’être là, il y a toujours un besoin d’être sur place pour voir comment cela se passe. J’ai été à beaucoup de manifestations avant et j’aime voir cette convergence des luttes », explique la femme, venue de Gentilly en voiture. 

Quelques affrontements éclatent place de la Nation entre les forces de l’ordre et les manifestants. La zone est remplie de gaz lacrymogène. Des groupes de manifestants font demi tour pour partir à la première sortie où les policiers les autorisent à sortir. Isabelle, au chômage, vient manifester pour la première fois. « J’avais peur de manifester avant à cause de la répression policière mais des amis fonctionnaires m’ont encouragée, je pense continuer à manifester et pas que pour la réforme des retraites », témoigne la quinqua.

A l’entrée de la Place de la Nation

La seconde moitié du cortège, retardée plus tôt dans l’après midi place de la République, piétine boulevard Voltaire. C’est le cas de l’adjointe au maire de Choisy-le-Roi, Anne-Marie Arnaud, postée près de la camionnette CGT 94. « Je suis contre la perspective du projet de loi, il y a un besoin de réformer mais pas avec le système à points. Et puis, le déficit peut être comblé si on rapatrie les cotisations en se battant contre l’évasion fiscale », développe l’élue qui témoigne avoir manifesté toute sa vie. Selon le Conseil d’orientation pour des retraites (COR) publié en novembre, le déficit du système de retraite pourrait atteindre entre 7,9 milliards et 17,2 milliards d’euros en 2025. « Je suis là pour les jeunes, tous les privilèges qu’on a acquis sont peu à peu perdus », insiste Sylvain, fonctionnaire territorial de Vitry-sur-Seine.

Entraide et plan B pour se déplacer 

Pour un certain nombre de manifestants, notamment les enseignants, la mobilisation a commencé dès le matin, en AG. Comme à Villejuif, à l’école Paul Vaillant-Couturier, où l’on s’entraide pour le transport. « Qui a des problèmes pour se rendre à Paris? » questionne Luc Bénizeau, délégué Snudi-Fo. Plusieurs profs sont concernés. Sur les 120 places des trois cars que les syndicats ont affrété à Villejuif, toutes les places sont déjà prises. Pour les derniers, le covoiturage s’organise.

AG à l’école Paul Vaillant Couturier

Les usagers des transports semblent avoir anticipé les perturbations annoncées depuis plusieurs semaines. Début de matinée, le quai du RER A, qui ne circulait qu’à raison de 1 train sur 2, uniquement aux heures de pointe, est quasi-vide. L’après-midi en revanche, la foule se masse pour attendre le 185 direction Porte d’Italie, face à la station fermée de Villejuif Louis-Aragon. Un jeune homme s’exaspère: « ils n’ont trouvé que ce jour pour faire leur grève, le jour le plus froid ! » D’autres usagers se sont rabattus sur le vélib. Ce vendredi à la RATP, le trafic restera « extrêmement perturbé », avec 10 lignes de métro fermées. Côté SNCF, 90 % des TGV, 70 % des TER, 85 % des Transilien seront annulés.

Rassemblement dans le Val-de-Marne

Dans le Val-de-Marne, CGT, FO, SOLIDAIRES, la FSU et l’UNEF ont appelé à une manifestation départementale interprofessionnelle ce vendredi 6 décembre qui partira à 14h30 de Créteil Eglise pour se rendre à la préfecture. Une AG est ensuite programmée à 17 heures à la Maison des syndicats.

Stations de Vélib près de Place d’Italie
Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi