Culture | Le Plessis-Trévise | 01/03
Réagir Par

Au Plessis-Trévise, le château des Tourelles joue l’éclectisme

Publicité

Peinture, sculpture, gravure, photographie, aquarelle, textile, poterie, tapisserie, collage… Au Plessis-Trévise, le château des Tourelles veut tracer son identité culturelle tout en respectant la diversité des supports. Rappel historique et coup d'oeil sur le programme 2019 avec Sophie-Charlotte Riedinger, responsable des expositions.

C’est dans un parc de 4 000 m2 , vestige du domaine de La Lande, à l’origine même de la naissance de la ville, reconnue comme commune à part entière seulement depuis 1899, que se dresse le château et ses tourelles. L’histoire du domaine, elle, commence avant la révolution, par l’acquisition de deux parcelles par le prince de Conti, et se poursuit sous l’empire napoléonien, au début du 19ème siècle, date à laquelle il est acquis par le maréchal Edouard Mortier, devenu duc de Trévise, d’où le nom emprunt d’Italie de la future commune. A l’époque, le domaine est vaste de plus de 500 hectares et ce n’est que dans la seconde moitié du 19ème siècle qu’il commence à être loti (voir l’historique du lotissement). Un château existe alors, qui accueille un temps une clinique hydrothérapique sous l’égide du docteur Louis Fleury, jusqu’à la guerre de 1870 durant laquelle les Prusses occupent le domaine qui sera bombardé. Le château actuel, lui, sera construit vers 1882, propriété d’Arsène Ozanne. La bâtisse en meulière, agrémentée de deux tours et d’une façade ornée de briques et de pierres, témoigne de l’architecture du 19ème siècle. De succession en succession, le château et ses 4000 m2 de parc deviennent propriété de la ville en 1989.

A l’extérieur, on peut y croiser le maréchal Mortier, dans sa statue de marbre. A l’intérieur, le rez-de-chaussée a conservé sa grande cheminée en brique et en bois peint sculpté. Depuis 2001, ce lieu centenaire reçoit dans ces murs des expositions mensuelles d’artistes contemporains. Des annexes,  restaurées puis agrandies en 2002, peuvent accueillir des ateliers artistiques. Les artistes sont sélectionnés par l’Association Rencontres Animations Plesséennes (ARAP), en lien avec la ville.

« Nous souhaitons que ce lieu reste ouvert et ne s’enferme pas dans un style. Nous pouvons organiser les différences pour proposer quelque chose d’harmonieux et d’innovant. Mon ambition est d’arriver à trouver une ligne éditoriale pour cet espace », motive Sophie-Charlotte Riedinger, récemment nommée responsable des expositions, qui souhaite explorer davantage l’art abstrait et l’art contemporain. « L’objectif est d’ancrer le château des Tourelles dans une dynamique artistique pour qu’il soit identifié comme étant un lieu innovant en art. À long terme, cela peut passer par un événement phare comme un festival ou un salon. »

Pour ce lieu chargé d’histoire, l’obstacle principal reste l’éloignement de Paris. Un défi qui peut aussi être un atout. « Dans l’obligation de se déplacer, on se prépare inconsciemment à découvrir quelque chose. C’est une invitation à se muter. Quand vous vous promenez à Paris, au bout de trois galeries, vous ne voyez plus rien. Au niveau du mental et du cœur, il y a plus rien qui se passe », invite l’artiste peintre Isabelle Valode, actuellement à l’affiche avec Saïd El Djama dans le cadre de l’exposition Couleurs et matières qui se tient jusqu’au 4 mars.

 

 

A découvrir au château des Tourelles ce printemps

A l’occasion de la journée internationale des femmes, suivront les regards de trois femmes, Catherine Clochette, Sylvie Demolières et Annie Iriarte, dans Trilogie féminine, à voir du 6 mars au 2 avril. Temps fort du printemps, le 11ème salon de l’aquarelle aura lieu pendant le mois d’avril avec un collectif animé par Annick Berteaux. En mai, c’est l’art animalier qui prendra ses quartiers au château, et, pour clôturer la saison 2018/2019, suivi des clichés du photographe Robert Ansel, entre 5 juin et 16 juillet. À la rentrée, en septembre, carte blanche sera donnée à l’association ACAP 94 (Association d’Arts Plastiques de Champigny et du Val de Marne).

Pour la saison 2019-2020, les thématiques sont déjà esquissées : la mythologie, l’enfance, l’illustration, l’exotisme, les songes/les rêves, la musique, le cinéma, le street art, le land art, les éléments (l’eau, l’air, le feu, la terre), le temps qui passe, l’autoportrait, l’allégorie…

Informations pratiques

Adresse : 19 avenue de la Maréchale – 94420 Le Plessis-Trévise.
Horaires : lundi au vendredi de 14h à 17h, le samedi et le dimanche de 15h à 18h.
Tarif : entrée libre.

Page Facebook du château

A lire aussi :

Ouverture au public de la Bibliothèque Smith-Lesouëf à Nogent-sur-Marne

A Vitry-sur-Seine, le Mac/Val explore l’hospitalité en trois temps

A Gentilly: la Maison Robert Doisneau explore la photographie humaniste

Vitry-sur-Seine : l’Exploradôme prépare son anniversaire et s’attaque aux fake news

A Nogent-sur-Marne, la Maba met le cap sur le jeune public

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi