Société | Val de Marne | 11/03
Réagir Par

Cardinal Barbarin : du Val-de-Marne au diocèse de Lyon

Cardinal Barbarin : du Val-de-Marne au diocèse de Lyon © MEDEF — _FBU3626
Publicité

«Le moment où j’ai été le plus heureux dans ma vie de prêtre est lorsque j’étais curé de Boissy-Saint-Léger», confiait le cardinal Philippe Barbarin au journal Paris Match*, en 2012. A l'époque pourtant, l'affaire du prêtre pédophile Bernard Preynat ne l'avait pas encore éclaboussé. L'interview se déroulait dans le cadre de sa croisade contre le mariage pour tous.

A la une de l’actualité comme symbole du silence de l’église face à ce qu’elle ne veut pas voir, le cardinal Philippe Barbarin a été nommé archevêque de Lyon et primat des Gaules en 2002 puis créé cardinal par Jean-Paul II lors du consistoire du 21 octobre 2003.  Avant ce parcours au diocèse de Lyon, le cardinal a commencé sa vocation dans la Val-de-Marne, pendant aussi longtemps. Elève d’abord, c’est au lycée Marcellin Berthelot de Saint-Maur-des-Fossés que le futur prélat a étudié après son retour de Rabat. Après des études de séminariste à Paris, c’est à Alfortville qu’il sera ensuite ordonné prêtre en décembre 1977, à 27 ans. Il devient alors vicaire et aumônier du lycée Berlioz de Vincennes de 1978 à 1985. A Vincennes, il crée l’équipe Saint-Louis. Vicaire paroissial et aumônier de son ancien lycée Berthelot de 1985 à 1991, il devient ensuite curé de Boissy-Saint-Léger de 1991 à 1994, tout en étant délégué diocésain à l’oecuménisme. Après quatre ans à Madagascar de 1994 à 1998, il reviendra à nouveau dans le Val-de-Marne, comme curé de Bry-sur-Marne, pendant un petit mois, avant  de passer de l’autre côté de la Loire comme évêque de Moulins puis archevêque de Lyon.

* Lire l’article de Paris Match

Voir aussi l’article de France Info dans lequel plusieurs fidèles se souviennent du passage en Val-de-Marne du primat des Gaules.

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi