Logements | Accueil Val de Marne (94) Champigny-sur-Marne | 28/10
Réagir Par

Champigny-sur-Marne: des locataires Valophis refusent de payer pour la pisse des indélicats

Champigny-sur-Marne: des locataires Valophis refusent de payer pour la pisse des indélicats
Publicité

Dans le quartier des Boullereaux à Champigny-sur-Marne, un avis aux locataires de Valophis Habitat a fortement agacé, suscitant la création d’un collectif.

Dans cet avis, affiché dans le hall de l’immeuble du 16 rue Copeau, le bailleur social regrette constater fréquemment « de l’urine et des déjections humaines et animales » dans les halls d’entrée et les ascenseurs. Après avoir rappelé aux locataires que les parties communes ne sont pas des toilettes, le bailleur indique que désormais, une entreprise de nettoyage sera systématiquement dépêchée sur place, « dès constatation des faits par votre gardienne » et que le coût de cette prestation sera automatiquement refacturée sur les charges des locataires.

Un avis perçu comme « choquant », et « la goutte d’eau de trop », pour un certain nombre de locataires qui subissent ces actes d’incivilité mais n’en sont pas à l’origine, et vivent cet avertissement comme une punition collective.

« Ce courrier sur les déjections est d’autant plus insupportable et choquant que des caméras ont été installées et qu’il laisse à penser que les locataires sont assimilés à des animaux…en mettant sur le même plan les excréments humains et animaux ! Les locataires sont des humains qui payent un loyer et méritent d’abord le respect et des excuses », dénoncent ainsi une partie d’entre eux, dans un communiqué annonçant la création d’un collectif des locataires de Valophis aux Boullereaux.

 

 

« Malgré de nombreux courriers individuels faisant état d’un niveau de saleté, d’insécurité, de bruit, aucun retour ni action d’amélioration n’est réalisé sérieusement par le bailleur depuis trop longtemps », pointe le collectif qui exige une rencontre avec Valophis Habitat pour évoquer les problèmes d’insalubrité et de saleté, citant des « punaises, rats, pigeons morts non ramassés, espaces verts non nettoyés, dépôts sauvages », des problèmes d’insécurité et d’incivilités, de gestion, évoquant l’augmentation des loyers et « des balcons devenant très risqués » et s’inquiétant également de l’installation des futures antennes 5G.

Le collectif prévoit de solliciter l’Ancols (agence nationale de contrôle du logement social) et d’organiser un rassemblement de soutien s’il n’obtient pas de rendez-vous avec un responsable.

Le collectif annonce par ailleurs être soutenu par le collectif des Boullereaux, porté par Philippe Lhoste (2ème sur la photo), par ailleurs militant LREM et initiateur du collectif local des marcheurs libres.

Du côté de Valophis Habitat, on indique de que cet avis n’a été affiché qu’à une seule adresse, pour faire prendre conscience aux locataires que ce nettoyage systématiquement a un coût. « Mais cela ne nous est arrivé que très rarement de refacturer la prestation aux locataires, et dans ce cas, cela se fait toujours avec l’accord de l’amicale des locataires », indique la porte-parole de Valophis Habitat.

De son côté, le maire de la ville, Christian Fautré, évoque la piste de médiateurs pour travailler sur ce problème d’incivilités dans les cages d’escalier, alors qu’il n’y a pas de gardien la nuit.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi