Urbanisme | Accueil Val de Marne (94) Champigny-sur-Marne | 16/10
Réagir Par

Champigny-sur-Marne : le financement de la Cité des compagnons du Tour de France en suspens

Champigny-sur-Marne : le financement de la Cité des compagnons du Tour de France en suspens © Altarea Cogedim
Publicité

Si tout le monde se réjouit de l’installation prochaine des Compagnons du Tour de France à Champigny-sur-Marne, dans le secteur des Simonettes-Nord, le tour de table pour financer ce campus est encore loin d’être bouclé.

Une cité artisanale dédiée aux Compagnons du tour de France, voilà la future perle de la zac des Simonettes-Nord. D’ici quelques années, des artisans viendront y parfaire leur apprentissage dans des installations dernier cri. Cette cité de 9000 m2 s’inscrit dans le cadre d’un nouveau quartier de ville situé juste à côté de la future gare de Bry Villiers Champigny (devant l’actuel Bricorama), côté Champigny, à proximité d’Ikea Villiers et du projet Marne Europe. Sont aussi prévus 28 000 m² de logements, 900 m² de commerces et services, 12 000 m² de bureaux et 6 000 m² d’activités hors Cité artisanale des Compagnons du Tour de France. Au-delà de la cité artisanale, les Compagnons devraient aussi disposer d’une résidence étudiante, d’un lieu de restauration et un musée est également prévu. De quoi constituer un campus complet.

Pour l’heure, il reste difficile de se projeter car le site est encore à l’état de friche, à proximité du chantier Grand Paris Express. Cela n’empêche pas de se préoccuper du financement du projet, estimé à 20 millions d’euros. Car si tout le monde salue l’arrivée prochaine de la fédération francilienne des Compagnons du tour de France, aujourd’hui installée à Saint-Thibault-des-Vignes en Seine-et-Marne, le tour de table n’est pas encore complètement finalisé.

C’est dans ce contexte que le Conseil départemental du Val-de-Marne a voté une autorisation de programme de 2 millions d’euros dans son budget supplémentaire à l’occasion de la séance plénière de ce lundi 14 octobre, avec un premier crédit de paiement dès cette année à hauteur de 1 million d’euros, sous réserve d’une participation au financement de l’opération par le Conseil régional. «Je pense qu’il est prématuré d’inscrire cette dépense au budget supplémentaire. J’ai cru comprendre, lors d’une discussion la semaine dernière au Conseil de territoire Paris Est Marne et Bois, que le bouclage financier n’était pas encore assuré, raison pour laquelle le territoire n’a pas voté de subvention», a réagi Dominique Le Bideau, conseillère départementale centriste de Vincennes. Une intervention qui a surpris Christian Favier, président PCF du Conseil départemental, s’interrogeant sur les éventuelles raisons politiques de ce contretemps. «Ce refus m’étonne. C’est un projet qui participe au rééquilibrage est-ouest. J’ose espérer que cela n’est pas dû à un conseiller régional qui traîne des pieds parce que le centre de formation est à Champigny et que l’on est à six mois des élections municipales!»

 

 

«Il n’y avait aucune délibération à l’ordre du jour à ce sujet au dernier Conseil de territoire , réagit de son côté le cabinet de la présidence de Paris Est Marne et Bois. Jacques J-P Martin, président du territoire, a dit être prêt à monter à 2 millions d’euros fléchés sur la résidence étudiante. Mais avant de voter une subvention, nous demandons à l’aménageur les éléments du bilan financier pour nous assurer de la destination de nos financements. Nous attendons également de voir comment la région va se placer.»

Conseiller régional Libres et candidat aux municipales à Champigny, Laurent Jeanne explique pour sa part que la région ne pourra pas tout. «Le budget de cette opération va dépasser 20 millions d’euros. La région n’obtient plus les financements de l’État relatifs à l’apprentissage. Ce-sont désormais les fédérations professionnelles qui les reçoivent. Nous sommes donc prêts à apporter notre concours au financement de la cité artisanale mais pas en tant que partenaire principal. Les 12 millions d’euros restants devront être payés par la fédération du bâtiment. C’est ce que j’ai expliqué en Conseil de territoire la semaine dernière», rappelle l’élu.

De son côté, la fédération française du bâtiment Grand Paris fait part de son grand étonnement puisque le projet de Cité artisanale a bel et bien été présenté mais sans que ne soient évoqué le moindre engagement financier à ce stade. Par ailleurs, la FFB Grand Paris est déjà impliquée sur un projet situé à proximité : l’éco-campus du domaine Chérioux à Vitry-sur-Seine.

Lire aussi :

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi