Politique locale | Champigny-sur-Marne | 05/08
Réagir Par

Champigny-sur-Marne : le ministère de l’Intérieur stoppe le détachement de Polangis

Champigny-sur-Marne : le ministère de l’Intérieur stoppe le détachement de Polangis
Publicité

Vendredi dernier, un courrier de la Préfecture du Val-de-Marne est venu doucher les espoirs des habitants de la partie campinoise de Polangis, un quartier des bords de Marne, qui militent pour un rattachement à Joinville-le-Pont. 

Après sept ans d’existence de leur association Réunissons Polangis et de nombreuses démarches pour obtenir gain de cause, le ministère de l’Intérieur, sur avis défavorable du préfet, a décidé d’interrompre le processus, notamment pour préserver le découpage électoral.

Face au refus initial de la préfecture du Val-de-Marne d’entamer la procédure de concertation après une première pétition, ils avaient obtenu de la justice administrative l’organisation d’une enquête publique en novembre 2016, puis la constitution d’une commission consultative d’habitants – suite à un vote officiel – qui a rendu un avis favorable au détachement du quartier le 3 juillet 2018. Le conseil municipal de Joinville-le-Pont s’est également exprimé en faveur de ce rattachement, contrairement à celui de Champigny-sur-Marne, unanimement contre, ainsi qu’au conseil départemental.

Comme les deux communes n’appartenaient ni à la même circonscription législative, ni au même canton, le préfet a ensuite saisi le ministère de l’Intérieur, lui seul à même de décider de soumettre par décret devant le Conseil d’État une modification des limites territoriales. Dans son courrier adressé au président de l’association Réunissons Polangis, l’ancien préfet Laurent Prévost explique avoir donné un avis défavorable, anticipant un rejet du Conseil d’État. «Dans des dossiers de ce type, le Conseil d’État attache en effet une grande importance à l’existence d’un consensus local, qui fait défaut dans le cas présent». Le ministère de l’Intérieur a suivi l’avis du Préfet, décidant «de ne pas donner suite à la demande de rattachement du quartier de Polangis à Joinville-le-Pont».

 

 

Parmi les arguments avancés : l’écart démographique préexistant entre les deux cantons de Charenton-le-Pont (66 509 habitants) et de Champigny-sur-Marne I (50 409 habitants), qui se serait accru en cas de rattachement du quartier à Joinville-le-Pont. «Enfin, les problématiques avancées par les habitants du quartier, principalement scolaires, peuvent trouver des réponses relevant de la responsabilité des élus sans nécessiter une procédure aussi lourde qu’une modification des limites communales, et ce d’autant plus que les deux communes sont toutes deux rattachées au même établissement public territorial, Paris Est Marne et Bois, et que de nombreuses compétences sont désormais à ce niveau», conclut le préfet.

Réunissons Polangis prend acte et prépare la suite

Pour l’association Réunissons Polangis, ce refus a suscité surprise et déception. «Nous savions que de toute façon, à moins d’un an des élections municipales, le Conseil d’État ne se prononcerait pas donc nous avions pris notre mal en patience. Mais on nous a barré la route vers le Conseil d’État! Nous ne savions pas que le ministère avait cette possibilité là. Et puis il y a cette façon d’agir, brutalement, au cœur de l’été, comme pour nous prendre de court», réagit René Ragheboom, le président de l’association qui réunit près de 290 membres.

En ce début août toutefois, difficile de battre le rappel, de nombreux Polangeois étant partis en vacances. Le conseil d’administration de l’association s’est pourtant réuni en urgence pour réfléchir à une riposte. «Aujourd’hui, trois options s’offrent à nous. La première, c’est de dire « amen », mais je ne pense pas que l’on s’oriente vers ce scénario. Ensuite, il nous reste le recours administratif devant la juridiction compétente. Nous l’avons déjà fait par le passé avec succès. Enfin, nous pourrions attendre les prochaines échéances électorales et faire le souhait qu’un consensus en faveur de la réunion de Polangis naisse entre Joinville et Champigny», espère le président de l’association tout en rappelant que l’association reste apolitique. Une assemblée générale doit être organisée à la rentrée pour définir la stratégie.

Voir tous les articles sur ce sujet

(Article mis à jour le 20 août avec la position de l’association Réunissons Polangis)

Télécharger l'article au format PDF :
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

8 commentaires pour Champigny-sur-Marne : le ministère de l’Intérieur stoppe le détachement de Polangis
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi