Environnement | Val de Marne | 05/02
Réagir Par

Concours d’agriculture urbaine Parisculteurs 2019 : 3 sites en Val-de-Marne

Concours d’agriculture urbaine Parisculteurs 2019 : 3 sites en Val-de-Marne © Chartier Dalix
Publicité

La saison 3 de Parisculteurs a été lancée ce 28 janvier 2019 avec cette année 32 sites dont une dizaine hors de la capitale. Cet appel à projets vise à développer des projets d'agriculture urbaine sur des parcelles mises à disposition par leurs propriétaires, au sol mais aussi sur les toits, voire en sous-sol. Objectif  de ce concours, qui a déjà connu deux éditions, atteindre les 30 hectares cultivés d'ici à 2020. 

Dans le Val-de-Marne, trois sites sont en lice qui représentent au total près d’un hectare : le toit du futur hôtel logistique des Ardoines à Vitry-sur-Seine, les délaissés de l’A86 à Fresnes et le toit du magasin Truffaut d’Ivry-sur-Seine. Coup d’oeil.

6000 m2 sur le toit de l’hôtel logistique Sogaris à Vitry-sur-Seine

Le premier site, le plus important, concerne 6 000 m2, sur un toit certes, mais avec 80 cm de profondeur de terre. De quoi permettre d’effectuer de vraies plantations avec une charge d’exploitation disponible par-dessus la terre de 400 kg/m². En-dessous, se tiendra un hôtel logistique Sogaris dont les travaux ont déjà commencé, dans l’ilôt Descartes de la future ZAC Gare Ardoines aménagée par l’EPA ORSA (voir photo de une). Un bâtiment de 36 000 m2 destiné à organiser la logistique du dernier kilomètre  et qui proposera aussi des surfaces d’activités pour les artisans du BTP d’ici le deuxième semestre 2021. Pour les exploitants de ces 6000 m2 d’agriculture urbaine, un local de vente est prévu en rez-de-chaussée, sur une surface de 117 m2, ainsi qu’une réserve de 100 m2 au premier étage, accessible via un monte-charge.
Plus d’infos

3 000 m2 à défricher à Fresnes

A Fresnes, la ville a mis à disposition deux parcelles situées en bordure de l’A86, représentant une surface totale de 3000 m2 à proximité de la rue de la Cité Jeanne d’Arc. Deux délaissés d’autoroute que la ville a d’ores et déjà nettoyé et que les habitants aimeraient investir pour développer un jardin partagé. Un souhait qui est remonté lors des rencontres avec les Fresnois. «Nous nous sommes rapprochés de Parisculteurs car ils nous aident à monter le projet et apportent leur ingénierie. Ils viennent par exemple voir la faisabilité, analysent le sol, regardent si le terrain est compatible…», motive Marie Chavanon, maire PS de Fresnes.
Plus d’infos

 

 

350 m2 sur le toit du magasin Truffaut à Ivry-sur-Seine

A Ivry-sur-Seine, la jardinerie Truffaut propose son toit terrasse de 360 m² qui accueille déjà un local de restauration et un poulailler, lequel pourra être déplacé. L’arbre central devra en revanche être préservé. Le projet devra avoir une vocation pédagogique et permettre de conserver l’accès aux clients. Truffaut prendra en charge les consommations d’eau et d’électricité liées au jardin et apportera un soutien financier maximal 5 000€ et un soutien en nature d’une même valeur maximale de 5 000€ (TTC).
Plus d’infos

Déjà 13 hectares de cultivés

Au total, les 32 sites représentent 5,8 hectares dont 3,4 ha à Paris, avec une superficie moyenne de 1800 m². 20 sites sont situés au sol, 10 en toiture et 2 en sous-sol. Lors des deux premières saisons, ce-sont déjà 13 hectares qui ont été mis en projet, avec à ce jour 16 sites en exploitation (285 tonnes de fruits, légumes, champignons, aromates et 66 000 fleurs coupées et plants récoltés par an représentant une cinquantaine d’emplois directs) et 47 sites qui devraient être opérationnels d’ici la fin 2019, qui représenteront près d’un millier de tonnes de fruits, légumes, champignons et aromates et 500 000 fleurs coupées et plants par an, générant une centaine d’emplois.

Les projets candidats pour chaque site sont attendus d’ici le 19 avril et les lauréats seront désignés en juillet pour un lancement des projets à partir de cet été.

A lire aussi : 

Le Val-de-Marne vote 20 actions concrètes pour développer l’agriculture, le bio et les circuits courts

Petits légumes dans les jardins partagés ou sur les toits, l’agriculture urbaine pousse dans le Val-de-Marne

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi