Politique locale | Villejuif | 11/02
Réagir Par

Conseil municipal de Villejuif interrompu suite à un sabotage électrique

Conseil municipal de Villejuif interrompu suite à un sabotage électrique © eelv villejuif
Publicité

Deux sujets explosifs étaient à l'ordre du jour du Conseil municipal de Villejuif ce vendredi 8 février : la vente de la Bourse du travail à un promoteur et la fusion des écoles Paul Vaillant-Couturier. Une manifestation commune devant la mairie était du reste organisée contre ces deux délibérations. Mais quelques instants après son démarrage, la séance a dû être interrompue, la salle étant subitement plongée dans le noir en raison d'une coupure électrique.

Après avoir fait le tour des tableaux électriques internes à la mairie, la municipalité a conclu que le problème venait de l’extérieur, et renvoyé le Conseil municipal à vendredi 15 février 10 heures, pendant qu’était dépêché sur place un technicien Enedis. «Le technicien a vérifié les armoires et constaté que les trois fusibles correspondant précisant au bâtiment de la mairie avaient été retirés et jetés au sol. Il n’y a pas de traces d’effraction et les cadenas ont été remis après intervention», précise le directeur de cabinet du maire LR, Franc Le Bohellec. La ville suspecte un représentant syndical Enedis. «L’acte de sabotage ne fait pas de doute. C’est une atteinte extrêmement grave à la démocratie. Ceux qui ont coupé le courant électrique sont des lâches. Le conseil sera reconvoqué sans délai. Les élus de l’équipe municipale ne céderont pas», indique pour sa part l’édile sur sa page Facebook, précisant que «l’acte a eu lieu sur l’arrivée électrique du transformateur devant la boulangerie du centre ville à 19h30 et 32s.»

De son côté la secrétaire départemental de la CGT, Cédric Quintin, revendique une «action militante combative» mais pas le sabotage lui-même. Une précision de langage que tous les militants n’ont pas pris le soin d’adopter dans leurs posts sur les réseaux sociaux, plusieurs se réjouissant que la CGT soit à l’initiative de ce shutdown électrique.

Le représentant de la CGT du Val-de-Marne justifie cette «action militante combative», condamnant une municipalité «dans la surenchère permanente, qui ne pense qu’à prendre une revanche politique en rayant l’histoire d’un trait de plume, de sa volonté de débaptiser la place Georges Marchais au déboulonnage de la Bourse du travail.» «Qu’il ne s’étonne pas de ces réactions, c’est un retour de médaille», tacle Cédric Quintin.

 

 

Le maire de la ville, lui, a porté plainte ce samedi, et le Conseil municipal a été convoqué à nouveau vendredi 15 février à 10 heures avec un ordre du jour identique. A cette heure, il fera jour. D’ici là, la Conseil d’Etat doit rendre un avis sur la Bourse du travail ce jeudi, et le CTSD qui doit définir le premier jet de la carte scolaire 2019, prévu ce jour, ne pourra pas acter la fusion des écoles. Les enseignants, eux, prévoient de faire grève ce vendredi.

Voir aussi le compte-rendu du Conseil minuté par les écologistes et les réactions des différents protagonistes sur les réseaux sociaux ci-dessous.

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

3 commentaires pour Conseil municipal de Villejuif interrompu suite à un sabotage électrique
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi