Entreprendre | Accueil Val de Marne (94) Limeil-Brévannes | 02/07
Réagir Par

Depuis Limeil-Brévannes, Ommic prépare la révolution 5G

Depuis Limeil-Brévannes, Ommic prépare la révolution 5G © Fb
Publicité

Du guidage des véhicules autonomes à la réalisation d’opération chirurgicales à distance, la puissance et le potentiel du futur réseau 5G est aujourd’hui encore largement insoupçonnée. Pourtant, l’industrie microélectronique prépare déjà la production en masse de semi-conducteurs, comme Ommic, à Limeil-Brévannes qui commence à fabriquer des circuits radiofréquences ultra-performants.

Installé depuis la fin des années 60 sur les coteaux de Limeil-Brévannes, le laboratoire de fabrication microélectronique Ommic, propriété du groupe Philips jusque dans les années 2000, emploie aujourd’hui une centaine de collaborateurs et se place en leader européen de la fabrication de puces électroniques pour l’industrie des télécommunications et le domaine spatial. Grâce à un investissement de 20 millions d’euros, la PME a ouvert il y a deux ans une deuxième ligne de production. Tous les ans environ, 8000 wafers, des disques de 3 à 6 pouces sur lesquels sont gravés des circuits intégrés invisibles à l’œil nu, sortent de cette usine après 3 mois d’élaboration minutieuse. Ils équipent des satellites ou des radars. L’entreprise a réalisé un chiffre d’affaire de près de 14 millions d’euros l’année dernière essentiellement grâce à ses exportations (97%). Mais le savoir-faire d’Ommic pourrait être beaucoup plus lucratif dans les années à venir si la société parvient à se tailler une place de choix sur le marché des équipementiers du réseau 5G dont le déploiement a débuté dans le monde entier.

«Nous sommes aujourd’hui les seuls en Europe à maîtriser la 5G millimétrique. Par rapport à d’autres fabricants, nous sommes capables de proposer de la très haute fréquences et donc des temps de latence très faibles. A l’heure actuelle, nous n’avons qu’un concurrent, il est aux États-Unis. Ce marché qui devrait arriver à maturité en 2022 pourrait à terme représenter jusqu’à 80% de notre chiffre d’affaire», explique Fabien Robert, le directeur général d’Ommic.

L’entreprise brévannaise vient tout juste de lancer la production industrielle de wafers pour un géant mondial de la téléphonie mobile mais elle va devoir se doter d’un troisième site de fabrication pour répondre à la demande. Les dirigeants d’Ommic sont actuellement en cours de discussion avec la municipalité et le territoire pour pouvoir trouver un terrain attenant au site historique et anticiper les contraintes urbanistiques de cet espace boisé. La société, qui est également en contact avec des intégrateurs automobiles, compte sur cette nouvelle ligne de production pour répondre à de grosses commandes, environ 20 000 pièces par an. A l’horizon 2022, Ommic espère multiplier son chiffre d’affaire actuel par 7 (passage de 14 à 100 millions d’euros annuels) et employer 350 employés. Malgré ces belles perspectives d’avenir, la société admet avoir des difficultés à recruter du personnel. Elle a donc décidé de rejoindre le syndicat professionnel ACSIEL, Alliance Electronique regroupant l’ensemble des acteurs des composants électroniques pour gagner en visibilité notamment auprès des pouvoirs publics.

 

 

Le spectre Huawei

Pour la PME, le gros nuage qui se profile à l’horizon reste surtout la décision du président des États-Unis, Donald Trump, d’interdire aux entreprises de télécommunications de son pays de se fournir notamment chez Huawei. Ommic, qui réalise un tiers de ses exportations en Chine, notamment avec le géant chinois de la téléphonie, craint des répercussions même si pour l’heure, c’est l’inverse qui se produit.  «Il ne faut pas mettre dans un même panier le développement commercial de la 5G et les questions de souveraineté et de sécurité. La proposition de loi qui sera examinée au Sénat et qui doit déterminer notamment le rôle de Huawei dans le développement du réseau 5G en France n’aura pas d’impact sur les sociétés comme Ommic. Au contraire, il est dans notre intérêt d’encourager les entreprises françaises à développer leur expertise et à participer à la compétition internationale», a insisté le député Laurent Saint-Martin, venu visiter l’entreprise courant juin.

A noter que c’est une sénatrice du Val-de-Marne, Catherine Procaccia (LR) qui est rapporteure de la loi à la chambre haute. (voir article)

Le directeur général d’Ommic, Fabien Robert et le député Laurent Saint-Martin posent avec un wafer conçu pour équiper les antennes du réseau 5G. Il faut environ 3 mois pour fabriquer cette plaque sur laquelle sont gravés des micro-structures essentielles à la fabrication des circuits intégrés, des transistors ou des semi-conducteurs de puissance.

La production des puces en nitrure de gallium répond à un cahier des charges très strict et se déroule en chambre blanche, ou chambre propre. Le flux d’air y est contrôlé en permanence de façon à éliminer les facteurs de contamination, d’où la tenue réglementaire portée par les employés.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

3 commentaires pour Depuis Limeil-Brévannes, Ommic prépare la révolution 5G
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi