Publicité
Publicité : Ordival 94
Initiative | Ivry-sur-Seine | 24/04
Réagir Par

En préfecture, les cadets d’un collège d’Ivry-sur-Seine gèrent la crise

En préfecture, les cadets d’un collège d’Ivry-sur-Seine gèrent la crise © Fb
Publicité

Pendant deux heures ce mardi, une vingtaine d’élèves du collège Henri Wallon d’Ivry-sur-Seine ont géré la crise comme des pros depuis le centre opérationnel départemental de la Préfecture du Val-de-Marne.

Attaque terroriste manquée à l’aéroport d’Orly en mars 2017,  inondations de janvier 2018, incendie dans l’entrepôt de la zone Senia l’été dernier… C’est depuis ce centre opérationnel départemental que les acteurs de la sécurité civile en Val-de-Marne pilotent les situations de crise. Une petite salle aux allures d’open space, jamais utilisée hors crise pour être immédiatement mobilisable en cas de situation critique. Mais ce mardi exceptionnellement, les collégiens ont eu le droit de pénétrer dans le cœur du réacteur pour jouer le rôle des différents services de sécurité civile dans le cadre d’un exercice grandeur nature. Cette animation s’inscrit dans le dispositif des Cadets de la Sécurité Civile, lancé il y a deux ans pour sensibiliser les jeunes à l’engagement citoyen.

«Dans des situations de crise, la mauvaise décision est de ne pas en prendre»

Au poste 1, le téléphone sonne. Un témoin dresse un premier bilan d’un accident de la route survenu prêt du centre commercial Créteil-Soleil. Il y a plusieurs blessés. «Est-ce que vous pouvez répéter depuis le début ?», demande une jeune fille perdue face au déluge d’informations de son interlocuteur. Après avoir raccroché, elle se rend au bureau où plusieurs de ses camarades endossent le rôle des membres du cabinet du préfet et consignent les données sur de grands tableau.

Entre-temps, la sonnerie du téléphone retentit sur un autre poste. Le Samu informe l’opérateur d’une situation similaire mais avec un bilan différent. Après recoupement, les collégiens concluent qu’il s’agit du même accident. «Il est fréquent d’avoir des informations qui varient selon nos interlocuteurs. Les pompiers, le Samu ou la police apprécient la situation en fonction des spécificités de leurs métiers. C’est pour cela qu’il est important que le préfet, qui préside le centre opérationnel départemental, soit en recul, pour prendre les décisions adéquates», explique Thibault Courtiol, adjoint du service interministériel de défense et de protection civile.

«Mais le préfet peut prendre de mauvaises décisions ?» interroge un collégien. «Dans des situations de crise, la mauvaise décision est de ne pas en prendre», lui répond-on. Au terme de l’exercice, la situation est sous contrôle, une voie de circulation a été bloquée, un blessé en urgence absolue a été évacué vers le CHU Henri Mondor et un blessé léger, mineur, a été transporté à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre.

Le dispositif des Cadets de la Sécurité Civile

Cette animation est le point d’orgue d’une série de huit entretiens dans le cadre du dispositif des Cadets de la Sécurité Civile. Huit établissements scolaires REP et REP+ (Education prioritaire et très prioritaire) bénéficient de ces ateliers de découverte tout au long de l’année scolaire, avec des intervenants compétents (Education nationale, Sapeurs-Pompiers, Croix-Rouge, Policiers, Services de l’État).

 

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi