Emploi | Cachan | 22/03
Réagir Par

Extension des emplois francs : les annonces des ministres à Cachan

Extension des emplois francs : les annonces des ministres à Cachan © Fb
Publicité

Vivre dans un quartier prioritaire est un atout sur un CV. En visite à l'agence Pôle emploi de Cachan ce jeudi, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, venue accompagnée de Julien Denormandie, ministre de la Ville, et d'Annick Girardin, ministre des Outre-mer, a annoncé l'étendue de la phase d'expérimentation des emplois francs à l'ensemble de la région Île-de-France. 

Expérimentée depuis un an, cette initiative ne concernait que sept territoires. Concrètement, il s’agit d’une prime accordée aux sociétés qui embauchent des demandeurs d’emplois situés dans des quartiers politique de la ville.

«A ce jour, environ 5700 demandes ont été déposées et près de 4500 ont été validées. Cela dépasse déjà le nombre d’emplois francs créés sous le quinquennat précédent. La plupart des contrats sont des CDI proposés par des entreprises de tailles diverses et dans une moindre mesure par des associations. Dans un cas sur deux, le bénéficiaire travaille en dehors du quartier où il vit», détaille Muriel Pénicaud, ministre du Travail. Jusqu’à présent, seuls les demandeurs d’emploi vivant notamment en Seine-Saint-Denis, dans les agglomérations de Roissy Pays de France, de Cergy-Pontoise ou encore au sein du territoire Grand Paris Sud Seine étaient concernés par ce dispositif qui va désormais être étendu à des régions entières, dont l’Île-de-France. En pratique, une entreprise ou une association, où qu’elle soit située sur le territoire national, embauchant un demandeur d’emploi habitant en quartier prioritaire, bénéficie d’une prime pour l’embauche en CDI (à hauteur de 5000 €/an sur 3 ans) ou en CDD de plus de 6 mois (à hauteur de 2500 €/an sur 2 ans).

Ce jeudi matin, neuf entreprises et leurs salariés ayant bénéficié de ces emplois francs ont participé à un échange avec les trois ministres.

Un gain de trésorerie pour les petites entreprises

Ouvert depuis quelques mois dans le centre commercial O’Parinor, à Aulnay-sous-Bois, le restaurant Marvelous Burger a connu un démarrage fulgurant. «Il faut gérer tellement de choses lorsqu’on lance son affaire que j’ai choisi de déléguer toute la partie ressources humaines à Pôle Emploi pour recruter mes sept premiers employés. Je souhaité du personnel expérimenté et des débutants motivés habitant sur le territoire. Lorsque l’on m’a parlé des emplois francs, ça a été une bouffée d’oxygène au niveau de la trésorerie. J’ai donc embauché tout le monde en CDI et, avec cette prime, j’ai pu offrir des conditions salariales plus intéressantes à l’un de mes employés qualifiés et éviter ainsi qu’il ne parte à la concurrence», explique le dirigeant, venu avec une jeune collaboratrice témoignant des mois de galère à chercher du travail en vain avant cette embauche.

Un coup de pouce au financement de la formation

Plusieurs société de gardiennage sont aussi venues comme Byblos Human Security, qui dispose d’une agence à Bonneuil-sur-Marne. «Nous avons beaucoup de mal à recruter du fait de la réglementation de nos métiers qui est nécessaire. L’offre d’emplois est bien supérieure à la demande. Ce n’est pas cette prime qui motive le recrutement d’un employé mais son savoir-être et ses compétences. En revanche, nous devons les former en permanence pour qu’ils bénéficient des habilitations nécessaires à l’exercice de leurs missions. Les subventions que nous recevons donc dans le cadre de ses emplois francs sont essentiellement consacrées à la formation et la montée en compétence», expose le responsable.

 

 

« Pouvoir enfin recruter dans le Val-de-Marne »

Basée à Gentilly, l’entreprise Assistance et relais à domicile propose des services aux personnes âgées et handicapées. «Beaucoup de grosses sociétés viennent s’installer aux portes de Paris alors nous nous accrochons en essayant de nous distinguer par notre proximité. Nous avons recours aux emplois francs mais il ne concernait jusqu’à maintenant que la Seine-Saint-Denis. Dans nos métiers, il est important de pouvoir se rendre disponible rapidement, aussi, nous souhaitons recruter en Val-de-Marne» motive Djamila Kachroud.

 

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi