Politique | Accueil Val de Marne (94) Fresnes | 10/09
Réagir Par

Fresnes: les coquettes notes de restaurant du député Bridey remboursées deux fois

Fresnes: les coquettes notes de restaurant du député Bridey remboursées deux fois
Publicité

Non content d’exploser son plafond légal d’indemnités d’élu et le compteur de ses frais de réception, à coup de bouteilles de Meursault à 250 euros, comme l’avait révélé Médiapart à l’automne 2018, le député LREM Jean-Jacques Bridey s’est aussi fait rembourser deux fois une partie de ces frais à hauteur de 4800 euros, rapporte le journal.

L’élu s’est fait rembourser certains notes, parmi les plus salées, à la fois par la ville de Fresnes et par la Semaf, la société d’économie mixte de la ville qui finance les équipements publics. C’est la Chambre régionale de la Cour des comptes qui a découvert la manipulation en épluchant cet été les notes des deux structures, constant que la mention « réimprimé » figurait sur les factures remboursées une deuxième fois. Interrogé par Médiapart, le député n’a pas expliqué pourquoi il faisait imprimer certaines notes deux fois mais indiqué qu’il rembourserait les doublons si cela lui était confirmé par la Semaf à qui il a envoyé un courrier en ce sens.

Voir l’article de Médiapart

Lire aussi : A Fresnes, les somptuaires frais de bouche de Jean-Jacques Bridey

 

 

L’ancien maire PS de Fresnes a aussi minimisé les faits. Selon les décomptes de la CRC, les sommes portent sur 3 975,90 euros en 2016 et 831,80 euros en 2017, soit au total un peu plus de 4800 euros. Le montant total des frais de réception remboursés par la Semaf est, il est vrai, nettement plus élevé. Jointe sur le sujet l’année dernière, la nouvelle maire PS de Fresnes, Marie Chavanon, désormais présidente de la Semaf, faisait état de 50 000 euros sur les années 2015 et 2016.

Lire aussi : La Semaf Bamako de Bridey à Fresnes: juste cause et maladresses

L’élu, dont l’horizon judiciaire se densifie au fil des mois, a commencé à être dans le viseur de la justice suite à un signalement de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) en 2017, donnant lieu à une enquête préliminaire du Parquet de Créteil qui a ensuite transmis le dossier au Parquet national financier. Il lui était alors reproché d’avoir explosé son plafond légal d’indemnités d’élus, en oubliant de déclarer une partie de ceux-ci. Député-maire jusqu’en 2017, l’élu était aussi dans l’exécutif de l’ancienne communauté d’agglomération du Val-de-Bièvre (jusqu’à l’avènement de la métropole et des territoires en 2016) et n’avait pas demandé l’écrêtement de son indemnité, contrairement aux autres députés de l’interco, percevant ainsi près de 90 000 euros de 2013 à 2015. Depuis, la Chambre régionale de la Cour des comptes a contribué à nourrir le dossier.

Lire aussi : Comment le député LREM J-J Bridey a explosé le plafond d’indemnités d’élu

Le député, qui avait obtenu la présidence de la Commission de la Défense nationale à l’été 2017, l’a perdue en juillet au profit de Françoise Dumas.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

20 commentaires pour Fresnes: les coquettes notes de restaurant du député Bridey remboursées deux fois
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi