Initiative | Villejuif | 17/04
Réagir Par

Hock’Efrei à Villejuif: la première équipe universitaire de hockey sur glace

Hock’Efrei à Villejuif:  la première équipe universitaire de hockey sur glace © Hock'Efrei
Publicité

C'est une première en France. A l'école d'ingénieur Efrei de Villejuif, un groupe de motivés à constitué une équipe universitaire de hockey sur glace, la première du pays. Et non contents de jouer en compétition à l'international, ils ont décidé d'essaimer. Une autre pousse a déjà vu le jour dans une école d'Ivry-sur-Seine. De quoi donner lieu à de beaux matchs à la patinoire de Vitry-sur-Seine, et faire du territoire le terreau du hockey sur glace universitaire.

La première équipe universitaire française de hockey sur glace, Hock’Efrei, débarquera à Prague, en République Tchèque, le 21 avril pour une semaine de matchs amicaux. Une plongée dans l’univers de ce sport si ancré dans la culture tchèque. Dans cette virée à l’Est, les hockeyeurs seront accompagnés par 80 étudiants d’Efrei Paris, une école d’ingénieurs généraliste du numérique située à Villejuif. Autant de supporters qui encourageront les sportifs lors de leurs rencontres avec les Motol Pelicans le 23 avril puis avec l’équipe de l’University of Chemistry and Technology de Prague le 25 avril. «On est là pour s’éclater. Le score compte, mais ce n’est pas la priorité, on va faire jouer les débutants autant que les expérimentés. Cela nous permettra d’étendre notre projet. Nous aimerions que les étudiants créent de nouvelles équipes universitaires», souhaite le capitaine Shahin Amassier.

Lancée en 22017, Hock’Efrei compte 19 joueurs – mais encore aucune fille- qui s’entraînent à la patinoire de Vitry-sur-Seine tous les samedis soir. L’équipe recrute largement, y compris les grands débutants. «On voulait faire une équipe pour représenter les couleurs de l’école, on ne pensait pas que cette idée prendrait cette ampleur. Mais il y a eu plein d’étudiants qui voulaient essayer le hockey sur glace! », se réjouit le capitaine.

Tout le monde s’y est mis pour donner vie à l’équipe

L’investissement de départ, élevé par rapport à d’autres sports, a pourtant constitué une contrainte, entre le coût des patins, du matériel et la licence de la Fédération française de hockey sur glace (FFHG). Mais les étudiants n’ont pas ménagé leurs efforts pour trouver des solutions. «Notre but était de rendre accessible ce sport», défend Shahin. Grâce au soutien de l’école d’ingénieurs qui a versé une subvention au club, d’un magasin de hockey qui a fourni du matériel, et du Hockey Club Vitry qui a proposé une grosse réduction sur le prix des licences, l’équipe Hock’Efrei est devenue une réalité.  

 

 

Vitry-sur-Seine : capitale du hockey sur glace universitaire

Au départ toutefois, le seul moyen de faire des matchs universitaires était de se rendre à l’étranger. En 2017, Hock’Efrei a donc débuté son périple international à Londres, face à deux équipes anglaises : London Dragons (4-1) et UCL Yetis (7-0). Avec deux victoires en poche, les étudiants considèrent l’expérience comme « un gros succès ». Cette année, l’aventure se poursuit à Prague. Mais au-delà de ces pérégrinations à l’international, le capitaine de Hock’Efrei rêve désormais d’affronter de futures équipes universitaires françaises. La création d’Ipsa Falcons, de l’école d’ingénieurs aéronautique et spatiale située à Ivry-sur-Seine, nourrit l’espoir de Shahin. Les deux équipes val-de-marnaise s’entraînent d’ores et déjà ensemble à la patinoire de Vitry-sur-Seine. «Ils sont en train de se construire, ils ont l’effectif minimum pour le hockey [dix joueurs et un gardien]. Nous allons organiser un grand événement l’année prochaine pour le premier match universitaire français », envisage le centre de Hock’Efrei. « Vitry est devenu le pôle universitaire de hockey sur glace en France ! » 

Télécharger l'article au format PDF :
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi