Publicité
Publicité : Ordival 94
Environnement | Ivry-sur-Seine | 06/09
Réagir Par

Ivry-sur-Seine et Chevilly-Larue vont prendre un arrêté anti-glyphosate

Ivry-sur-Seine et Chevilly-Larue vont prendre un arrêté anti-glyphosate © Frank Harms Stocklib
Publicité

Après Cachan et Arcueil, c’est au tour d’Ivry-sur-Seine et de Chevilly-Larue de préparer un arrêté interdisant l’utilisation des pesticides sur leurs territoire.

A Ivry-sur-Seine, le sujet sera mis en débat au Conseil municipal du 26 septembre afin que chaque groupe s’exprime.

A lire aussi :
Arcueil et Cachan prennent des arrêtés anti-glyphosate
Villejuif et Gentilly adhèrent à la charte des villes sans perturbateurs endocriniens

« En 2010, la ville avait déjà banni l’utilisation de produits chimiques pour l’entretien des espaces verts, bien avant son inscription dans la loi en 2017. La municipalité rappelle également le soutien apporté en juin à l’appel de l’association « Nous voulons des coquelicots » mobilisée pour l’interdiction de tous les pesticides de synthèse. Il s’agit également d’un acte de solidarité avec la ville de Langouët et son maire Daniel Cueff dont l’arrêté a été suspendu par le tribunal administratif de Rennes suite à un recours de l’Etat », motive le maire PCF Philippe Bouyssou.

« Dans la continuité de l’action qu’elle mène depuis plus de 10 ans dans le cadre de son Agenda 21, la municipalité a décidé de franchir un cap supplé-mentaire à travers un arrêté interdisant l’épandage de pesticides, en particulier du glyphosate, sur la commune. Si les collectivités et les particuliers ne peuvent plus aujourd’hui se procurer ces produits, il est encore possible pour des professionnels du jardinage de les acheter et de les utiliser, dans les co-propriétés, chez les bailleurs. Voilà de nombreuses années que la commune n’utilise plus de produits phytosanitaires dans ses parcs et jardins, il est normal que cette pratique concerne désormais tout le monde », défend de son côté Stéphanie Daumin, maire PCF de Chevilly-Larue qui regrette la procédure engagée par l’Etat contre ce type d’arrêté. « L’argument consistant à dire que seul le ministre de l’agriculture dispose du pouvoir d’interdiction n’est pas à la hauteur des en-jeux. »

Génération.s propose un Val-de-Marne sans glyphosate

Le comité Génération.s Bièvre nord a salué ces initiatives et appelle tous les maires du Val-de-Marne à faire de même.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi