Cinéma | Accueil Val de Marne (94) Val de Marne | 02/10
Réagir Par

Le Bureau des légendes tourné à la préfecture du Val-de-Marne

Le Bureau des légendes tourné à la préfecture du Val-de-Marne © Twitter Prefet94
Publicité

Série Le Bureau des légendes, prochain film avec Virginie Effira… la préfecture du Val-de-Marne joue les stars du petit comme du grand écran. Des happenings culturels qui font aussi entrer quelque recettes dans le budget de fonctionnement de l’administration.

Ce mardi sur France 5, était diffusé le documentaire «France – Iran : Liaisons Dangereuses». Sur plusieurs plans de reconstitution, les téléspectateurs ont pu voir un sosie du président Jacques Chirac à l’hôtel de Matignon. En réalité, c’est dans la résidence préfectorale de Créteil que le tournage s’est déroulé, l’année dernière.

Chaque année, la préfecture du Val-de-Marne met son patrimoine à disposition pour les besoins des caméras. «Depuis 2011, un pôle valorisation du patrimoine immatériel de l’État au sein du ministère de l’Intérieur met à disposition des professionnels de l’audiovisuel une liste de lieux de tournage. Cette cellule, après avoir consulté un synopsis, les oriente parfois vers les préfectures qui sont ensuite décisionnaires. Nous recevons régulièrement des visites de repérages qui parfois se montrent concluante», explique Mehdi Trabelsi, responsable du service de communication à la préfecture du Val-de-Marne.

Lorsque la production décide de tourner, ses équipes agissent en parfaite autonomie. «Tout dépend de l’importance du projet mais pour les séries ou les films, des manutentionnaires et des décorateurs transforment parfois les lieux. Pour le tournage des scènes de la nouvelle saison du Bureau des Légendes, il y a deux semaines, ils ont changé la signalétique. Une fois le tournage terminé, ils remettent tout en ordre. Ça s’est toujours bien passé et nos agents apprécient de pouvoir venir échanger avec les techniciens ou se prendre en photo avec un acteur !»

Une source de financement pour la rénovation du patrimoine préfectoral

Pour les services préfectoraux, l’ouverture des locaux aux productions audiovisuelles permet de promouvoir le patrimoine de l’État mais aussi d’en tirer des ressources.

Interrogé par le conseiller départemental Fernand Berson au sujet de la rénovation de la résidence Empire de la sous-préfecture de L’Haÿ-les-Roses lors de la séance exceptionnelle du Conseil départemental relative au rapport d’activité 2018 des services départementaux de l’Etat, le préfet Raymond Le Deun a expliqué qu’un audit du patrimoine résidentaire venait d’être réalisé et que les besoins de travaux avaient été chiffrés à 230 000 euros. «Nous allons programmer les chantiers en fonction des priorités et des moyens alloués. Nous cherchons des recettes complémentaires comme c’est déjà le cas avec les prêts de nos lieux publics pour des actions à dominante culturelle».

Dans les faits, les revenus issus de la location des salles, variant en fonction de la durée, de la typologie du lieu et de l’importance des équipes, ne sont pas directement fléchés vers la restauration des bâtiments préfectoraux mais sont versés au budget de fonctionnement de la préfecture.

https://twitter.com/Prefet94/status/1179082749237436417

https://twitter.com/Prefet94/status/1177180691127242752

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi