Initiative | Saint-Maur-des-Fossés | 06/05
Réagir Par

Le comité de quartier du parc de Saint-Maur-des-Fossés fête ses dix ans

Publicité

Depuis dix ans, le comité de quartier du parc de Saint-Maur-des-Fossés cultive la solidarité entre voisins. L'association s’empare de sujets particulièrement variés et étonnants. De belles idées et un beau succès.

« C’est un engagement et c’est une histoire d’amitiés au pluriel » explique Anne Romain, la présidente du comité de quartier du parc de Saint-Maur. L’association comporte sept membres et réunit 270 adhérents. Elle fêtera ses dix ans le 25 mai prochain.

Anne Romain habite dans le quartier depuis 1968. Cette informaticienne est très investie dans le tissu associatif local. Elle a créé l’association lorsqu’elle s’est rendue compte qu’aucun comité de quartier ne couvrait son secteur.

Les autres membres sont tous des habitués du bénévolat. A l’image de Jeannine Fontugne, la trésorière, qui donne également de son temps pour plusieurs associations. Jean-Christophe Charpateau-Beaufils, le secrétaire général, tient beaucoup à cet engagement associatif, qui occupe une bonne partie de son temps libre. « Quand on a mis le doigt de pied dans la vie associative saint-maurienne on n’a plus envie d’en sortir ! » explique ce père de deux enfants, qui travaille dans une ambassade.

 

 

Renforcer le lien social et  faire vivre le quartier du parc 

« On se voit comme une interface entre la ville et les habitants » explique Jean-Christophe. Chaque année, au printemps, l’association organise un dîner dans une rue différente. Apéro, barbecue, chants, danse… L’idée est d’amener les gens à se rencontrer et à partager un moment convivial. « On convie les adhérents et les riverains élargis » explique la présidente de l’association. « Ça permet de faire se rencontrer des gens qui habitent les uns à côté des autres mais qui ne se connaissent pas. Là ils se parlent. C’est à chaque fois un gros succès ».

Depuis sept ans le comité organise une brocante annuelle. La « broc’ du parc », qui se tient au mois de septembre, permet à l’association d’être indépendante financièrement et de lever des fonds. Dons de vélos et d’un vidéoprojecteur à une écoles, de chaises et de tables pour un établissement spécialisé dans l’accompagnement d’adultes handicapés, participation à une collecte alimentaire, financement d’ateliers de poterie et de musique pour des enfants autistes…  Grâce aux recettes de la brocante, le comité fait des dons à différentes structures du quartier.

Des ruches et des pelles à neige pour favoriser la solidarité

Certaines initiatives du comité sont surprenantes. Jean-Christophe a eu l’idée de « l’opération pelle à neige » après des vacances dans le Jura. « Là-bas, même dans un village de 400 âmes les supérettes les plus petites proposent quatre modèles différents de pelle à neige. Alors qu’ici, même dans les magasins spécialisés en bricolage, on n’en trouve pas » explique-t-il. Après un épisode neigeux particulièrement important, le comité a décidé de se constituer en « coopérative des pelles à neige ». « L’idée c’était d’acheter des pelles puis de les subventionner pour permettre à nos adhérents de s’équiper facilement ». Le comité a dédié aux pelles un stand lors d’un vide grenier. Un beau succès : elles sont toutes parties. « C’est le maire qui nous a acheté la première pelle ! » se rappelle Anne.

Le projet a permis aux habitants de respecter l’obligation légale de déneiger devant chez eux, tout en favorisant le lien social. Comme le rappelle Jean-Christophe, « les gens déneigent avec plaisir, ça permet d’entamer facilement la conversation avec les passants. Ça favorise l’entraide entre voisins. Ça crée de la solidarité, surtout dans un quartier où vivent beaucoup de personnes âgées. On peut aider une voisine incapable de déneiger par exemple».

Les membres du comité sont particulièrement fiers d’un autre projet, « la ruche à livre », mené avec des élèves du lycée François Mansart. « L’idée c’est de donner le goût de lire de vrais livres en papier aux enfants » explique Jean-Christophe. Des étudiants en première année BTS design produit ont dû imaginer une boîte à livre, où on peut déposer et emprunter librement des ouvrages. A l’issue d’un concours, c’est celle en forme de « ruche » qui a gagné. Deux ruches ont déjà été installées depuis 2017 : l’une au centre sportif Pierre-Brossolette, l’autre à l’école primaire du Rosaire. Une troisième trouvera bientôt sa place dans une autre école, et le comité réfléchit à en installer à moyen terme en extérieur, dans des squares.

Une solidarité inter-quartiers

Organisation de visites culturelles pour les adhérents ou co-financement d’une exposition consacrée à Martin Luther King, les sujets dont s’empare l’association sont particulièrement variés. « L’idée c’est de participer à l’animation du quartier. Il faut juste que le projet nous parle » explique la présidente. Mais « on ne sent légitime que lorsque ça concerne le quartier du parc ».

Si les plates-bandes de chacun sont bien définies, une belle solidarité lie cependant les différents comités de quartiers de Saint-Maur. « On s’aide les uns les autres sur certains événements, notamment les brocantes » détaille Anne. « La brocante de septembre 2016 a été particulièrement difficile à organiser. Il fallait répondre à de nouvelles contraintes de sécurités suite à l’attentat de Nice. Dès 5h des membres d’autres comités de quartiers sont venus nous donner un coup de main, pour installer les barrières par exemple » explique-t-elle.

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi