Politique locale | Le Kremlin-Bicêtre | 15/01
Réagir Par

Le Kremlin-Bicêtre refuse les cahiers de doléances

Publicité

Au Kremlin-Bicêtre, la question des cahiers de doléances divise. L'ancien député-maire MRC, Jean-Luc Laurent et son colistier Esteban Piard ont demandé l'ouverture d'un registre au public au maire Jean-Marc Nicolle, mais se sont heurtés à une fin de non recevoir. Dans sa lettre de refus, le premier adjoint Jean-François Banbuck considère que c'est au maire de recueillir les doléances au quotidien.  Détail des courriers et réactions.

"Les maires ont un rôle fondamental dans cette période. Ils sont les premiers élus de la République, par leur nombre, mais surtout par leur proximité avec les citoyens. Dans de nombreuses communes, les maires ont décidé d’ouvrir les mairies, maisons communes des citoyens, pour des temps d’échanges, de débats et pour recueillir les demandes des Français. Le président de la République a par ailleurs annoncé un « grand débat » national qui doit se tenir en 2019. Il est temps que la mairie du Kremlin-Bicêtre soit ouverte. Les Kremlinois doivent pouvoir exprimer leurs revendications et leurs demandes. La question n’est pas de savoir si « le peuple » a tort ou raison, mais bien de rappeler que c’est lui qui décide, car il est souverain. Aussi, nous vous demandons d’installer début 2019 en mairie un cahier de doléances qui permette à chacun d’y inscrire ses demandes et d’ouvrir notre maison commune afin que les voix des citoyens y résonnent", ont ainsi écrit les deux élus MRC à leur ancien colistier et secrétaire départemental, Jean-Marc Nicolle, maire de la ville depuis janvier 2016 - et mis en examen notamment pour corruption depuis le printemps dernier.

En réponse, le premier adjoint, Jean-François Banbuck,reconnaît que "dans le climat revendicatif qui s'est répandu dans le pays, il est évidemment important que les citoyens puissent trouver des canaux d'expression" mais s'interroge sur le bien fondé pour le Kremlin-Bicêtre d'ouvrir sa "maison commune pour recueillir des doléances, à l'instar des communes rurales à l'initiative de cette proposition". Pour le premier adjoint : "Il en va précisément du rôle de l’élu local, dont le maire, de recueillir des doléances au quotidien par sa proximité permanente avec les citoyens. Les rendez-vous quasi-quotidiens avec eux en attestent, sur des sujets variés mais concrets comme le logement, la petite enfance, l’emploi, la sécurité. Il est étonnant de constater qu’un ancien maire peut ignorer cet état de fait et méconnaître cette action de proximité qui caractérise pourtant ce mandat", renvoie l'élu.

"A supposer qu'une réponse positive vous soit apportée, comment concrètement rendre utile la collecte de l'information ? Qui ne voit qu'en l'absence de synthèse l'exercice serait totalement vain ? Or les services municipaux, auxquels vous avez refusé tout moyen en votant contre le budget, n'ont aucune capacité pour faire ce travail indispensable. Et à qui ces résultats seraient-ils transmis, et pour quel usage ? En réalité les désillusions ne manqueraient pas d'être au rendez-vous, au risque d'éloigner un peu plus les participants de leurs représentants, de décrédibiliser la parole institutionnelle. A propos de représentants, il est d'ailleurs permis de s'interroger sur l'échelon pertinent pour cette démarche. Les revendications - très diverses - s'adressent au gouvernement et sont donc plus du ressort de la représentation nationale que des maires. Au risque de la désillusion se combinerait ainsi celui de confusion", poursuit l'élu.

"Il n’y aurait donc pas de chômeurs, pas de smicards, personne qui ne prend sa voiture du Kremlin-Bicêtre pour aller travailler ailleurs en région, aucun citoyen qui a des difficultés à joindre les deux bouts ou qui ne sait comment finir le mois dès le 15 du mois ? Non, évidemment, aucun Kremlinois n’est concerné par ces difficultés... Comment peut-on être autant déconnecté de la vie des citoyens ! Emmanuel Macron vient d’annoncer qu’il voulait s’appuyer sur les maires pour son grand débat. Libre au maire du Kremlin-Bicêtre de refuser d’y participer selon les modalités fixées, mais rien ne doit empêcher le maire du Kremlin-Bicêtre de mettre des cahiers de doléances à disposition de tous et de porter la parole des habitants en envoyant les doléances directement au président de la République" réagissent pour leur part les deux élus MRC dans un communiqué, réitérant leur demande que la mairie soit ouverte pour permettre aux Kremlinois de s’exprimer.

La suite de cet article est réservée aux abonnés !

La plupart de nos articles sont accessibles gratuitement afin de pouvoir être lus par tous.

Cependant l’information a un coût, et nous réservons donc certains articles ou parties d’articles à nos abonnés payants. Vous pouvez souscrire un abonnement individuel en quelques clics ci-dessous.

Il vous donnera immédiatement accès à tous nos articles et contenus réservés aux abonnés, et à tous nos autres articles sans limitation.

Les commentaires sont fermés.

A lire aussi