Politique locale | Nogent-Sur-Marne | 08/06
Réagir Par

Le maire de Nogent-sur-Marne quitte LR et vise le soutien LREM aux municipales

Le maire de Nogent-sur-Marne quitte LR et vise le soutien LREM aux municipales
Publicité

Si le maire de Nogent-sur-Marne, Jacques J-P Martin, ne fait pas mystère de son intention de se présenter à nouveau aux municipales de 2020 depuis déjà plusieurs mois, l'édile devra composer avec un premier concurrent en la personne de son adjoint à la vie associative, Gilles Hagège,venu lui faire part de ses projets ce vendredi. Alors que les élections européennes ont donné le cadrage que tout le monde attendait, la course aux municipales est lancée.

A Nogent-sur-Marne, traditionnellement très majoritairement à droite, l’étiquette RPR puis UMP puis LR a longtemps été un atout majeur pour faire campagne. Une époque révolue au vu des derniers scores. LR s’est retrouvé à moins de 12% derrière EELV (17%) et loin derrière LREM (plus de 36%). «Ce n’est pas la première fois que la droite fait un mauvais score aux Européennes, cela ne présage pas forcément des autres scrutins», modère certes le maire de Nogent. Mais ce score piteux, qui s’est encore dégradé par rapport à 2017, témoigne du rejet du mouvement par une bonne partie de son électorat le plus fidèle. A moins d’un an des municipales, la refondation initiée par Gérard Larcher n’est pas sûre de réussir et le départ de Valérie Pécresse ce mercredi a fait réfléchir les élus, même si beaucoup n’ont pas encore affiché leur position.

A Nogent, le maire a tranché. «Je suis gaulliste depuis l’âge de 17-18 ans et je ne suis pas d’accord avec la ligne de Laurent Wauquiez, je ne suis pas d’accord avec la remise en question des acquis de Simone Veil par François-Xavier Bellamy. Je n’ai rien dit pendant la campagne mais je ne suis plus chez moi chez LR, motive l’élu. Je ne rejoins personne pour l’instant. Je suis membre de Libres mais je ne considère que ce n’est pas un parti politique.»

Pas question d’investiture pour les élections municipales donc. «280 personnes de toutes tendances sont membres de Ensemble pour Nogent (le mouvement local de soutien maire), représentatives de la population. Et dans mon équipe municipale je travaille aussi bien avec des LR, UDI, LREM… sans m’attacher aux étiquettes politiques. Du reste, j’ai toujours refusé qu’il y ait des groupes par parti au sein de ma majorité municipale», insiste le maire.

 

 

Le soutien LREM en ligne de mire

Si l’édile se refuse à demander une investiture, il compte en revanche demander le soutien de LREM et estime avoir les atouts pour l’obtenir, indiquant avoir déjà le soutien d’un certain nombre de membres LREM de la ville et de personnalités nationales dont certaines font partie du comité d’investiture. Concernant la politique nationale du président, le maire précise être compatible sur certains sujets et en désaccord sur d’autres comme celui de la hausse de la CSG.

Alors que le comité d’investiture LREM a été annoncé en début de semaine, les premières décisions doivent être annoncées d’ici l’été. Il s’agit donc de presser le pas pour se positionner. Car le soutien LREM ne pourra pas être accordé en même temps à deux candidats. A Nogent comme dans d’autres villes, cette étape va constituer un défi important car il y a aujourd’hui trois comités (il y en a eu jusqu’à 8 avant) qui comptent tous des centaines de membres et qui vont devoir se mettre au diapason autour d’un projet et surtout d’une seule tête de liste. «Pour l’instant, nous devons nous unir et nous travaillons sur le projet», indique Dominique Trévisan, responsable d’un des comités.«Mais il n’y aura qu’une seule liste LREM à Nogent», ajoute Antoine Cucurullo qui dirige un autre comité, le 3ème étant tenu par Nadine Ret, l’ancienne candidate aux législatives. «A Nogent, la situation va être très complexe. Il y a une belle activité militante et nous avons aussi plusieurs maires adjoints qui sont membres du mouvement. Notre processus de candidature est clair et public et nous sommes dans une démarche d’ouverture, nous étudierons toutes les candidatures. Je me doute bien que certains maires sortants en feront la demande», indique Nabil Benbouha. Un comité politique doit se réunir la semaine prochaine pour analyser la situation dans toutes les villes, qui sera suivi la semaine d’après d’une conférence de presse, ajoute le référent départemental.

Gilles Hagège compte sur son ancrage sur le terrain

Maire adjoint qui n’a pas rendu sa carte LR et ne revendique aucun soutien LREM, Gilles Hagège, lui, dispose désormais d’un boulevard Républicain, même si ce n’est pas la carte qu’il souhaite mettre en avant.  «Je ne suis pas un politique avec un grand P. Je travaille à une liste sans étiquette, de droite modérée, sociale et libérale. Nous ne sommes pas obligés de se raccrocher à un parti», pose le maire adjoint qui refuse de passer pour le traître de service.  «Je suis Nogentais depuis 35 ans et je pense que c’est le bon moment pour y aller. J’ai 58 ans et suis davantage disponible. J’ai un bon bilan, je suis proche des Nogentais. Cette candidature constitue pour moi une suite logique dans mon parcours. Je ne vais pas à l’élection contre le maire que j’estime et respecte, mais il a déjà fait trois mandats et avait fait savoir ces derniers temps qu’il n’était pas sûr d’y aller. Plusieurs noms d’adjoints ont circulé pour prendre la tête de liste mais je ne me reconnaissais pas dans ces personnes. Lorsque j’ai prévenu le maire que je me présenterai, je lui ai proposé de venir avec moi»,  poursuit le vétérinaire. Une suggestion qui a particulièrement agacé l’édile. «Je lui ai demandé à plusieurs reprises s’il comptait y aller, indique au contraire le maire. Il voulait alors juste s’assurer que je le reprendrai dans mon équipe Ce matin, il m’a proposé de devenir son adjoint!» Le malentendu est désormais dissipé et l’adjoint devrait redevenir simple conseiller municipal dès le prochain Conseil. A l’intérieur de la majorité municipale, Gilles Hagège indique avoir d’ores et déjà plusieurs soutiens. «Quatre élus me soutiennent mais il n’est pas évident pour eux de se mettre en avant. Je préfère m’exposer seul à ce stade», indique le futur ex-adjoint.  Côté programme, l’élu mise sur le participatif. «Je construirai le programme avec les Nogentais et c’est pourquoi j’ai voulu partir tôt en campagne, pour prendre le temps de rencontrer les gens, les écouter expliquer ce qui va et ce qui ne va pas dans la ville. Depuis que j’ai annoncé ma candidature, je ne reçois que des messages positifs», se réjouit le candidat qui lancera sa campagne ce jeudi 13 au soir au Val-de-Beauté.

2014 ou 1995 ?

En 2014 déjà, le maire avait affronté la candidature de son ancienne adjointe aux finances, Karine Renouil, qui avait fait plus de 13% au premier tour, et en 2008, celle de son ex-adjointe devenue députée et dans l’opposition déjà 4 ans auparavant, Marie-Anne Montchamp. La députée avait manqué la mairie de peu au deuxième tour. Elu en 2001 contre la maire sortante Estelle Debaecker, Jacques J-P Martin avait du s’unir à un rival de premier tour, Marc Arazi, pour être réélu face à son ancienne alliée. En 2014,la partie avait été plus facile face à la multiplicité des candidatures de droite et du centre, entre celles de Marc Arazi, Michel Gilles et Karine Renouil. Difficile de prévoir d’avance 2020 qui pourrait aussi ressembler à 1995, municipale lors de laquelle Roland Nungesser, maire depuis 1959 (36 ans de mandature) avait été détrôné, à l’âge de 70 ans, par Estelle Debaecker. «Mais Roland Nungesser n’était pas aussi présent dans la ville, très occupé à l’Assemblée nationale», balaie le maire sortant qui refuse que ses 76 ans et ses trois mandats déjà effectués constituent un obstacle à sa candidature même s’il est prêt à passer la main en cours de son quatrième mandat à un ou une élue de la nouvelle génération, tout en restant au territoire et à la métropole.

A lire aussi :

Municipales à Nogent-sur-Marne: Martin prêt à rempiler sous conditions

 

 

Télécharger l'article au format PDF :
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

14 commentaires pour Le maire de Nogent-sur-Marne quitte LR et vise le soutien LREM aux municipales
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi