Politique locale | Noiseau | 01/03
Réagir Par

Municipales 2020 à Noiseau : Denis Couvrechel veut être maire

Municipales 2020 à Noiseau : Denis Couvrechel veut être maire © Denis Couvrechel
Publicité

ADN, l'Avenir de Noiseau, tel est le nom de la liste que souhaite porter Denis Couvrechel aux élections municipales de 2020. L'ex-adjoint au sport, qui vient tout juste de démissionner de l'exécutif, a choisi de défier le maire LR, Yvan Femel, en démarrant sa campagne par un tract au vitriol, accusant l'édile d'avoir caché le projet de prison à Noiseau. Ce que démentent le maire et président du territoire. Au-delà de ce départ sur des chapeaux de roue, l'élu se prépare depuis déjà plusieurs mois.

«Trop, c’est trop», titre le tract distribué par l’élu le weekend dernier, destiné à «alerter» la population sur le fait que le maire l’ait  obligé à démissionner en raison de plusieurs divergences. Dénonçant le bilan de l’équipe municipale en place depuis 2014, regrettant notamment que la ville n’ait pas rattrapé son retard de logements sociaux plus tôt, dénonçant des commerces qui ferment, une propreté qui se dégrade… l’élu attaque surtout l’ancien édile sur le projet de prison, annoncée par la garde des Sceaux, Nicolle Belloubet, à l’automne 2018, indiquant que le maire était au courant depuis ses voeux en janvier 2018. «C’est ce jour là, à la fin de la cérémonie que monsieur le préfet a informé le maire de la construction d’une prison à Noiseau», affirme l’élu. Une assertion démentie par le maire. «Le préfet m’a simplement indiqué que l’Etat cherchait un emplacement pour construire une prison et que Noiseau faisait partie des des sites regardés», réagit l’élu.

Concernant les désaccords sur le bilan, le maire indique en revanche qu’il n’y a jamais eu de désaccords politiques avec son adjoint. «Je pense plutôt qu’il s’agit d’une ambition politique personnelle. Cela fait un an que je sens qu’il essaie de constituer une équipe», témoigne le maire. «En début d’année, je l’ai invité à clarifier sa position et le 12 février, il m’a donné sa réponse, m’indiquant qu’il avait fait le choix de monter sa liste. Je lui ai alors demandé de démissionner de l’exécutif, ce qu’il a fait le 18 février.» Quatre conseillers de la majorité, mais aucun adjoint, auraient à ce jour rejoint l’ex-adjoint au sport.

Concernant la construction de logements sociaux, le maire rappelle que la ville n’avait pas encore de plan d’urbanisme lorsqu’il a été élu et que la ville ne pouvait plus construire le temps de mettre en place le PLU, étant même pendant près d’un an et demi en RNU (Règlement national d’urbanisme) qui empêche toute préemption. «Aujourd’hui nous avons un projet avec 32% de logements sociaux et le permis a été déposé mais cela prend du temps.  Je ne souhaite pas rentrer pas dans la polémique mais je suis déçu. Je pense que dans la période où nous sommes, nous devrions rester unis plutôt que nous séparer, alors que j’avais réussi à mobiliser l’ensemble de la classe politique contre le projet de prison», insiste l’élu qui a également réagi dans un communiqué, indiquant être «partagé entre écœurement et déception

 

 

Le président du territoire Grand Paris Sud Est Avenir a également publié un communiqué pour rappeler que les élus n’avaient eu aucune information officielle avant les annonces de cet automne, dénonçant une «instrumentalisation politique» de la part du candidat.

Au-delà de la polémique sur la prison, cet épisode marque le début de la campagne des municipales 2020 à Noiseau avec déjà deux candidats à droite. Candidat sur la liste Debout la France aux régionales de 2015 en Val-de-Marne, Denis Couvrechel a longtemps travaillé à la mairie de Saint-Maur-des-Fossés et est actuellement directeur de cabinet du maire de Yerres, Olivier Clodong, successeur à la tête de la ville du député Nicolas Dupont-Aignan, président de DLF. Le conseiller municipal indique néanmoins préparer une liste sans étiquette. «J’ai un coeur qui bat à droite mais je ne suis ni RN, ni LR, ni DLF, je ne suis pas encarté. Avec moins de 4770 habitants, Noiseau n’a pas besoin d’une étiquette politique. J’ai même quelqu’un de l’opposition dans mon équipe», indique Denis Couvrechel. De son côté, le maire LR, Yvan Fémel, prévoit également de repartir en 2020 mais annoncera sa candidature à l’automne.

Mis à jour le 4 mars avec citation de Denis Couvrechel concernant sa position politique.

Télécharger le tract de Denis Couvrechel : page 1page 2
Télécharger la lettre de Yvan Femel
Télécharger le communiqué de Laurent Cathala

 

Télécharger l'article au format PDF :
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Un commentaire pour Municipales 2020 à Noiseau : Denis Couvrechel veut être maire
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi