Publicité
Publicité : Fête des solidarités
Municipales | Accueil Val de Marne (94) Champigny-sur-Marne | 25/09
Réagir Par

Municipales à Champigny-sur-Marne: coup de gueule citoyen à gauche

Municipales à Champigny-sur-Marne: coup de gueule citoyen à gauche
Publicité

A quelques mois des élections municipales de Champigny-sur-Marne, un collectif de citoyens engagés à gauche vient de signer un coup de gueule peu clément envers la majorité en place, sans pour autant appeler à une liste concurrente. De son côté, le maire travaille à la recomposition de son exécutif pour maintenir le rassemblement. Le Conseil municipal de ce mercredi soir en sera l’expression.

« S’unir ou subir » Tel est le titre du communiqué lancé ce mardi 24 septembre par un collectif d’associatifs et de citoyens, comprenant notamment l’association Macadam, ou l’élu Mamadou Sy, qui a claqué la porte de l’exécutif au milieu de l’été.

« Nous faisons le constat amer que Champigny qui a été une commune novatrice dans nombre de politiques dans les domaines de la jeunesse, de la santé, du logement, du social, de la culture et des sports est aujourd’hui en panne », lâchent les signataires qui citent pêle-mêle une gestion « désastreuse » du bailleur social historique de la ville, des politiques « rarement renouvelées et souvent mal évaluées », un malaise des agents.

« Malheureusement à chaque fois que ces sujets sont posés dans le débat politique municipal, les arguments d’autorité, l’absence de dialogue et d’écoute des élu.e.s actuel.le.s sont trop souvent les seules réponses qu’incarne l’éternel refrain des majorités politiques campinoises qui se succèdent : c’est la faute de l’Etat », dénoncent les signataires pour qui cette situation conduit à une « hémorragie de voix » lors des échéances électorales.

 

 

« L’élection municipale de 2020 sera probablement la dernière occasion de rendre notre ville aux campinois.es et de la co-construire réellement en respectant son histoire et ses habitant.es. Notre conviction est que s’il n’y a pas un sursaut à gauche autour d’un programme et d’attitudes qui rompent avec la gestion passée, la droite l’emportera et transformera Champigny en une ville que nous ne voulons pas. C’est pourquoi nous espérons que les élections municipales seront l’occasion d’offrir d’autres visages et d‘autre talents que ceux qui nous ont conduit dans la situation actuelle où la droite pourrait l’emporter », appelle le collectif*.

*Les signataires : Séverine Lozia (amicale de locataires et fonctionnaire), Sandra Torossian (fonctionnaire), Zinaba Kassim (amicale de locataires), Fouzia Laabas (responsable associative) Fahrat Ben Ouirane (militant associatif), Mamadou Sy (conseiller municipal, militant associatif), Abdelkader Elmahroug (représentant syndical), Christiane Mailler (militante communiste), Jean-Jacques Mailler (dirigeant sportif), Elsa Renoux (parent d’élèves, militante associative), Patricia Bessiere (militante communiste et syndicale), Véronique Mamilonne (responsable associative), Zohra Kassou (militante associative), Wele Ibrahima (directeur de résidence sociale), Xavier Songeons (consultant), Grégory Sibani (animateur jeunesse), Niarallé Doucouré (aide-soignante), Maïr Dogan (Militant associatif), Ali Djaiz (responsable associatif), Bénédicte Nguyen (prof de gymnastique), Akila Bellil (professeure d’arts plastiques), Léon Uzum (responsable associatif), Ba Karim (Responsable associatif), Audrey Chenini (fonctionnaire), Aurore Chenini (chanteuse, militante associative), Samir Rekhab (militant associatif), Olivier Lecomte (technicien), Habiba Rahrah (travaileur social).

« Nous souhaitons secouer le cocotier. A ce stade, l’enjeu n’est pas de construire une liste concurrente mais de faire réagir. Nous ne voulons pas jeter le bébé avec l’eau du bain et ne remettons pas en question les politiques sociales qui ont été menées à Champigny, mais nous voulons un sursaut collectif pour que la ville reste à gauche tout en se renouvelant, en innovant », motive l’un des signataires.

Mamadou Sy explique pourquoi il a rendu sa délégation

Autre signataire, Mamadou Sy rappelle pourquoi il a rendu sa délégation aux associations cet été. « On m’a d’abord retiré la gestion des salles, sans échange préalable, puis je n’ai même pas été consulté de la date de conclusion des ateliers avec les associations, que j’avais pourtant menés pendant quinze jours. J’ai ressenti une volonté de m’écarte et à mon retour de congé, j’ai rendu ma délégation. Je n’ai pas trouvé ma place avec le nouveau maire », lâche l’élu, remplacé dans ses attributions par Chrysis Caporal (EELV). A-t-il envie d’aller aux municipales ? « Ce n’est peut-être pas le moment de créer la division avec une liste à gauche mais ça bouge dans la ville, beaucoup d’associations me demandent de me positionner », indique l’ancien conseiller délégué, tout en réaffirmant rester dans la majorité municipale.

Le maire défend son cap et sa politique de rassemblement

De son côté, Christian Fautré, maire PCF candidat à sa réélection, travaille à la recomposition de sa majorité en vue du rassemblement, alors que deux adjoints de l’Uces (le groupe socialiste dissident) se sont vus retirer leurs délégations après avoir témoigné de leur soutien au futur candidat LREM et que l’élu gauche citoyenne, Yves Fuchs, a démissionné en soutien aux deux premiers. La destitution officielle des adjoints et leur remplacement devrait intervenir lors du Conseil municipal de ce mercredi soir.

« Je continue de réaffirmer le cap sur lequel nous avons été élus en 2014. Nous avons travaillé très concrètement avec ces élus délégués durant cette mandature », défend l’élu, citant la mise en place du CRAC (contrat de revitalisation artisanal et commercial), des projets de développement avec l’EpaMarne, le contrat local de santé et encore les futures CPTS (Communautés professionnelles territoriales de santé). « Concernant la vie associative, l’enjeu n’est pas seulement de louer des salles mais d’accompagner les associations dans leur développement, dans leurs projets. J’ai reçu plusieurs fois Mamadou Sy pour échanger à ce sujet. »

« C’est bien beau de critiquer mais que proposent nos détracteurs ? Nous avons beaucoup de projets en cours, qui n’étaient pas là en 2014″, reprend l’élu, citant encore la zac Champigny Est, les Simonettes, le métro…

« Aujourd’hui, je travaille au rassemblement, comme en 2014. Je rassemble d’abord les gens. J’ai par exemple organisé 38 réunions avec les personnels durant 3 mois, et rencontré 1100 agents », insiste l’élu. Sur le plan des étiquettes politiques, le maire entend aussi garder les alliances de 2014. « Aujourd’hui, nous avons un accord oral avec le PS, EELV et l’Uces », indique le maire, précisant que les nominations d’adjoints de ce mercredi soir refléteront cette démarche. Restera à s’accorder avec LFI.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
2 commentaires pour Municipales à Champigny-sur-Marne: coup de gueule citoyen à gauche
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi