Publicité
Publicité : Fête des solidarités
Municipales | Accueil Val de Marne (94) Champigny-sur-Marne | 18/09
Réagir Par

Municipales à Champigny-sur-Marne: deux retraits de délégation

Municipales à Champigny-sur-Marne: deux retraits de délégation
Publicité

Deux maires-adjoints de Champigny-sur-Marne viennent de se voir retirer leurs délégations par le maire PCF Christian Fautré, suite à leur soutien affiché au candidat LREM.

Cela a chauffé en bureau municipal ce mardi 17 septembre. A quelques mois des élections municipales, la présence sur un tract de Jean-Michel Schmitt, le candidat LREM, de deux maires-adjoints, Jean-Louis Besnard et Patrick Le Guillou, a déclenché un clash dans la majorité municipale.

Ces deux élus, ex-PS, avaient quitté leur parti et leur groupe politique avec 5 colistiers à la fin 2016, en désaccord avec la présidente du groupe PS, pour constituer leur propre groupe, l’Uces (Union pour la citoyenneté, l’écologie et le socialisme).  (Voir article de l’époque sur le sujet) Un schisme au sein du PS qui n’avait pas eu d’incidence sur les délégations des élus. En 2017, une partie de ces élus, dont les deux maires-adjoints, avaient ensuite appelé, à titre individuel, à voter pour Emmanuel Macron (voir article), sans que leur action dans la majorité municipale ne soit non plus remise en question.

« Lors de mon élection en tant que maire en avril 2018 (ndlr photo de une), j’ai renouvelé à tous deux, la confiance accordée en 2014 par mon prédécesseur Dominique Adenot, sur la base des mêmes engagements ; en retour, ils ont tous deux réaffirmé leur solidarité municipale. Je leur ai confié les mêmes délégations importantes, qui leur ont permis de continuer à faire valoir leur vision et leur conception dans la mise en œuvre des orientations municipales. Je parle des délégations du développement économique, de l’emploi, du commerce et de l’artisanat, pour l’un ; de celle de la santé et de la prévention pour l’autre », rappelle le maire.

 

 

Abstention sur le budget 2019

Depuis le début de l’année toutefois, les positions des uns et des autres ont commencé à se distendre, au point que les élus se sont abstenus sur le vote du budget 2019. De quoi tendre les relations sans aller jusqu’à la rupture. « Afin de maintenir notre cohésion dans la diversité jusqu’à la fin du mandat, j’ai assumé des prises de positions et des votes de moins en moins conformes à nos orientations. Jusque-là, j’ai toujours veillé à conserver les mêmes principes de rassemblement, prenant très souvent en compte, dans nos décisions, les observations et les demandes des deux élus », indique Christian Fautré tout en regrettant ces positions. « Nous avions alerté le maire à plusieurs reprises sur les limites de sa politique urbaine », motive Jean-Louis Besnard. 

Retrait de délégation et remplacement des adjoints

Pour le maire, le soutien officiel des deux élus au candidat LREM constitue en revanche un dépassement de la ligne rouge. « En rendant public leur soutien au candidat de M. Macron, M. Le Guillou et M. Besnard rompent sciemment le pacte de confiance, et créent -de leur propre fait-, une situation qui m’oblige à prendre, mes responsabilités de maire », explique Christian Fautré, indiquant avoir pris « la seule décision possible en telle pareille situation ; à savoir le retrait de leurs délégations », et annonçant qu’il proposera la nomination de deux nouveaux adjoints au maire pour les remplacer lors du prochain Conseil municipal. 

Jean-Louis Besnard s’explique

« Notre contrat de mandature s’arrête en mars 2020. En octobre 2018, lorsque le maire a annoncé sa candidature (voir article), il s’est auto-proclamé chef de file des municipales sans concertation avec ses partenaires mais il n’y a pour l’heure aucun contrat de mandature au-delà de mars 2020. Nous n’avons donc rompu aucun engagement en soutenant le candidat LREM. En revanche, je regrette de ne pas pouvoir mener à bien les projets que j’avais engagés jusqu’au bout de mon mandat d’élu, notamment la mise en place des CPTS (Communautés professionnelles territoriales de santé) », se défend Jean-Louis Besnard qui précise qu’il ne se représentera pas dans une liste en 2020 même s’il soutient la campagne du candidat LREM.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi