Politique | Accueil Val de Marne (94) Fontenay-sous-Bois | 22/09
Réagir Par

Municipales à Fontenay-sous-Bois: comment LREM veut séduire le centre-gauche

Municipales à Fontenay-sous-Bois: comment LREM veut séduire le centre-gauche © Election de de J-P Gautrais en mai 2016
Publicité

Trois anciens élus PS et EELV de Fontenay-sous-Bois, qui ont depuis rejoint LREM, lancent une association social démocrate écologiste pour soutenir Chantal Cazals, la candidate LREM. Le PS travaille en revanche à revenir dans la majorité municipale. Les électeurs de centre-gauche seront très convoités dans cette élection.

Gauche réformiste écologiste de Fontenay-sous-Bois (Gref), tel est le nom de l’association qu’on décidé de lancer Patrice Bédouret, ancien candidat PS aux municipales de 2014 qui a rejoint LREM en 2017, Bernard Bénédict, élu PS de 1983 à 2014, et Pierre Viénot, conseiller municipal EELV de 2008 à 2014, pour soutenir la liste centriste de Chantal Cazals, investie par LREM, le Modem et également le mouvement l’Appel de Fontenay fondé par Murielle Michon (ex-PS).

L’enjeu : chasser largement sur les terres de centre-gauche, indispensable dans une ville dont le maire sortant, Jean-Philippe Gautrais est Front de gauche. « L’objectif est de rassembler le plus largement possible, même des personnes qui ne souhaitent pas du tout faire partie de LREM », indique Patrice Bédouret.

Alors que la section PS locale a perdu quasiment la moitié de ses adhérents au moment de la vague macroniste de 2017, certains s’étant déjà distanciés avant comme Murielle Michon (candidate au 1er tour en 2014) ou David Dornbusch (ancien secrétaire de section), ceux qui sont restés plaident désormais majoritairement pour une union de la gauche aux côtés du maire sortant et la nouvelle association entend bien séduire ceux qui ne se retrouvent pas dans cette ligne.

En 2014, le PS de Fontenay avait en effet décidé de partir seul aux municipales, derrière la candidature de Patrice Bédouret (qui avait réalisé un peu plus de 13% au premier tour), avant de se retirer au deuxième tour pour respecter les consignes du parti. En minorité, quelques élus PS dissidents (et exclus du parti) avaient décidé de rester dans la majorité.

Lire à ce sujet :
Municipales : rupture historique entre le PS et le PCF à Fontenay-sous-Bois
Patrice Bédouret tire sa révérence, Gildas Lecoq rejoint par le Modem

Législatives Fontenay Vincennes : Patrice Bédouret et Hugo Conzelman (PS) soutiennent LREM

Le PS défend l’union de la gauche

La situation se présente différemment pour 2020. Cette fois le PS entend jouer groupé. « Le PS a échoué en 2014, il faut en tirer les conséquences. Et puis, je suis satisfait de la politique sociale de la majorité municipale, notamment en matière de logements sociaux. Je souhaite que nous puissions constituer l’union de la gauche », défend Louis-Mohamed Seye, secrétaire de section et chef de file local. Une position en phase avec celle du premier fédéral du Val-de-Marne, Jonathan Kienzlen.

Une position que ne partage pas les initiateurs de l’association de soutien des sympathisants de gauche à la candidate LREM. « Fontenay a besoin de se doter d’un projet d’avenir pour tous ses habitants quel-que soit le lieu où ils habitent… Un programme avec une exigence de démocratie, de transparence, portée par une meilleure gestion, pour faire vivre une solidarité d’émancipation avec les associations notamment, permettre l’accès au logement, contribuer avec d’autres acteurs à favoriser l’emploi, vitaliser le commerce, apporter de vraies réponses à l’insécurité, se doter d’une ambition pour l’enfance et la jeunesse, investir pour des équipements publics de qualité, et avoir une vision d’avenir pour un urbanisme respectueux de l’ environnement … Attachés aux valeurs d’une gauche réformiste et humaniste nous ne pouvons-nous résoudre à la reconduction à Fontenay des vieilles alliances d’appareil avec la gauche la plus extrême et la plus archaïque représentée notamment par la France Insoumise », défendent les anciens élus.

« Il y a toujours eu des anticommunistes primaires parmi les membres ou ex-membres du PS », commente Louis-Mohamed Seye.

A gauche, Génération.S, LFI et EELV poursuivent les discussions

A gauche, les discussions se poursuivent aussi entre la majorité sortante et les autres partis. « Nous nous inscrivons dans une démarche de rassemblement autour d’une politique sociale et écologiste », indique Nicolas Leblanc, ex-candidat PS à Nogent-sur-Marne en 2014 désormais à Génération.S Fontenay. « Les discussions sont engagées avec nos partenaires mais ce-sont les adhérents EELV de Fontenay qui décideront de la stratégie locale lors de notre prochaine AG le 28 septembre », précise également Marc Brunet, maire-adjoint EELV. Chez LFI encore, Delphine Fénasse, conseillère municipale déléguée, indique que des discussions sont en cours même si rien n’est officiel, et annonce qu’une assemblée consultative se tiendra sur ce sujet ce lundi 21 septembre.

A lire aussi :
Municipales 2020 en Val-de-Marne : le PS désigne ses premiers chefs de file

Deux candidatures potentielles au centre et centre-droit

Du côté du centre et centre-droit, l’union dès le premier tour s’annonce plus complexe, avec deux groupes aux positionnements compatibles mais qui n’ont pas la même histoire.

D’un côté, Gildas Lecoq (UDI), candidat UDI-LR de 2014, rallié par le Modem au second tour, se prépare depuis six ans, entre sa permanence en centre-ville et son suivi des dossiers municipaux en tant que président du groupe d’opposition. L’élu compte sur son contact avec les habitants pour faire la différence, au-delà des étiquettes. « Depuis 2017, j’ai constitué un groupe de soutien composé de personnalités de droite, du centre, de gauche, mais surtout majoritairement de la société civile, avec notamment des citoyens investis dans des projets écologistes à l’échelle de leur quartier. Depuis un an, nous avons également mené douze ateliers thématiques pour construire le projet », détaille l’élu d’opposition qui indique être « dans une dynamique de candidature » mais pas encore candidat, et estime que des discussions sont possibles avec la liste de Chantal Cazals pour une éventuelle union dès le premier tour, qui serait plus crédible à ses yeux qu’un rabibochage de dernière minute.

De l’autre, Chantal Cazals, animatrice du comité local LREM investie par son parti, s’appuie à la fois sur la dynamique de son mouvement politique, le soutien du Modem et d’une association locale, l’Appel pour Fontenay qui a aussi mené des initiatives de terrain durant la mandature. La candidate compte également s’appuyer sur les habitants pour construire son programme. « Nous allons à la rencontre des Fontenaysiens de tous les quartiers depuis quinze jours », précise la cheffe de file LREM qui considère qu’il y a des sujets de préoccupation communs avec Gildas Lecoq mais estime que son projet est plus collectif et que le centre-gauche devrait davantage s’y retrouver. C’est du reste l’enjeu de l’association Gref d’y concourir. La candidate estime à ce stade qu’une alliance avec l’élu UDI aurait plus de sens au deuxième tour.

Lire aussi :
Municipales 2020 à Fontenay-sous-Bois: LREM, Modem et Appel pour Fontenay s’unissent

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

8 commentaires pour Municipales à Fontenay-sous-Bois: comment LREM veut séduire le centre-gauche
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi