Politique | Accueil Val de Marne (94) Joinville-le-Pont | 17/09
Réagir Par

Municipales à Joinville-le-Pont : les écologistes conditionnent leur ralliement au centre

Municipales à Joinville-le-Pont : les écologistes conditionnent leur ralliement au centre © WCC Lecheminlu
Publicité

La démission spectaculaire de 8 élus de la majorité du Conseil municipal de Joinville-le-Pont en juin dernier a donné un coup d’accélération à la campagne des municipales. Un front allant de la gauche à la droite se constitue, qui pourrait passer par les écologistes, pour affronter le maire sortant, Olivier Dosne (LR). Mais en attendant l’investiture LREM, les jeux ne sont pas faits.

Conseiller municipal EELV d’opposition, Michel Laval n’y va pas par quatre chemins pour analyser la situation à Joinville-le-Pont. « L’objectif premier des écologistes de Joinville est d’empêcher la réélection pour un troisième mandat d’Olivier Dosne (…) et de favoriser l’arrivée aux commandes d’un pouvoir plus sensible à la crise écologique, et au service de toutes les couches de la société. En conséquence, deux stratégies s’offrent à nous : la constitution d’une liste écologiste autonome au premier tour, promise à un score record mais risquant de favoriser in fine la réélection de la majorité municipale sortante, du fait de la dispersion des listes annoncées ; une alliance avec d’autres opposants de la majorité municipale sortante pour la constitution d’une liste d’intérêt local, non alignée collectivement et en la personne de son chef de file sur le parti présidentiel, regroupant des personnalités centristes, de gauche et écologistes, et sur la base d’un accord programmatique fort », résume l’élu qui considère que les les partis de gauche « traditionnels » sont discrédités à Joinville et « collaborent ouvertement avec la majorité municipale. »

« Ce n’est pas un pré-requis d’être de gauche »

De quoi ouvrir un boulevard à une union avec le centre, certes sous certaines conditions programmatiques. « Ce n’est pas un pré-requis d’être de gauche », reconnaît l’élu qui souhaite surtout mettre les étiquettes « le plus loin possible. » Pour l’élu, président du groupe local EELV, la ligne de démarcation se situe entre ceux qui se positionnent contre la majorité municipale et les autres. Et pour l’heure, un candidat semble à ses yeux réellement positionné contre la majorité sortante : Rémi Decout, l’ancien adjoint parti avec 7 autres élus de la majorité en juin.

« L’accord éventuel sera conclu dans la transparence, devant les Joinvillaises et les Joinvillais, auxquels nous soumettons actuellement par voie de tract nos marqueurs programmatiques essentiels », indique Michel Laval, tout en reconnaissant qu’à l’intérieur du groupe EELV, la question des alliances fait débat.

Urgence écologique, social, vivre ensemble, démocratie locale et participative

Ces marqueurs programmatiques, détaillés dans le tract, conditionnent le soutien des écologistes à trois engagements : écologiques, sociaux, et de démocratie locale, assortis de propositions. Pour lutter contre le dérèglement climatique et les pollutions, le groupe EELV propose un plan climat air énergie, une révision du PLU pour « végétaliser et freiner la densification », le réaménagement de l’avenue Galliéni en annulant le projet en cours, et encore la mise en place d’une zone à faible émission et d’un réseau cyclable. Le deuxième défi, le vivre ensemble et la mixité sociale, passe par une clause exigeant 30% de logements sociaux dans tous les projets d’immeubles, la création d’un centre d’hébergement d’urgence permanent ou encore l’adaptation de la voirie aux personnes handicapées. Concernant la gouvernance et la démocratie locale, le groupe EELV exige de la liste qu’il rejoindra la signature de la charte Anticor, la mise en place d’un budget participatif et l’instauration d’un référendum local d’initiative ou d’inscription d’un sujet à l’ordre du jour du Conseil municipal à l’initiative de respectivement 15% ou 5% des électeurs.

De son côté, Rémi Decout, indique « partager les objectifs » affichés dans le tract EELV et « souscrire pleinement aux propositions » qu’il estime « très travaillées » et répondant aux préoccupations des habitants. Un appel reçu 5/5 donc.

Lire aussi : Municipales à Joinville-le-Pont : la majorité vole en éclats

La liste des anciens élus agrège les signes de soutien

L’ancien adjoint Modem peut aussi s’appuyer sur la bienveillance d’Olivier Aubry, président du groupe Joinville ensemble. Sans afficher de ralliement officiel à ce stade, le fils de l’ancien maire regarde avec intérêt le détachement des huit élus de la majorité et souscrit également à plusieurs marqueurs programmatiques des écologistes, concernant la démocratie locale et les enjeux de la co-construction ou l’écologie, « qui va être un sujet majeur ». Sans prononcer de nom, l’élu soutient le principe d’une union pour fédérer l’opposition et constituer une alternance crédible.

Aujourd’hui encarté LREM, Benoit Willot, ex-candidat et président de groupe PS dans une autre mandature, défend lui aussi un large rassemblement allant du centre aux écologistes et qui se positionne clairement contre la majorité sortante. N’y a-t-il pas un risque de Villejuif bis (en 2014, EELV, ex-PS, UDI et LR avaient fait alliance au deuxième tour mais l’équipe s’était rapidement disloquée) à constituer un attelage allant de la gauche à la droite ? « Pas en construisant le programme en amont et en définissant une offre claire. Je pense qu’il faut des alliances pour gérer une mairie », défend l’ancien élu PS.

Génération Joinville refuse de jouer pour ou contre le maire sortant

Ex-PS désormais sans étiquette, Tony Renucci, à qui certains reprochent un non positionnement clair « contre » la municipalité sortante, refuse pour sa part d’avoir à s’inscrire dans cette segmentation.« Nous élaborons un projet avec les habitants et nous apprêtons du reste à lancer notre plate-forme participative. Nous porterons ensuite ces propositions dans le cadre d’une liste citoyenne, sans étiquette. Nous n’avons demandé aucune investiture. Je ne serai pas sur une liste avec Olivier Dosne mais il me semble que se positionner contre, comme marqueur essentiel, relève de la politique à l’ancienne. Nous sommes dans une démarche de projet », explique le futur candidat de Génération Joinville. Lui bénéficie du soutien sans faille d’un autre PS – bientôt ancien PS puisqu’il n’a pas renouvelé sa carte et ne compte pas le faire – Jean-François Clair. « Nous ne roulons pas pour ou contre le maire mais pour les citoyens de Joinville », tacle l’ancien candidat socialiste de 2014 et président du groupe de gauche, tout en rappelant que Michel Laval a claqué la porte de son groupe et préféré « se rapprocher du Modem et de l’UDI. »

Le comité LREM espère jouer sa propre carte

Comme dans beaucoup de villes, l’inconnue majeure de ce puzzle reste l’investiture LREM, à ce jour dans les mains de la commission nationale d’investiture. Du côté de l’équipe de Rémi Decout, on espère bien sûr avoir le soutien du parti présidentiel, alors que le Modem est un allié national. Un avis pas complètement partagé par le comité LREM local. « Nous respecterons la décision qui sera prise mais préférions avoir l’investiture », indique Michel Hascoët, animateur du comité local, confiant dans le pouvoir d’attraction de l’investiture pour mener des alliances ensuite.

Lire aussi : Municipales à Joinville-le-Pont: LREM met les pendules à l’heure

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

5 commentaires pour Municipales à Joinville-le-Pont : les écologistes conditionnent leur ralliement au centre
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi