Publicité
Publicité : Fête des solidarités
Municipales | Accueil Val de Marne (94) Le Kremlin-Bicêtre | 26/09
Réagir Par

Municipales au Kremlin-Bicêtre : Ibrahima Traoré se positionne

Municipales au Kremlin-Bicêtre : Ibrahima Traoré se positionne
Publicité

Alors que la majorité composite du maire sortant Jean-Marc Nicolle bat la campagne avec une première thématique qui s’est tenue lundi, les différents mouvements de gauche sont en discussion mais l’union n’est pas encore en vue. En attendant, Ibrahima Traoré a décidé de descendre dans l’arène.

Dans un communiqué-déclaration, le conseiller départemental FG et conseiller municipal d’opposition, chef de file du PCF (non adhérent lui-même au PCF), défend ses arguments pour se mettre en première ligne.

Pour rappel de la situation, la municipalité du Kremlin-Bicêtre, qui faisait auparavant l’union de la gauche, a connu une crise politique grave depuis le printemps 2018, suit à la mise en examen du maire fin mars 2018 pour abus de confiance, favoritisme, trafic d’influence et corruption active. Ce dernier est en effet soupçonné d’avoir utilisé une association d’oenologie locale dont il était président pour financer une addiction au tiercé en puisant dans sa caisse des sommes payées par des entreprises sponsors travaillant par ailleurs pour la ville. Le maire s’est en partie expliqué sur cette affaire lors d’un point presse au printemps.  En parallèle, son ancien parti, le MRC, a porté plainte contre lui, reprochant notamment à l’élu la surfacturation de notes indigentes, en partie composées de copier-collés, dans le cadre de l’association de formation des élus du parti. Au kremlin-Bicêtre, ville jusqu’alors plutôt paisible politiquement, cette affaire judiciaire a d’abord plongé d’abord le Conseil municipal dans la stupeur. En 2014, le député-maire de l’époque, Jean-Luc Laurent, a été réélu confortablement, avec 55% des voix contre l’union de la droite, et le passage d’écharpe à Jean-Marc Nicolle, son ancien premier adjoint, début 2016, s’était aussi effectué dans la liesse. Depuis la fin 2019, le maire Jean-Marc Nicolle a recomposé une majorité plurielle composée en partie d’anciens opposants.

« La majorité municipale actuelle a créé un objet politique non identifié autour du Maire, je dirai même que notre outil démocratique a été dévoyé aux profits de cette Majorité faite de bric et de broc !!! Je pense qu’il faut des élus représentatifs de notre population, des élus honnêtes, et que vous aurez le pouvoir de contrôler. On ne pourra réellement créer ce renouveau que si vous avez votre mot à dire dans les décisions, la possibilité réelle de participer aux décisions importants pour votre quotidien, de pouvoir en suivre la mise en oeuvre, d’en contrôler leur exécution », défend l’élu.

 

 

« J’admets qu’il y a une certaine audace à faire cette annonce, j’en assume la responsabilité, car sans responsabilités il n’y a pas d’avenir et je vous propose de l’élaborer ensemble. Je m’adresse à vous pour qu’ensemble nous le construisions. Il est fini en effet le temps des promesses, d’un beau programme auquel on vous demande d’adhérer. Ce n’est qu’ensemble, avec vous que nous pourrons réussir. Vous êtes les experts du quotidien, de votre quotidien, votre participation est la seule garantie de faire vraiment du neuf. (…) Je ne veux pas être un chef de plus, mais un animateur (articulateur), avec vous, de ce renouveau », poursuit Ibrahima Traore avant d’aborder les défis sociaux et environnementaux de la ville.

A gauche, Ibrahima Traoré n’est toutefois pas tout seul. Côté MRC et GRS, dont les rangs au Conseil municipal viennent d’accueillir Paule Mathonnat, ex-PS, Jean-Luc Laurent n’a pas encore pris sa décision et indique être en cours de consultation et réflexion. Le maire sortant est en tout cas bien déterminé à peser dans l’élection pour que son ancien fidèle ne soit plus à la tête de la ville.

De son côté, le Forum citoyen travaille à une liste et a même lancé un appel aux volontaires.

Au PS, on précise en revanche être prêt à faire l’union, sous conditions, sans exiger de tête de file. « Il faut que Jean -Luc Laurent et Ibrahima Traoré se voient », insiste Jonathan Kienzlen, premier fédéral PS. Ancien secrétaire du groupe local, Hakim Mamouni, indique être très sollicité mais n’avoir pas encore pris position.

Mise à jour du 29 septembre : EELV a indiqué que Hakim Mamouni n’avait plus de responsabilités chez EELV au Kremlin-Bicêtre et n’était même plus membre du parti. La section, très réduite depuis le départ d’anciens comme Bernard Chappellier, passé à l’UDE et resté dans la nouvelle majorité de Jean-Marc Nicolle, reste aujourd’hui officiellement rattachée à celle d’Ivry-sur-Seine. Celle-ci a officiellement apporté son soutien à la démarche en cours autour du collectif issu de membres du Forum citoyen.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
3 commentaires pour Municipales au Kremlin-Bicêtre : Ibrahima Traoré se positionne
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi