Politique locale | Val de Marne | 06/06
Réagir Par

Olivier Capitanio, pdt LR Val-de-Marne:  «La décision de Valérie Pécresse n’est pas lisible»

Publicité

«Si à la première bourrasque, tout le monde quitte le navire, ce n'est pas le meilleur comportement», lâche Christian Cambon, sénateur et ancien patron des LR Val-de-Marne alors que plusieurs élus ont démissionné en même temps que Valérie Pécresse. Le nouveau président LR94, Olivier Capitanio, appelle pour sa part à la refondation du parti et expose son incompréhension concernant la décision de la présidente de région.

«Je respecte la décision de Valérie Pécresse mais invite à ne pas agir avec précipitation. La crise est très grave, cela n’échappe à personne, mais je recommande de voir comment va évoluer l’initiative de Gérard Larcher et espère que les uns et les autres n’oublient pas ce que le parti des Républicains a fait pour eux. Nous fêtons aujourd’hui l’anniversaire du débarquement. Si le 6 juin, les premiers soldats arrivés à Omaha Beach s’étaient retirés devant les coups de feu, nous ne serions peut-être pas dans le même pays aujourd’hui! »poursuit Christian Cambon, un peu agacé par la série de démissions faisant suite à celle de Valérie Pécresse.

«On ne peut pas se résoudre à être coincé entre RN et LREM»

Maire de Maisons-Alfort et président du parti dans le Val-de-Marne, Olivier Capitanio avoue pour sa part son incompréhension de la décision de Valérie Pécresse. «Lorsque Laurent Wauquiez a été élu, sans qu’elle se présente contre lui, elle a fait le choix de rester en créant un mouvement à l’intérieur pour incarner une autre ligne. Alors que Laurent Wauquiez démissionne suite à son échec et que Gérard Larcher initie une démarche de refondation dont elle a assisté à l’annonce, qu’il va donc y avoir un débat et qu’elle aura tout loisir de défendre sa ligne, elle quitte le mouvement. De mon point de vue, ce n’est pas lisible», estime l’élu. Le nouveau patron des LR 94 réfute également le tableau réactionnaire et conservateur dressé par la présidente du mouvement Libres. «LR est un héritier de l’UMP (Union d’un mouvement populaire) qui rassemblait différentes sensibilités de la droite et du centre. Certains viennent des radicaux, des centristes libéraux… Personnellement, mon premier engagement était à l’UDF et ne je me vois pas comme un conservateur. Je tiens à l’esprit de l’UMP et je ne pense pas que l’addition de petites chapelles va nous permettre d’incarner une force de rassemblement crédible face au RN et à LREM. Je m’inscris pleinement dans la volonté de Gérard Larcher de travailler à une convention nationale pour unir les différentes sensibilités de droite et du centre. On ne peut pas se résoudre à être coincé entre RN et LREM dont la ligne politique ne cesse d’évoluer. Dans ce département communiste, c’est notre vocation d’incarner une droite et un centre suffisamment forts pour incarner une alternance possible et ce n’est pas en se parcellisant qu’on va y arriver, en créant une énième boutique!» se désole celui est également le président du groupe d’opposition LR et apparentés au Conseil départemental.

Sur le plan local, Olivier Capitanio invite donc à jouer groupé. «Mon rôle est de fédérer. La division et la désunion ne m’intéresse pas. La politique est faite pour fédérer les gens et les initiatives. Je pense aussi aux militants qui croient en la droite et au centre et doivent être atterrés par la situation.»

 

 

A lire aussi 

Saint-Maurice : pourquoi Igor Semo reste chez Les Républicains

L’Haÿ-les-Roses : pourquoi Vincent Jeanbrun quitte Les Républicains

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi