Festival | Val de Marne | 21/03
Réagir Par

Pour ses 40 ans, la Biennale de danse du Val-de-Marne joue l’Europe

Pour ses 40 ans, la Biennale de danse du Val-de-Marne joue l’Europe © Patrick Berger
Publicité

Du 21 mars au 19 avril, la Biennale de danse contemporaine du Val-de-Marne fête ses quarante ans avec 64 représentations de 42 compagnies dans plus d'une vingtaine de théâtres, au cœur du Mac/Val et hors-les-murs. Coup d’œil sur les temps forts de cette 20 ème édition qui parle sensibilité et ouverture au monde.

« Cette édition est axée sur les compagnies européennes. On va accueillir et diffuser les artistes du réseau Aerowaves, qui sont peu connus en France, et proposer ces jeunes chorégraphes au regard des professionnels et du public. On a placé le festival Spring Forward au sein de la Biennale pour partager l’idée de que l’Europe se constitue de toutes ces coopérations », explique Daniel Favier, directeur de La Briqueterie – Centre de Développement Chorégraphique National (CDCN), à Vitry-sur-Seine.

Chaque année, 20 chorégraphes sur 600 candidatures reçues sont sélectionnés pour un rendez-vous tremplin par Aerowaves, une plateforme de promotion pour la jeune danse en Europe qui rassemble 40 programmateurs de 33 pays européens dont La Briqueterie est le représentant français. Entre 5 et 7 avril, le festival Spring Forward débarque pour la première fois en France et présentera un panorama de la chorégraphie européenne.

Pour fêter son anniversaire, la Biennale propose également une rétrospective de ses quarante ans d’histoire à travers la projection d’un documentaire le 27 mars, à 20h30, au sein de La Briqueterie. Le film retrace le travail de Michel Caserta, danseur, chorégraphe, directeur artistique et fondateur du festival, donnant la parole à ses compagnons de route, tels Angelin Preljocaj et Maguy Marin. L’occasion aussi de découvrir le livre de photographies de Laurent Philippe, qui a immortalisé de nombreuses éditions de la Biennale. À noter également le Vidéo-danse, nous aussi nous sommes l’Europe (12 avril, 20h30) : un programme de courts-métrages de vidéo-danse internationale qui se penchent sur la question de l’identité européenne.

 

 

Partenaire de longue date, la compagnie Maguy Marin monte sur scène avec May B (28 mars, à Villejuif, et 17 avril, à Saint-Maur-des-Fossés) et avec Ligne de crête (30 mars, à Fontenay-sous-Bois), une critique virulente de la société de consommation. Rendez-vous aussi avec Oona Doherty en trois temps : Hard to be Soft – A Belfast Prayer (23 mars, à 20h, à Ivry-sur-Seine), Hope Hunt & The Ascension into Lazarus (24 mars, à 17h, à Champigny-sur-Marne) et Lady Magma (3 et 4 avril, à Paris), Jean-Marie Machado, Christian Ubl, Joanne Leighton…

Parmi les projets hors-les-murs, un coup de projecteur sur Satchie Noro et Silvain Ohl dans une balade imaginaire et dansée dans le Domaine de Saint-Cloud (14 avril, à 15h), et sur Foofwa d’Imobilité avec Dancewalk – Du vert sinon j’étouffe. Le 13 avril, à 14h30, le public est convié à parcourir, en marchant et en dansant, les quatre derniers kilomètres du parcours « Le chemin des roses », sur la coulée verte de la Tégéval.

La Biennale de danse irrigue une multitude de salles du département.« L’évolution passe par les partenariats très forts avec les théâtres qui s’engagent à accueillir les artistes et chorégraphes au sein de leurs structures. De plus en plus, nous avons un maillage qui a envie de défendre la danse dans sa diversité, d’aller vers des choses connues mais aussi vers des choses insolites, de prendre des risques dans la programmation », se réjouit Daniel Favier.

En pratique

Les tarifs vont de 10 à 34 euros par spectacle

Voir la programmation complète et les infos pour réserver

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi