Education | Accueil Val de Marne (94) Val de Marne | 30/08/2019
Réagir Par

Rentrée des classes en Val-de-Marne, Seine-Saint-Denis et Seine-et-Marne : chiffres et nouveautés

Rentrée des classes en Val-de-Marne, Seine-Saint-Denis et Seine-et-Marne : chiffres et nouveautés
Publicité

Plus de 900 000 élèves rentreront à l’école, au collège ou au lycée ce lundi 2 septembre dans l’Académie de Créteil. Détail des chiffres par département et nouveautés.

Le recteur de l’Académie de Créteil (qui couvre les trois départements de l’est parisien) donnait ce jeudi 29 août sa traditionnelle conférence de presse de rentrée. L’occasion de communiquer les chiffres clés et ce qui change, entre la réforme du lycée, les dédoublements de classe en réseau d’éducation prioritaire ou les initiatives liées au recrutement des professeurs, à la santé publique ou la sécurité. Compte-rendu.

Nouvelle phase de dédoublements

« Élévation du niveau d’ensemble des élèves et justice sociale», tels sont les deux objectifs que le recteur a rappelé en préambule. Au programme tout d’abord : le dédoublement de tous les CE1 et CP d’éducation prioritaire mais aussi l’amorce dès cette année du dédoublement des grandes sections. Une initiative pilote de la part de l’académie pour se donner le temps de préparer l’accompagnement pédagogique.

Lire à ce sujet : Toutes les grandes sections de REP + dédoublées dès la rentrée en Val-de-Marne

 

 

Visites médicales à 3 ans : les PMI sollicitées

Concernant la visite médicale à trois ans, dans les écoles, prévue dans le cadre de la loi sur l’école de la confiance, celle-ci doit être menée sur la base de partenariats avec les PMI (Protection maternelle et infantile) qui sont de la compétence des Conseils départementaux. Des convention avec ces derniers sont donc en cours pour les mettre en place, la médecine scolaire de l’Education nationale ne disposant pas des effectifs pour les réaliser.

Défi environnemental : un éco-délégué dans chaque classe

Le recteur a par ailleurs annoncé qu’il souhaitait que l’intégralité des 3294 établissements de l’Académie développent chacun leur projet environnemental avec un éco-délégué dans chaque classe.

Réforme des options au lycée : peu de statistiques précises

Sur la réforme des options au lycée, qui supprime dès cette année les séries en première au profit d’options que l’on peut panacher afin d’éviter que tout le monde essaie d’aller en S, le recteur s’est réjoui que près de la moitié des élèves aient choisi de prendre l’option SES, et que tout le monde ne soit pas précipité sur le trio mathématiques, physiques, sciences de la vie et de la terre. Il n’a pas été précisé en revanche la proportion d’élèves qui ont pris maths et physiques. Au-delà du manque de chiffres et comparatifs pour évaluer l’impact de ce changement sur cette rentrée en première, il sera de toutes façons difficile d’avoir du recul avant l’année prochaine car les élèves doivent se recentrer sur deux options en terminale et l’on pourra alors seulement mesurer la proportion de ceux qui sont sortis du schéma des anciennes séries – si ces information sont disponibles. Concernant le succès de cette invitation à changer, non seulement au niveau des élèves et des parents mais aussi des professeurs et proviseurs, le recteur a indiqué que des accompagnements des équipe avaient été initiés au dernier trimestre de l’année scolaire qui vient de s’achever. Il a aussi insisté sur les changements opérés au niveau de l’enseignement supérieur, comme la suppression du concours de Sciences Po ou l’ouverture des facs de médecine à des cursus non exclusivement scientifiques.

Concernant la disponibilité des sept options de base en première, le recteur a précisé que sur les 113 lycées d’enseignement général, seulement dix ne présentaient pas ces sept options car ils ne disposaient auparavant que de une ou deux des trois séries S, ES et L. 70 lycées présentent en revanche au moins 8 spécialités.

Parcoursup : toujours pas de chiffres

Concernant Parcoursup, la non communication des chiffres reste de mise, comme en 2018. Le recteur a simplement indiqué que 4000 demandes d’élèves non affectés avaient été reçues dans l’Académie de Créteil et que ces dernières étaient traitées dans le cadre de la CAES (Commission d’accès à l’enseignement supérieur). Le recteur a promis de communiquer globalement, une fois la procédure complémentaire de Parcoursup entièrement terminée, mi septembre.

Lire aussi sur ce sujet :
Parcoursup 2019: 60 513 candidats dans l’Académie de Créteil
Parcoursup Grand Paris: Laurent Lafon fait sauter les frontières académiques
Parcoursup reprend, l’opacité des chiffres locaux demeur
e

Formation des professeurs : de l’Espe à l’Inspe

Sur la formation des enseignants, le recteur a évoqué l’évolution des Espe (Ecole supérieures du professorat et de l’éducation) en Inspe (Instituts nationaux) avec désormais un référentiel national de formation. Ce sujet a aussi été l’occasion d’annoncer le recrutement d’étudiants en pré-professionnalisation dès la deuxième année de fac (voir article détaillé sur ce sujet). Le recteur a également rappelé la revalorisation de 1000 euros annuel supplémentaire de la prime des enseignants en REP + (Réseau d’éducation très prioritaire).

Lire aussi :
Manif de profs contractuels sans poste au rectorat Créteil
Le rectorat de Créteil fidélise ses profs en les pré-recrutant dès la 2ème année de fac

Sécurité : des mesures déjà appliquées, sauf l’internat

Alors que des mesures de sécurité dans les lycées ont été annoncées au niveau national, le recteur a indiqué qu’elles étaient déjà largement en place dans l’académie, comme par exemple la fluidité des échanges entre les services locaux de l’éducation, de la police et la justice. «Désormais nous n’aurons plus besoin des parents pour envoyer un élève en classe relais mais nous incitions déjà très fortement les parents à le faire auparavant», indique également le recteur. Reste en revanche la question des internats du 21ème siècle, également prévus dans le cadre de la loi sur l’école de la confiance, dont le chantier reste à mener.

Petits déjeuner à l’école : ne pas se substituer aux parents

«Je ne veux pas que l’on se substitue aux familles en proposant systématiquement un petit-déjeuner à l’école sans accompagnement», a prévenu le recteur qui souhaite le proposer plutôt une à deux fois par semaine dans le cadre d’une réflexion sur la diététique, l’alimentation, menée en associant les familles.

La rentrée 2019 en chiffres

Elèves et enseignantsSeine-et-MarneSeine-Saint-DenisVal-de-MarneTotal
Elèves300 775343 160261 398905 333
Premier degré163 858201 349149 402514 609
Collège82 04082 72365 663230 426
Lycée techno et général40 57840 33933 433114 350
Lycée professionnel14 29918 74912 90045 948
Total second degré136 917141 811111 996390 724
Enseignants19 68224 79021 11065 582
1er degré public8 60212 4777 93929 018
2ème degré public9 56910 44511 29831 312
Total public18 17122 92219 23760 330
Total privé1 5111 8681 8735 252
Elèves en situation de handicap7 0588 0746 74321 875
Source : Education nationale (prévisions de la rentrée 2019, sauf pour les élèves en situation de handicap dont les chiffres s’appuient sur 2018)
EtablissementsSeine-et-MarneSeine-Saint-DenisVal-de-MarneTotal
Ecoles primaires1 1098736522 634
-écoles publiques1 0838396152 537
-écoles privées26343797
Collèges145154129428
-collèges publics128128104360
-collèges privés17262568
Lycées et EREA689371232
-lycées publics546747168
-lycées privés13262261
EREA (Etablissement régional d’enseignement adapté)1 23
Source : Education nationale (chiffres de 2018) (Dans le Val-de-Marne par exemple, il y a cette année 105 collèges publics)
Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi