Transports | Rungis | 15/05
Réagir Par

Train de fret Rungis-Perpignan : la mobilisation s’amplifie

Train de fret Rungis-Perpignan : la mobilisation s’amplifie
Publicité

La mobilisation s'amplifie pour éviter la suppression du dernier train de fret primeur Perpignan-Rungis fin juin. 

Ce mardi, c’est le président du Grand Orly Seine Bièvre qui a pris position en réclamant un moratoire, une réunion avec le préfet de région et une audition au ministère tandis que le président de la CCI Val- de-Marne, Gérard Delmas, a également apporté son soutien en insistant sur les enjeux d’approvisionnement du MIN, de maintien des emplois et de diminution de la circulation de camions sur les routes du Val-de-Marne avec la pollution qui y en découle.

La pétition citoyenne, qui avait atteint les 13 000 signatures hier, a dépassé les 14200 ce mercredi matin.

Lire sur ce sujet :

 

 

Train de fret Rungis Perpignan : 19 millions d’euros de perdu ?

Télécharger l'article au format PDF :
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Cet article est publié dans avec comme tags circulation, Gérard Delmas, MIN de Rungis, mobilisation, pétition, pollution, Rungis, trains

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi