Mouvement social | Accueil Val de Marne (94) Val de Marne | 17/10
Réagir Par

Val-de-Marne : les syndicats du Conseil départemental en colère

Val-de-Marne : les syndicats du Conseil départemental en colère
Publicité

Depuis la rentrée, les organisations syndicales du conseil départemental du Val-de-Marne (CGT, CFDT, FO, FSU, SAFPT, SUD et UGICT) boycottent les instances représentatives du personnel. Dans le contexte actuel de contrôle des dépenses de fonctionnement de la collectivité, la nomination d’un nouveau directeur général adjoint a mis les nerfs d’une partie des fonctionnaires départementaux à vif.

Depuis le choc de la perquisition du parquet financier au conseil départemental du Val-de-Marne suite aux anomalies pointées par le rapport de la chambre régionale des comptes en 2016, la collectivité a souhaité s’assurer qu’elle ne courrait plus aucun risque juridique. Le conseil départemental a donc nommé un nouveau directeur général adjoint chargé de cartographier les vulnérabilités dans tous les services.

Une décision qui n’est pas du goût des syndicats. «D’abord, il y a un problème sur la forme parce que les représentants du personnel n’ont pas été associés au travail en amont alors que tout a été décidé en juillet. Ensuite, nous ne comprenons pas la création de ce poste alors que nous avons dans tous nos services des agents tout à fait compétent pour apprécier les risques. Nous ne comprenons pas l’intérêt de cette création de poste de directeur général adjoint alors que dans le même temps, nous avons 500 postes vacants et que le personnel est en souffrance à cause des contraintes budgétaires. Cela ressemble à un placard doré», dénonce Coline Pourre, secrétaire générale de la CGT du Département.

Ce poste de directeur général adjoint, qui existait au tableau des effectifs mais n’était pas pourvu jusqu’à présent, a cristallisé des tensions pré-existantes que les représentants du personnel, réunis en intersyndicale (CGT, CFDT, FO, FSU, SAFPT, SUD et UGICT) rappellent dans leurs communiqués. «Nous voulons retrouver du sens dans nos métiers. Nous voulons des moyens pour assumer nos missions de service public : la création de postes pour nos collègues en reclassement, pour les services qui en ont besoin, le recrutement de tous les postes vacants…».

Pour manifester leur désaccord, les syndicats ont choisi de boycotter le comité technique qui devait notamment entériner la nomination de ce poste de directeur général adjoint. L’intersyndicale a demandé à Christian Favier, le président du département, de les recevoir en audience ont été adressés vers son adjointe en charge du personnel, Lamya Kirouani, ainsi que la direction générale des services. Ils ont donc boycotté le second comité technique, le 14 octobre.

«Nous ne demandions qu’une heure d’audience et l’on nous oppose du mépris. La colère gronde dans les services. Nous allons poursuivre le boycott des réunions employeurs à l’exception de celles qui touchent à la santé et à la sécurité des agents jusqu’à ce que l’on soit reçu par le président. Nous pensons que nous sommes encore dans un bastion avec des valeurs mais nous ne comprenons pas cette façon d’agir», reprend Coline Pourre.

Le conseil départemental n’a pas souhaité communiquer sur une affaire qui est traitée en interne. Selon des proches du dossier toutefois, le département s’inscrit en faux par rapport à ce que l’intersyndicale lui reproche, partageant en revanche le constat des représentants du personnel sur les conséquences néfastes de la baisse des ressources du département et ses services publics et invitant à se mobiliser plutôt contre les lois de transformation de la fonction publique, ainsi que sur les réformes du chômage et sur la fiscalité des collectivités.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi