Transports | Accueil Val de Marne (94) Val de Marne | 17/11
Réagir Par

Val-de-Marne : un bus pour faire signer le référendum sur la privatisation d’Aéroports de Paris

Val-de-Marne : un bus pour faire signer le référendum sur la privatisation d’Aéroports de Paris
Publicité

Le Conseil départemental du Val-de-Marne lance ce lundi 18 novembre un mois d’actions pour inciter les habitants à signer la pétition-référendum contre la privatisation d’Aéroports de Paris. En ville en effet, les habitants, même sous les avions, confient se sentir peu concernés. Le point sur la participation par ville du Val-de-Marne.

Pour aboutir, cette pétition-référendum doit obtenir 4,7 millions de signatures (soit 10% du corps électoral français) d’ici au 12 mars 2020, ce qui semble à ce stade très compromis alors que le nombre de signatures est actuellement de 910 200 au niveau national, certains départements étant très peu mobilisés. Le président de la République a néanmoins laissé entendre qu’il étudierait le projet de loi proposé par la pétition si celle-ci atteignait le million de signatures, ce qui est déjà significatif. Dans ce contexte, le Conseil départemental du Val-de-Marne a décidé de multiplier les actions de mobilisation à partir de ce lundi 18 novembre jusqu’aux vacances de Noel, afin d’accélérer la participation.

Le Val-de-Marne affiche le deuxième meilleur taux de participation après Paris

D’ores et déjà, le département est celui qui connait le plus fort taux de participation (4,21%) derrière Paris (5,67%). Pour l’heure toutefois, le nombre de signatures ne s’élève qu’à 32623. Commune parmi les plus impactées par le trafic aérien, Ablon-sur-Seine a montré la voie et déjà atteint les 10,86% de son corps électoral.
Lire : Référendum Aéroports de Paris : Ablon-sur-Seine atteint les 10% de participation

Un bus pour signer

Dès ce lundi 18 novembre, un bus va sillonner le département, équipé de tablettes pour faire signer les personnes. Celui-ci s’arrêtera devant les gares, les marchés… Le conseil départemental a également préparé un clip pour dénoncer la privatisation des aéroports, parmi divers outils de communication. Le premier rendez-vous du bus se tiendra ce lundi à 17 heures place Gaston Viens, à Orly.

 

 

Signer la pétition : quelques clics un peu fastidieux

Contrairement aux pétitions que l’on signe en deux clics sur les plates-formes en ligne, la participation au référendum d’initiative partagée sur la privatisation d’Aéroports de Paris revêt un caractère électoral officiel et il faut donc se munir de son numéro de carte d’identité ou de passeport et indiquer les prénoms et nom rigoureusement comme ils sont indiqués sur sa carte électorale pour pouvoir valider sa signature. L’interface est en outre passablement moins facile d’accès, et n’est pas compatible avec tous les navigateurs, d’où le recours à un bus itinérant équipé en tablettes et animateurs capables d’aider et motiver les habitants à signer.

Des habitants qui se sentent peu concernés

Car en ville, si la majorité des personnes rencontrées ne sont pas favorables à la privatisation de l’exploitation des aéroports, ce n’est pas pour autant qu’elles ont signé. “Je suis contre la privatisation, surtout si cela signifie plus de vols. Je n’en peux plus du trafic aérien. Pour ce qui est de signer la pétition, pourquoi pas? », se tâte ainsi Matthieu, étudiant saint-maurien. « Le sujet ne me touche pas assez pour signer des pétitions », prévient carrément, Lola, 26 ans également étudiante. A Villeneuve-le-Roi, pourtant directement sous les avions (sauf encore pour quelques jours), on semble déjà tellement habitué aux avions que l’on se mobilise pas tant que cela non plus. “Je suis ici depuis 2012 et les avions, je ne les entends pas, je ne les vois pas non plus. Alors, si le trafic venait à s’intensifier, ça ne me dérangerait pas. Pareil pour là où j’habite, à 10 minutes, je suis tranquille. La pétition ne m’intéresse pas”, indique un patron de restaurant. “Je ne suis pas dérangée par les avions. Après, je ne sais pas ce que cela donnerait si le groupe était privatisé. Je ne m’en préoccupe pas vraiment”, confie une gérante de tabac. “J’habite Villeneuve-le-roi depuis trente ans ans et ne suis pas plus dérangé que ça par les avions. Au contraire, s’il n’y en avait pas, on aurait des grands bâtiments interminables qui gâcheraient le charme de notre ville. Je suis pour que les choses restent telles qu’elles sont, parce que de vouloir tout réformer, tout privatiser, ce n’est pas une solution. S’ils le vendent à un américain ou à un chinois, des postes locaux pourraient être supprimés, c’est surtout ça qui poserait un problème. Pas le bruit, ni l’intensification du rythme des vols, à mon avis”, réagit encore Jean-Paul, retraité, qui n’a pas pour autant l’intention de signer la pétition, considérant que « c’est bidon ». Quelques réactions glanées en ville qui témoignent de la difficulté à mobiliser.

Contexte. Le ministère de l’Intérieur a lancé le 13 juin une consultation de tous les électeurs de France, les invitant à faire savoir s’ils souhaitent qu’un projet de loi référendaire instaurant le caractère de service public national des Aéroports de Paris soit étudié par le parlement. Cette loi empêcherait la privatisation des Aéroports de Paris, récemment permise par la loi Pacte. Cette consultation a été lancée suite à l’initiative d’un cinquième des parlementaires, opposés à la privatisation d’ADP. La règle du Rip (Référendum d’initiative partagée) est que le projet de loi sera étudié par le parlement si au moins 10% du corps électoral français le demande d’ici au 12 mars 2020, date de la fin de consultation. Si ce seuil était atteint et que le parlement ne se saisissait pas de la proposition de loi dans les six mois, un référendum pour ou contre cette loi serait alors organisé.

Voir l’article mode d’emploi 
Voir le projet de loi
Voir le site du référendum

Participation par ville du Val-de-Marne en date du 17 novembre 2019

(Source : ADP RIP, un site associatif qui comptabilise les signatures par ville)

VillesPourcentage du corps électoralProgression en valeur absolue depuis le 15 octobre
Ablon-sur-Seine10,86%0,90%
Cachan8,17%0,62%
Villeneuve-le-Roi7,72%0,67%
Choisy-le-Roi6,61%1,06%
Ivry-sur-Seine6,54%0,70%
Arcueil6,47%0,51%
Gentilly6,00%0,31%
Fontenay-sous-Bois5,06%0,47%
Vincennes5,01%0,35%
Orly4,83%0,35%
Bonneuil-sur-Marne4,76%0,68%
Villejuif4,67%0,43%
Le Perreux-sur-Marne4,39%0,37%
Boissy-Saint-Léger4,35%0,83%
Val-de-Marne4,20%0,42%
Rungis4,12%0,34%
Maisons-Alfort4,10%0,32%
Le Kremlin-Bicêtre4,08%0,20%
Sucy-en-Brie4,07%0,54%
Thiais3,90%0,47%
Nogent-sur-Marne3,88%0,43%
Noiseau3,88%0,33%
Saint-Maur-des-Fossés3,85%0,36%
Alfortville3,82%0,31%
Vitry-sur-Seine3,80%0,38%
L’ Haÿ-les-Roses3,77%0,37%
Chennevières-sur-Marne3,75%0,57%
Chevilly-Larue3,70%0,41%
Joinville-le-Pont3,67%0,79%
Bry-sur-Marne3,66%0,35%
Charenton-le-Pont3,61%0,22%
Fresnes3,52%0,26%
Marolles-en-Brie3,28%0,37%
Saint-Mandé3,27%0,21%
Villecresnes3,17%0,36%
Santeny3,14%0,16%
Champigny-sur-Marne3,14%0,38%
Limeil-Brévannes2,99%0,43%
Créteil2,99%0,23%
Saint-Maurice2,92%0,32%
Périgny-sur-Yerres2,89%0,46%
Villeneuve-Saint-Georges2,86%0,38%
Valenton2,81%0,47%
Le Plessis-Trévise2,81%0,41%
La Queue-en-Brie2,68%0,38%
Ormesson-sur-Marne2,53%0,26%
Villiers-sur-Marne2,47%0,25%
Mandres-les-Roses2,31%0,20%

A lire aussi :

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
21 commentaires pour Val-de-Marne : un bus pour faire signer le référendum sur la privatisation d’Aéroports de Paris
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi