Santé | Valenton | 30/01
Réagir Par

Valenton réclame à l’ARS l’autorisation d’une pharmacie au Val Pompadour

Valenton réclame à l’ARS l’autorisation d’une pharmacie au Val Pompadour
Publicité

Alors que l'installation d'officines de pharmacie est réglementée en fonction du nombre d'habitants, la ville de Valenton n'a pas encore obtenu l'autorisation d'accueillir une pharmacie dans le nouveau quartier du Val Pompadour, qui accueille aujourd'hui plus de 3600 habitants, et vient d'écrire à l'ARS (Agence régionale de santé) ce 28 janvier pour lui demander de réexaminer la situation.

 » Une réflexion d’ensemble sur la programmation commerciale de la ZAC avait été menée par le bureau d’études Bérénice en 2014 dont il était ressorti la pertinence d’une officine de pharmacie pour répondre aux besoins sanitaires de la population du quartier isolé du reste de la ville. La ville comptait alors environ 12 000 habitants et possédait 4 officines sur le centre-ville. Nous leur avions demandé à l’époque d’envisager un éventuel transfert sur le quartier du Val Pompadour, mais la proposition avait été déclinée au motif que le quartier n’était pas entièrement achevé et par la difficulté d’évaluer la pertinence d’un transfert. La situation est aujourd’hui complètement différente », pose la maire, Françoise Baud (PCF).

« Le quartier du Val Pompadour accueille une population d’un peu plus de 3600 habitants (recensement à l’IRIS 2014 – quartier Val Pompadour – Etang) et environ 1500 personnes actives employées dans les activités économiques. Une surface commerciale récemment installée draine une clientèle très importante et supérieure aux prévisions attendues. Le quartier est distant de plus de 3 km des pharmacies du centre-ville, contrainte particulièrement handicapante pour les personnes âgées, nombreuses dans le quartier. Les voies routières reliant le quartier au centre-ville sont particulièrement embouteillées aux heures de pointe. Ce qui complique considérablement la fourniture de médicaments en cas d’urgence. La création d’une officine de pharmacie répond à une réelle demande de la population du quartier comme l’a encore confirmée l’étude de consommation réalisée par la Chambre de Métiers du Val de Marne en 2014 », insiste l’élue qui cite l’ordonnance du 3 janvier 2018 réformant les conditions d’implantation en rappelant qu’elle doit en premier lieu répondre de façon optimale aux besoins en médicaments de la population.

« La ville de Valenton compte officiellement, au 1er janvier 2019, 15 011 habitants, chiffre du recensement 2016 qui est vraisemblablement dépassé. Le nombre d’officines a été réduit à 3, puisque 2 pharmaciens ont racheté la licence d’une de leur concurrente qui a fermé boutique. Mes services leur ont proposé d’exploiter cette licence en ouvrant une pharmacie sur le quartier du Val Pompadour. Ils ont écarté cette proposition et cette licence est aujourd’hui« gelée». Comme l’article L. 5125-4 du même code de Santé Publique, subordonne la création d’officine par voie de transfert par tranche supplémentaire de 4 500 habitants recensés dans la commune, cela suppose que la ville doit atteindre les 16000 habitants et une fois ce seuil franchi, il faudra attendre encore 2 ans pour qu’une nouvelle officine puisse être créée. Ce n’est pas un délai envisageable car il s’agit d’une question de santé publique », poursuit la maire de la ville.

 

 

Télécharger l'article au format PDF :
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi