Politique locale | Accueil Val de Marne (94) Champigny-sur-Marne | 17/09
Réagir Par

Valérie Pécresse en visite au Bois l’Abbé à Champigny-sur-Marne

Valérie Pécresse en visite au Bois l’Abbé à Champigny-sur-Marne © Fb
Publicité

Du lycée des métiers Gabriel Péri au commissariat du Bois l’Abbé en passant par la mission locale, Valérie Pécresse, présidente du Conseil régional, a consacré son lundi après-midi à Champigny-sur-Marne à l’invitation de Laurent Jeanne, conseiller régional et candidat Libres aux municipales.

A deux mois de l’inauguration de la seconde phase des travaux de restructuration du lycée des métiers Gabriel Péri, la présidente fait le tour du chantier un casque sur la tête. Quelques enseignants et élèves montrent leurs ateliers sur lesquels ils apprennent à raccorder des foyers à la fibre. «Il y aura de l’emploi au moins pour dix ans dans ce secteur», assure-t-elle, avant de poursuivre la visite. Le Conseil régional d’Ile-de-France, en charge des lycées, finance à hauteur de 25 millions d’euros ces travaux démarrés il y a plus de deux ans et qui ont été retardés par la découverte d’amiante. «Aujourd’hui, nous avons une capacité de 500 élèves. A la rentrée 2022, nous pourrons en accueillir 700 dans des locaux tous neufs» se réjouit la proviseure. Le pôle administratif du lycée, la vie scolaire, un amphithéâtre, le réfectoire et l’entrée principale de l’établissement seront mis en service à la rentrée des vacances de Toussaint.

Passe d’armes sur l’état de la mission locale

En chemin vers l’étape suivante, la mission locale, des lycéens reconnaissent le tout nouveau conseiller de la présidente en charge des quartiers prioritaires, l’ancien boxeur Jean-Marc Mormeck, contents d’avoir croisé une célébrité. Autour d’une table de la mission, ce-sont des jeunes adultes, bénéficiant de dispositifs d’accompagnement à la création d’entreprise ou de mobilité internationale, qui témoignent de leurs parcours. Après une demi-heure d’entretien, un employé signale à Valérie Pécresse la présence d’un message placardé sur un mur. «Bâtiment insalubre, accueil précaire, jeunes IDF en danger». Depuis trois ans, la mission est installée dans un bâtiment préfabriqué. «C’est du temporaire qui dure !», insiste un responsable. «Sur ces sujets là, c’est à la mairie d’être moteur et de proposer du foncier. Ensuite nous pouvons apporter notre concours pour le financement via un contrat d’aménagement régional. Est-ce que la municipalité nous a soumis une demande ?», interroge Valérie Pécresse. «Je ne pense pas», répond Laurent Jeanne. «Ah ! Ils ne veulent pas avoir à nous remercier», tacle la présidente de région. Non conviée à la visite, la municipalité ne pourra pas répondre directement. «Si l’on comptait toutes les fois où la mairie organise des visites ou rencontres et ne prend même pas la peine de m’inviter…», commente sur ce point Laurent Jeanne.

«J’espère que la visite de Valérie Pécresse lui aura permis de mesurer que le quartier du Bois l’Abbé ne se résume pas aux jets de canette et à une dalle, mais à une véritable vie de quartier où la municipalité s’investit depuis de nombreuses années, notamment au travers de l’ANRU», réagit le maire, Christian Fautré.

Dernier rendez-vous : le commissariat du Bois l’Abbé, en plein travaux jusqu’au mois d’octobre. Sur le budget global de 3,8 millions d’euros, 600 000 euros sont financés par la région. «Vous accueillez des violents ici ?» demande Valérie Pécresse. «Dans tous les commissariats, on peut avoir à accueillir ce genre de public», répond le commissaire.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi