Publicité
Publicité : Ordival 94
Justice | Le Plessis-Trévise | 11/09
Réagir Par

Violences conjugales: « Elle marque vite, elle se cogne toute seule »

Violences conjugales: « Elle marque vite, elle se cogne toute seule »
Publicité

C’est pour avoir porté des coups de poings au visage et tenté d’étrangler sa compagne qu’un homme d’une trentaine d’années comparaissait ce mardi devant le tribunal correctionnel de Créteil.

Le 7 septembre dernier, profitant de l’absence de son mari, une jeune femme de 24 ans se présente à la police municipale du Plessis-Trévise. Elle explique avoir été agressée par son compagnon la veille. Cet homme est également le père de leur enfant, âgé de trois ans.

Conduite au commissariat de Chennevières, la jeune femme, de nationalité albanaise comme son compagnon, explique aux policiers « avoir peur pour sa vie ». Les agents constatent des traces de coups au visage.

Interrogée sur leur vie commune, la victime explique qu’ils vivent ensemble depuis plus de trois ans et qu’il la frappe « au moins une fois par semaine » .

« Il lui donne des coups de poings, lui tire les cheveux, lui ‘éclate la tête sur la table‘ », explique la présidente du jury en lisant la déposition de la jeune femme auprès des policiers.

Le prévenu, lui, reconnait simplement lui avoir « attrapé le bras ». Pour le reste, il explique « qu’elle marque très vite (…) elle se cogne toute seule quand je la secoue ».

Lorsque la présidente du jury énumère toutes les blessures constatées sur le corps de la jeune femme, le prévenu répond que « pendant dix secondes, parfois, je ne suis plus moi même » niant cependant les coups.

Lors de de son audition par la police, l’homme explique qu’il assume seul les revenus du foyer, excédé de devoir répondre de ses actes : « Elle me met une plainte sur le dos alors que c’est moi qui la nourrit ! « 

Suivant les réquisitions du Parquet, le Tribunal a condamné le prévenu à huit mois d’emprisonnement avec sursis, ainsi qu’une obligation de soins et l’interdiction d’approcher la victime.

A lire aussi : Violences conjugales: le quotidien du TGI de Créteil

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Cet article est publié dans avec comme tags , Tribunal correctionnel de Créteil, violences conjugales
2 commentaires pour Violences conjugales: « Elle marque vite, elle se cogne toute seule »
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi