Consommation | Accueil Val de Marne (94) Saint-Maur-des-Fossés |
Réagir Par

A Saint-Maur-des-Fossés: la cafétéria du lycée Berthelot a repris du service

A Saint-Maur-des-Fossés: la cafétéria du lycée Berthelot a repris du service

Les élèves du lycée Marcelin Berthelot de Saint-Maur-des-Fossés en avaient assez « de faire la queue pour manger des pâtes, patates ou de la purée ». Fermée depuis juin 2018, la cafétéria de l’établissement a rouvert la semaine dernière.

« C’est Franprix au lycée mais en moins cher« , se réjouit une lycéenne entre deux bouchées de sandwich Sodebo attablée à une des tables en fer de la cafétéria. Une formule à 3,75 euros comprenant un plat, un produit laitier et un fruit. « C’est moins de queue, plus de choix, plus sain et plus pratique que la cantine« , complètent Timéa, Salomé et Elisa, élèves en première.

« Cela permet à la cantine d’être moins sous pression et de fluidifier les passages », ajoute Pascal Bolloré, proviseur du lycée. Avant sa fermeture en 2018, la cafétéria prenait en charge un tiers des repas de ce lycée qui compte également des classes préparatoires et de BTS. Sa disparition avait donc occasionné pas mal d’embouteillages à la cantine.

Lassés de voir les élèves obligés de sortir dehors pour manger plus vite, les parents d’élèves avaient lancé une pétition pour demander sa réouverture tandis que se tenait un bras de fer entre direction du lycée et Conseil régional (en charge des lycées), lequel exigeait un cahier des charges avec un minimum de bio et de circuits courts. (Voir article précédent)

Initier les jeunes à mieux manger

Parmi un groupe de lycéennes assises plus loin, une seule a fait le choix du nouveau plat chaud : « une soupe, je ne sais pas trop à quoi mais super bonne ». Peu de ses camarades l’ont imitée, surtout au début du service, lorsque les élèves avaient le choix. La soupe est fournie par l’une des deux sociétés qui ont répondu à l’appel d’offre lancée par la région. Il s’agit de Seazon, une filiale de Food Chéri basé à Sucy-en-Brie. « Les plats qui changent toutes les semaines sont sans produits rajoutés, et s’additionnent à l’offre des fruits et légumes 100% bio« , vend Yvon Coulier, cuisinier et responsable de la cafétéria.

« Comment ça il n’y a plus de pastabox ?! », s’indigne une lycéenne près de la porte d’entrée. Il est à peine midi trente, mais les pastabox sont déjà en rupture de stock depuis une vingtaine de minutes, soit une heure après l’ouverture de la cafétéria. Un choix de Yvon Coulier qui a décidé de réduire le stock de ce produit à une cinquantaine par jour. A la place, la quantité de plats chaud en circuit court est de 70%. « On réfléchi tà élargir le plus possible l’offre bio et locale. Nos couverts sont par exemple recyclables. L’objectif est que les élèves mangent mieux et soient plus sensibilisés« , explique le cuisinier.

Pascal Bolloré, proviseur de Marcelin Berthelot, Marie-Carole Ciuntu, vice-présidente du Conseil régional d’Île-de-France chargée des Lycées et maire de Sucy-en-Brie, une employée

« Dans le cahier des charges, on a minimum 20 à 23% de bio, on souhaite le 100% bio, mais pour l’instant ce n’est pas possible car le coût d’équilibre est difficile à maintenir« , nuance Marie-Carole Ciuntu, maire candidate à Sucy-en-Brie et vice-présidente de la Région Île-de-France chargée des lycées et de l’administration générale.

Lire aussi :

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Cet article est publié dans avec comme tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi