Nomination | Val-de-Marne | 01/09
Réagir Par

Abdel Kader Guerza devient le premier préfet à l’égalité des chances du Val-de-Marne

Abdel Kader Guerza devient le premier préfet à l’égalité des chances du Val-de-Marne © Fb

Relance des programmes de rénovation urbaine (ANRU 2), amplification de la politique de la ville, «prosélytisme républicain», tels sont les objectifs que va poursuivre Abdel Kader Guerza, fraîchement nommé préfet délégué pour l’égalité des chances dans le Val-de-Marne.

Le Val-de-Marne vient de rejoindre le cercle très fermé des préfectures dotées d’un préfet délégué à l’égalité des chances. Cette fonction a été créée dans des départements où les inégalités sont les plus fortes (Essonne, Bouches du Rhône, Nord, Rhône, Seine Saint-Denis et Val d’Oise) pour réduire les situations d’exclusion sociale. Nommé cet été, Abdel Kader Guerza vient de prendre ses fonctions à Créteil après une quinzaine d’années d’expérience dans la «préfectorale». Jusqu’à maintenant, les politiques publiques en matière de cohésion sociale étaient chapeautées par un sous-préfet chargé de mission politique de la ville. Le haut-fonctionnaire compte s’appuyer sur les réseaux déjà tissés au fil des années mais doit également composer avec la feuille de route du gouvernement des 600 derniers jours du mandat.

Recrutement de 42 emplois d’adultes-relais

«Je serai aux côtés des acteurs de terrain pour évaluer au quotidien les initiatives que l’on accompagne. Il faut que chaque euro dépensé se traduise par une réalité sur le terrain. Nous devons avoir un impact dans ces quartiers, faire du prosélytisme républicain. Quarante deux postes d’adultes-relais viennent d’être attribués au Val-de-Marne. Ce dispositif permet de mobiliser des personnes bien identifiées par les habitants des quartiers politique de la ville pour faire de la médiation», explique cet ancien directeur d’établissements médico-sociaux et d’hôpitaux.

Ces contrats destinés à des personnes éloignées de l’emploi sont des CDD de 3 ans renouvelables à un reprise. Il sont pris en charge à 95% par l’État, le reste étant financé par une structure associative support. Il en existait jusqu’à présent une petite centaine pour le département.

Relancer la nouvelle programmation de l’ANRU

Autre levier de la politique de la ville sur lequel Abdel Kader Guerza compte s’appuyer : la rénovation urbaine. La période électorale des élections municipales puis le confinement ont mis un sérieux coup d’arrêt aux programmes de l’ANRU. «J’ai également pour priorité de remettre un coup de démarreur aux opérations de rénovation urbaine. Il y en a 13 en Val-de-Marne et il n’est pas envisageable d’agir dans ces quartiers sans toucher au cadre de vie. Plusieurs dizaines de millions d’euros de crédits d’étude ont été financés, il faut que nous rencontrions les nouvelles équipes dans les mairies pour nous recalibrer et faire aboutir ces projets. Nous le devons à ces populations», poursuit-il.

Parmi les autres axes prioritaires du haut-fonctionnaire figurent l’éducation, avec la volonté de travailler davantage avec les chefs d’établissements pour pouvoir améliorer l’efficacité des dispositifs déployés au cours de ces dernières années (3 cités éducatives ayant reçu 701 000 euros en 2020, le programme de réussite éducative, les quartiers d’été,…).

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi