Justice | Val-de-Marne | 13/05
Réagir Par

Le procès d’une cinquantaine d’agressions de personnes asiatiques démarre à Créteil

Le procès d’une cinquantaine d’agressions de personnes asiatiques démarre à Créteil

C’est une audience correctionnelle spéciale qui s’ouvre ce jeudi au tribunal judiciaire de Créteil pour traiter d’une cinquantaine de vols avec violences sur des personnes d’origine asiatique en Val-de-Marne. Sur le banc des accusés: trois jeunes hommes, dont deux déjà en détention provisoire.

Un an après un appel à témoin lancé par la brigade de sûreté territoriale de Vitry-sur-Seine pour retrouver les victimes d’un groupe de jeunes hommes s’attaquant principalement à des personnes d’origine asiatique, c’est un procès exceptionnel qui s’ouvre ce jeudi devant la dixième chambre du tribunal correctionnel de Créteil.

Lire : Agression de personnes asiatiques : appel à témoin à Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine et Paris

Entre temps, environ trente victimes ont osé parler et se sont présentées à la police pour dénoncer ce qui leur était arrivé. Il s’agit essentiellement de femmes d’origine asiatique ayant subi de violentes agressions par au moins deux personnes casquées qui tentaient de les déposséder de leurs sacs sur les communes d’Ivry-sur-Seine et de Vitry-sur-Seine.

Une audience correctionnelle spéciale a été organisée pour pouvoir traiter toutes les affaires en même temps. Pour l’occasion, la salle habituellement utilisée pour les audiences d’assise a été mise à disposition de la dixième chambre. Un délibéré global doit être rendu à l’encontre des auteurs présumés de ces agressions vendredi en fin de journée.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
3 commentaires pour Le procès d’une cinquantaine d’agressions de personnes asiatiques démarre à Créteil
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi