Reportage | Accueil | 11/02
Réagir Par

Au collège Jules Ferry de Maisons-Alfort: l’opération école ouverte a ses fidèles

Au collège Jules Ferry de Maisons-Alfort: l’opération école ouverte a ses fidèles

Révision du brevet pour les uns, musée, origami ou dessin pour les autres… De la maternelle à la troisième, 90 élèves sont revenus au collège Jules Ferry de Maisons-Alfort ce premier jour des vacances d’hiver, dans le cadre de l’opération école ouverte. Reportage.

Ce n’est pas tous les jours qu’on peut venir en cours d’arts plastiques tout en écoutant Mister V mais ce lundi de vacances, l’ambiance au collège n’est pas celle de tous les jours. Tout le monde, profs comme élèves, est venu sur la base du volontariat, non seulement du collège mais aussi des deux écoles avoisinantes. Mayrig. jeune collégienne, a choisi l’atelier peinture et impression. « J’étais déjà venue l’année dernière, donc cette fois-ci, j’ai réfléchi à mon dessin : c’est Lily, un personnage de Bienvenue chez les Loud, un dessin animé que je regarde. » Les élèves, qui vont du CM2 à la 4ème, sélectionnent un dessin à partir d’un catalogue, le décalquent et le contournent sur une plaque, avant de passer à la gravure puis à l’impression.

« C’est moins strict que d’habitude : les enfants peuvent grignoter, et mettre un fond musical -qui n’est pas forcément à mon goût !-, tout en apprenant à se servir d’un matériel qu’ils n’ont pas pour habitude d’utiliser : la peinture à l’huile coûterait trop cher pour plusieurs classes de 25 élèves », confie l’enseignante. Pour ceux qui ne veulent pas toucher à la peinture, il y a aussi un atelier origami (pliage de papier) au CDI.

Un dispositif qui fêtera bientôt ses 30 ans
Depuis 1991, le dispositif « Ecole ouverte » mis en place par le rectorat permet d’accueillir des élèves qui ne partent pas en vacances en leur proposant des activités scolaires, créatives et sportives. En 2019, 42% des établissements relevaient de l’éducation prioritaire, dont fait partie le collège Jules Ferry de Maisons-Alfort. L’an dernier, 52 établissements ont participé dont 11 en Seine-et-Marne, 25 en Seine-Saint-Denis, et 16 dans le Val-le-Marne. « Chaque établissement candidate et choisit son calendrier d’ouverture, sachant que le minimum est fixé à 15 jours d’ouverture par an dont 10 en l’été. Le rectorat autorise les établissements ayant au moins une année dans le dispositif à aller au-delà » explique-t-on au rectorat de l’académie de Créteil.

« Pour ces vacances d’hiver, nous dédions un jour d’ouverture, explique Fabienne Charlot, principale du collège depuis un an. On ouvre l’établissement sur la base du volontariat ; il n’y a aucune obligation de venir. La particularité, c’est que nous accueillons des élèves de deux autres écoles avoisinantes. De fait, il y a plusieurs niveaux, allant des moyennes sections aux troisièmes. Ces derniers ont des activités plus scolaires pour préparer le brevet blanc du retour de vacances, et le brevet en juin. Je tenais à ce que le dispositif se différencie d’un centre de loisirs. » Du français, des maths et même un atelier microscopie leur sont proposés, mais aussi de la danse ou du tennis de table. Un panel d’activités qui donne lieu à des ambiances contrastées d’une salle à l’autre de ce bâtiment classé de cinq étages.

Au détour d’un couloir, deux collégiennes répètent leur spectacle de fin d’année. Les maternelles, elles, fabriquent des masques décorés de plumes et de paillettes. Ailleurs encore, d’autres s’entraînent à une dictée dialoguée. « Pour me demander une terminaison, il ne faut pas dire « y a-t-il un ‘s’ à la fin, mais si le mot est au pluriel ou au singulier », explique la professeure de français aux sept élèves qui lui font face. Les maths ne sont pas en reste non plus. « Etre en petit groupe, c’est non seulement bénéfique pour eux, mais pour moi aussi : j’ai le temps de me consacrer aux difficultés de chacun » confie un enseignante. Pour les scientifiques, la dernière porte s’ouvre sur des acariens, du pollen, des cellules de moule, des écailles d’ailes de papillons, et des algues. « Non, ce sont des plantes aquatiques », répond un élève de 5ème à son voisin dans cet atelier microscopie.

Hors les mur, d’autres élèves sont partis au musée du Louvre, pour une chasse aux trésors.

A lire aussi :

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Cet article est publié dans avec comme tags , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi