Commerce | Accueil Val de Marne (94) Bry-sur-Marne | 12/05
Réagir Par

Bry-sur-Marne: les salons de coiffure ont retrouvé leurs couleurs

Bry-sur-Marne: les salons de coiffure ont retrouvé leurs couleurs
COVID19 en Val-de-Marne : Voir la page

A Bry-sur-Marne, Anne n’a pas attendu un jour de plus. Ce lundi 11 mai, elle a fait partie des premières fidèles à prendre place au salon Jean-Claude Biguine du centre-ville pour refaire sa couleur.

« J’ai réussi à sauver les meubles ces derniers mois grâce à des produits professionnels mais psychologiquement, aller chez le coiffeur permet de prendre ses distances avec le confinement. Je reviens d’ailleurs de l’esthéticienne et de la manucure », confie-t-elle. Couleur, coupe, brushing… Quelques coups de ciseaux plus tard, c’est Séverine qui lui succède. « C’est le seul jour ou j’aurai du temps pour moi avant de revoir ma famille et de reprendre le travail. C’est agréable de se sentir présentable dans ces circonstances », motive la cliente.

Un peu plus loin, le salon Y Coiffure ne chôme pas non plus avec Anaïs et Yann aux commandes, premiers coiffeurs du salon à déconfiner. Quinze clients ont pris rendez vous et les coupes s’enchaînent de 8h30 à 20h30. Des horaires élargis pour accueillir un maximum de clients mais pas en même temps. « Les journées vont paraître plus longues mais on se réorganise en fonction de notre sécurité. Ma seule crainte est de transmettre le virus à mon fils de 6 ans que je n’ai pas remis à l’école pour le protéger », témoigne Anaïs. Les coiffeurs ont reçu des masques, gants et visières en plexiglas, ainsi bien-sûr que du gel hydroalcoolique. Il leur est aussi demandé de changer de vêtements personnels chaque jour et de porter des blouses dès qu’elles seront livrées.

Pour les clients, désinfection des mains obligatoire à l’entrée du salon, port du masque et pas d’accès possible aux vestiaires. Des obligations contraignantes pour des coiffeurs non formés pour. Pour financer le surcoût lié à l’achat du matériel hygiénique, une participation de deux ou trois euros est demandée à chaque client.

Au Perreux-sur-Marne, l’achat de toute cette panoplie a déjà coûté 400 euros à la gérante du salon Diminu’tif, Sophie. Elle n’a pas de salariés et pour répondre à tous ses habitués dans l’urgence d’une coupe ou d’une couleur, elle a décidé d’ouvrir le lundi. Ce 11 mai, elle a pris 7 rendez-vous à des horaires bien séparés pour éviter tout croisement.

Lire tous nos articles sur le thème Coronavirus en Val-de-Marne

A lire aussi sur le thème Coronavirus en Val-de-Marne

Port du masque obligatoire dans une vingtaine de zones du Val-de-Marne

Le métro Grand Paris Express retardé suite au coronavirus

La Seine-Saint-Denis lance un fonds d’aide au paiement des loyers

Ile-de-France: plus d’1 million d’habitants invités à se faire tester dans 32 villes

Nouveau décès du Covid-19 chez les gendarmes de Maisons-Alfort

Le Forum métropolitain du Grand Paris veut auditer la gestion de la crise du Covid 19 en Ile-de-France

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
COVID19 en Val-de-Marne : Voir la page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi