Insolite | Accueil Val de Marne (94) Chennevières-sur-Marne | 05/04
Réagir Par

Chennevières-sur-Marne: les ânesses en ont marre du confinement

Chennevières-sur-Marne: les ânesses en ont marre du confinement

Rencontre insolite ce matin. En rejoignant sa chocolaterie de La Varenne depuis La Queue-en-Brie, Alain Audinot a croisé deux ânesses qui cheminaient de l’autre côté de la piste cyclable, le long de la plaine des Bordes à Chennevières-sur-Marne.

En cette période morose malgré le soleil dont on ne peut pas profiter, la scène valait bien une photo… « J’ai appelé la police pour les prévenir et éviter un accident, mais ils ont d’abord cru que je faisais une blague », confie le chocolatier.

Les deux évadées, Bossa et Caboche, ont finalement regagné leur domicile, l’asinerie Francilianes. « Ce sont des gestantes et elles commencent à chercher un endroit pour ânonner mais ce n’est pas encore le moment. Nous les conduirons au parc cet été, explique Emilie, qui tient l’asinerie. Depuis le début du confinement, c’est la quatrième fois qu’elles s’échappent. Il n’y a pourtant aucune clôture de cassée et le taquet du portail est impossible à ouvrir et refermer pour un animal. » Si l’ouverture du portail est sans doute le fruit d’une action humaine, les deux ânesses en profitent à chaque fois pour prendre la tangente. « Elles en ont peut-être assez de ne plus voir personne », se questionne Emilie.

Il est vrai que d’ordinaire, les 27 ânes du domaine reçoivent les visites des centres de loisirs, écoles, et même des Ehpads, surtout au printemps, la belle saison. Mais de cela, il n’est plus question depuis la mi-mars. Lors que le site rouvrira, peut-être les petits ânons de Bossa et Caboche seront-ils déjà nés.

En attendant, l’élevage canavérois, qui produit du lait d’ânesse bio, continue de vendre ses cosmétiques par Internet. Pour les chocolats d’Alain Audinot à Saint-Maur-des-Fossés, le magasin reste en revanche ouvert. « Nous avons organisé un sas dans l’entrée, protégé de bâches en plastique. Cela permet aux clients de voir les produits sans entrer davantage dans le magasin. La période de Pâques est très importante pour nous », explique l’artisan.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi