Culte | Val-de-Marne |
Réagir Par

Convalescent du coronavirus, l’évêque de Créteil Michel Santier rend sa charge

Convalescent du coronavirus, l’évêque de Créteil Michel Santier rend sa charge

Nommé évêque de Créteil le 4 septembre 2007 par le pape Benoît XVI, alors qu’il était évêque de Luçon en Vendée depuis septembre 2001, Michel Santier, aujourd’hui âgé de 73 ans, a remis sa charge d’évêque au pape François qui l’a acceptée.

Souffrant déjà d’asthme, le prêtre n’a pas été épargné par la pandémie de coronavirus Covid 19, hospitalisé pendant plus d’un mois à l’hôpital Henri Mondor. Il ne s’agit toutefois pas d’un départ précipité, l’évêque restera en fonction jusqu’à la nomination de son successeur.

Durant ces treize années dans la banlieue parisienne, le prélat ne s’est pas ménagé pour partager sa foi avec toutes les populations. Fondateur d’une communauté de renouveau charismatique « Réjouis-toi » en 1977, à Coutances (Normandie), l’évêque a notamment fait travailler le Conseil pastoral sur l’interculturalité avec à la clef un abécédaire, a contribué au dialogue inter-religieux avec les représentants des cultes juif et musulman à l’occasion de nombreuses rencontres, organisé un Synode diocésain, occasion d’une concertation géante de tous les fidèles du département, sur la thématique « Prendre soin les uns des autres », multiplié les visites pastorales auprès des jeunes et dans les quartiers populaires.

L’un des temps forts de la charge d’évêque de Créteil de Michel Santier aura bien sûr été la réalisation de la nouvelle cathédrale de Créteil, inaugurée fin 2015. Le prélat s’est aussi fait l’ambassadeur de la cause de Madeleine Delbrêl, assistante sociale fondatrice d’une communauté à Ivry-sur-Seine au début du 20ème siècle.

Début janvier, lors d’un dîner de presse, il évoquait encore de nouveaux projets. Le coronavirus est venu bousculer cet agenda, avec cinq semaines de soins intensifs à l’hôpital, aggravant des problèmes pulmonaires pré-existants. « J’étais habitué au grand air de la Normandie et de la Vendée ; l’air pollué de la région parisienne ne me convient pas, cela a conduit à des difficultés pulmonaires et les médecins ont diagnostiqué de l’asthme qui a entraîné aussi l’apnée du sommeil. Voyant que je n’aurai pas les forces physiques pour poursuivre mon ministère parmi vous jusqu’à 75 ans et ayant traversé d’autres difficultés, en fin d’année 2019, après avoir réfléchi, prié et pris conseil, j’ai écrit au Pape François pour lui remettre ma charge d’évêque de Créteil. Il m’a répondu favorablement et a accepté ma démission. Le nonce Apostolique, Monseigneur Celestino Migliore, dans une rencontre après ma
sortie de l’hôpital, m’a transmis la décision du Saint Père et m’a accueilli chaleureusement. Il m’a demandé de m’adresser directement ainsi à vous. L’épreuve que je viens de traverser n’a pas arrangé les choses. Je me remets bien mais la fatigue subsiste. Le départ ne sera pas brutal, car je demeure votre évêque jusqu’à la nomination de votre nouvel évêque, cependant je serai plus en retrait, relayé par les vicaires généraux et épiscopaux »
, indique l’évêque dans un message à son diocèse.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Cet article est publié dans avec comme tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi