Santé | Val-de-Marne | 12/03
Réagir Par

Coronavirus en Val-de-Marne: les questions en suspens dans les écoles

Coronavirus en Val-de-Marne: les questions en suspens dans les écoles
COVID19 en Val-de-Marne : Voir la page

(Mise à jour au 13 mars : toutes les écoles seront fermées à partir de lundi 16 mars) Quelles consignes appliquer dans les écoles, comment réagir lorsqu’un parent, élève ou enseignant est positif au Coronavirus Covid 19, comment protéger enfants et personnels… Petit point en Val-de-Marne.

Alors que dans certains départements, les écoles ont été fermés, ce n’est pas le cas en Val-de-Marne où il n’y avait pas encore de cas déclaré d’élève en date du 11 mars. Pour l’heure, les cas signalés ont été un agent du lycée Mistral de Fresnes en fin de semaine dernière, lequel n’était pas en contact avec les élèves, et cette semaine un père d’élève de l’école Georges Sand à Villejuif. Ses 3 enfants (2 élèves en maternelle et 1 en élémentaire) ont eu instruction de rester en quatorzaine mais ne sont pas testés, conformément aux consignes en vigueur qui limitent les tests aux personnes malades. Pour les parents qui ne seraient pas complètement rassurés, il leur revient de prendre la décision de ne pas scolariser leur enfant, rappelle la FCPE locale qui a informé les parents via son blog. « Nous aimerions avoir une information plus complète et plus transparente », commente une mère d’élève. Un conseiller pédagogique a par ailleurs été dépêché sur place afin d’échanger avec ces derniers.

A Drancy (Seine-Saint-Denis) en revanche, une école maternelle a été entièrement fermée après qu’une enseignante ait été contaminée par son mari employé sur la base de Creil, car il était trop compliqué, au vu du jeune âge des enfants, de savoir qui ils avaient pu côtoyer ou non.

Des réunions hebdomadaires entre parents d’élèves et recteur

Pour tenir informer les fédérations de parents d’élèves de la situation, un point d’étape hebdomadaire a été instauré au rectorat, pour répondre aux questions des fédérations et faire le point dans l’académie. « Ce-sont des réunions d’une heure qui permettent de poser toutes les questions et d’aborder des aspects pratiques », apprécie Myriam Menez, présidente de la PEEP 94.

Savon à l’école ?

Quid par exemple de la reconnaissance par empreinte digitale, utilisée dans pas mal de cantines de collèges de Saine-Saint-Denis ? Sur ce point, le ministre a recommandé leur désactivation jusqu’à nouvel ordre. Autre point, qui semble pourtant aller de soi, la mise à disposition du savon. « Dans certaines écoles, il n’y pas systématiquement de savon dans les sanitaires, pour éviter que les enfants ne jouent avec! » relève la présidente de la PEEP 94. « Mais le savon n’est pas toujours livré dans les écoles », réagit de son côté Luc Bénizeau, délégué syndical Snudi-FO et directeur d’école. A cela s’ajoute, petit détail désagréable, que les sanitaires d’écoles sont rarement équipés en eau chaude, ce qui n’incite pas outre mesure les petits à se laver les mains longuement sous l’eau glaciale. Reste ensuite à se sécher les mains… Des aspects pratiques d’hygiène élémentaire qui se retrouvent questionnés à l’occasion de l’épidémie de Coronavirus mais devraient faire l’objet d’une réflexion au-delà de cette seule période, pour limiter d’autres pathologies contagieuses comme par exemple la gastro.

Comment mettre en oeuvre les précautions supplémentaires? Avec quels moyens?

Du côté des représentants du personnel, pas de réunion hebdomadaire proposée à ce jour. Le lieu d’échange institutionnel sera le CHSCT (Comité hygiène et sécurité des conditions de travail) qui doit se tenir la semaine prochaine. En attendant, ces derniers ont déjà fait remonter leurs inquiétudes et questionnements à l’occasion de la CAPD (Commission administrative paritaire départementale) qui se tenait jeudi dernier. « Le mardi précédent nous avions reçu un mail nous demandant d’aller directement sur le site du ministère pour nous informer de l’évolution de la Foire aux questions. C’est un peu facile pour le ministère de penser que toutes les consignes vont être mises en oeuvre sans se préoccuper de toute la chaîne opérationnelle, insiste Luc Bénizeau. Il ne suffit pas de décréter qu’il faut nettoyer les poignées de porte. Comment organise-t-on cette procédure ? Comment fait-on lorsque les agents d’entretien sont déjà en sous-effectif, et réquisitionnés pour les mises sous pli électorales ? »

Anxiété liée au risque de contamination

Les personnels comme certains parents s’inquiètent aussi des risques concrets de contamination. « Certains enseignants sont sous chimiothérapie, souffrent d’asthme, il y a aussi des femmes enceintes, et ils et elles s’inquiètent pour leur santé. On nous renvoie à la médecine du travail mais celle-ci est peu disponible », reprend le délégué Snudi-FO. Côté parents, certains s’inquiètent de savoir s’ils doivent continuer à envoyer le grand-père cardiaque chercher le petit à l’école.

Lire tous nos articles sur le Coronavirus Covid-19 en Val-de-Marne

A lire aussi sur le Coronavirus dans le Val-de-Marne:

Lire tous nos articles sur le thème Coronavirus en Val-de-Marne

A lire aussi sur le thème Coronavirus en Val-de-Marne

Le Conseil départemental du Val-de-Marne vote une rallonge budgétaire de crise

Baromètre du coronavirus en Ile-de-France: point au 19 octobre

Ile-de-France: attestations dérogatoires au couvre-feu

Près de 2500 élèves Covid positifs en Ile-de-France

Contact tracing Covid-19 en Val-de-Marne: 60 000 personnes contactées

Aéroport d’Orly: le centre de tests Covid-19 accueille jusqu’à 1000 voyageurs par jour

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
COVID19 en Val-de-Marne : Voir la page
3 commentaires pour Coronavirus en Val-de-Marne: les questions en suspens dans les écoles
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi