Mouvement social | Val-de-Marne | 23/01
Réagir Par

Coupure d’électricité en Val-de-Marne : Enedis porte plainte, Catherine Proccacia interpelle le gouvernement

Coupure d’électricité en Val-de-Marne : Enedis porte plainte, Catherine Proccacia interpelle le gouvernement

Le gestionnaire du réseau d’électricité national, Enedis, a décidé de porter plainte après la coupure revendiquée par la CGT Énergie ayant impacté près de 60 000 clients du sud de la petite couronne mardi 21 janvier en début de matinée.

De son côté, la sénatrice LR du Val-de-Marne, Catherine Proccacia a profité des questions au gouvernement de ce mercredi pour interpeller les ministres à ce sujet. «Après Bordeaux, Nantes, Lyon, Perpignan, Agen, Marseille, une nouvelle coupure générale d’électricité, revendiquée par la CGT Énergie, a touché hier le Val-de-Marne, privant 135 000 habitants d’électricité et de chauffage dans dix villes. L’aéroport d’Orly, le marché Rungis ont été touchés ; des feux tricolores à l’arrêt ont provoqué des accidents ; les pompiers ont dû intervenir d’urgence ; des personnes se sont trouvées bloquées dans le tram ou l’Orlyval, d’autres, prisonnières dans des ascenseurs. Et cela dans un département limitrophe de Paris ! Il est surréaliste d’entendre ces individus, sûrs de leur impunité, annoncer de nouvelles coupures. Quelles sanctions prévoyez-vous, monsieur le Premier ministre ? Chacun peut-il faire ce qu’il veut en France sans craindre les conséquences ? Ces irresponsables mettent en danger la vie des Français. Leur impunité est insupportable. Allez-vous faire respecter le droit ?».

C’est Élisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, qui s’est chargée de répondre à la sénatrice. «Plus de 60 000 clients ont été affectés dans le Val-de-Marne, mais aussi les Hauts-de-Seine et l’Essonne. La CGT Énergie revendique des coupures « ciblées ». Mais sur qui, sur quoi ? Sur les milliers de salariés du marché de Rungis ? L’hôpital de jour d’Orly ? Les transports en commun ? Les foyers ? Non : ce sont des coupures aveugles, très pénalisantes et dangereuses. Ces agissements sont le fait d’une infime minorité de grévistes ; la grande majorité applique la loi. Je condamne fermement ces actes illégaux, qui feront l’objet de poursuites judiciaires, Enedis ayant déposé plainte. Il existe des moyens démocratiques d’exprimer un désaccord. Les coupures, comme les envahissements et les blocages, feront l’objet de poursuites et de sanctions».

Pas complètement satisfaite de la réponse de la ministre, Catherine Proccacia a achevé son intervention en réclamant une réaction plus forte. «Vous n’avez pas dit quelles seraient les sanctions ! L’État doit se constituer systématiquement partie civile et demander réparation intégrale. Parler, condamner ne suffit pas : agissez !».

Pour rappel, les syndicats CGT Energie de Paris, Essonne, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne et Val-d’Oise ont revendiqué la mise hors tension d’un poste source à Rungis dans le cadre de la mobilisation contre la réforme des retraites par points dont ils réclament le retrait total.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi