Santé | Accueil Val de Marne (94) Créteil | 05/06
Réagir Par

Créteil: décédée du Covid, l’infirmière Reine Melesan donne son nom au nouveau bâtiment de l’hôpital Mondor

Créteil: décédée du Covid, l’infirmière Reine Melesan donne son nom au nouveau bâtiment de l’hôpital Mondor © GHU AP-HP Mondor
COVID19 en Val-de-Marne : Voir la page

Ouverte en urgence le 9 avril au pic de la crise du Coronavirus, la nouvelle annexe dédiée aux plateaux chirurgicaux de l’hôpital Henri Mondor (AP-HP) de Créteil a accueilli 89 patients du Covid et gardera le souvenir de cette épidémie meurtrière jusque dans son nom.

Le bâtiment que l’on surnommait du sigle fonctionnel de RBI (réanimation-blocs-interventions) sera désormais prénommé Reine en mémoire de Reine Melesan, cadre infirmière de nuit à Chenevier, décédée du Covid 19 au milieu du mois de mai.

Hommage à Reine Melesan

Reine Melesan avait commencé comme agente hospitalière, avant de devenir aide-soignante, infirmière puis cadre. Elle a exercé à l’hôpital Dupuytren et à l’hôpital Albert-Chenevier. Elle est décédée à l’âge de 57 ans à l’hôpital Henri Mondor. Un hommage lui a été rendu le 26 mai à l’hôpital.

Alors qu’un appel à noms avait été lancé auprès des hospitaliers pour baptiser le RBI, celui de Reine a été suggéré. Une plaque sera posée avec le nom de Reine Melesan pour que chacun se souvienne, indique l’AP-HP.

Une ouverture partielle en urgence pour augmenter la capacité de réanimation de la région

Cette large annexe située devant l’hôpital devait initialement ouvrir en septembre pour accueillir les plateaux de chirurgie interventionnelle et de réanimation mais a accéléré son équipement pour ouvrir partiellement au début du printemps. Le site, qui comprend notamment 55 lits de réanimation et 30 lits de soins critiques sur deux niveaux, a ainsi accueilli 89 patients durant la période la plus tendue en termes de place de réanimation dans la région.

Une ouverture d’urgence qui a nécessité d’importants renforts humains avec notamment 49 médecins séniors et 41 internes de médecine venant de toute la France ainsi que 300 personnels paramédicaux, en plus des équipes locales. « Des volontaires non soignants ont également prêté main forte aux équipes locales durant ces six semaines d’intense mobilisation. Une cinquantaine de personnes de « Résilience citoyenne » et du « Groupe Assistance Commando » ont notamment assuré les fonctions de brancardiers, de coursiers, d’aides en lingerie, en restauration et en manutention », indique l’hôpital.

Lire aussi : Créteil-coronavirus: l’extension RBI de l’hôpital Mondor (AP-HP) ouvre et cherche du personnel

89 patients accueillis en réanimation, dont 23 décédés

Au total, 23 patients y sont décédés (25,8%), 21 en sont sortis guéris et rentrés à domicile (23,6%), 15 sont allés en soins de suite et de réadaptation (16,8%), 12 en hospitalisation conventionnelle (13,5%) et 18 ont été transférés en réanimation au sein du bâtiment principal (20,2%), détaille l’AP-HP. Le dernier patient a quitté le site le 20 mai pour être transféré en réanimation dans le bâtiment principal.

Rentrée chirurgicale en septembre 2020

Sauf deuxième vague, le nouveau bâtiment va se consacrer à ce pourquoi il a été conçu, la chirurgie, avec un étage complet de bloc opératoire de 21 salles et 41 lits de réveil qui devrait être opérationnel d’ici à septembre. Les 55 lits de réanimation et 30 lits de soins critiques qui ont servi durant la crise Covid, seront désormais destinés à accompagner cette activité interventionnelle. Ce plateau technique de dernière génération doit venir remplacer celui du bâtiment historique.

Lire tous nos articles sur le thème Coronavirus en Val-de-Marne

A lire aussi sur le thème Coronavirus en Val-de-Marne

Le métro Grand Paris Express retardé suite au coronavirus

La Seine-Saint-Denis lance un fonds d’aide au paiement des loyers

Ile-de-France: plus d’1 million d’habitants invités à se faire tester dans 32 villes

Nouveau décès du Covid-19 chez les gendarmes de Maisons-Alfort

Le Forum métropolitain du Grand Paris veut auditer la gestion de la crise du Covid 19 en Ile-de-France

Christian Favier réclame une place pour les centres de santé dans le Ségur national

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
COVID19 en Val-de-Marne : Voir la page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi