Santé | | 11/05
Réagir Par

Créteil: le retour des patients non Covid aux urgences du CHU Mondor (AP-HP)

Créteil: le retour des patients non Covid aux urgences du CHU Mondor (AP-HP)
COVID19 en Val-de-Marne : Voir la page

Très peu de nouveaux patients Covid aux urgences, un pic de patients psy qui ont décompensé pendant le confinement, le retour d’autres pathologies lourdes, la difficulté de réorganiser les services en aval des urgences pour concilier Covid et non Covid et rester prêt en cas de 2ème vague. Retour sur le reflux de la première vague de coronavirus Covid 19 aux urgences du CHU Mondor de Créteil (AP-HP), avec son chef de service, Mehdi Khellaf.

« Aujourd’hui, nous sommes revenus à 3-4 passages de patients Covid par jour alors qu’au pic de l’épidémie, fin mars, nous en avions 80 dont la moitié nécessitaient une hospitalisation », indique Mehdi Khellaf, chef du service des urgences Mondor, le plus gros service d’urgences du Val-de-Marne.

En parallèle de ce reflux du coronavirus, les patients plus « classiques » ont retrouvé le chemin des urgences même si ce n’est pas encore au rythme d’avant la crise. « En temps normal, nous avons environ 160 passages par jour dont 25% nécessitent une hospitalisation. Aujourd’hui, nous sommes plutôt à 110 passages mais 40 à 50% des patients sont hospitalisés », chiffre le professeur Khellaf. Un écart que le médecin explique par l’absence des pathologies plus bénignes.

Beaucoup de patients psy

« Nous avons en revanche un gros signal sur la psychiatrie. Un certain nombre de patients ont arrêté leur traitement et nous voyons arriver des schizophrènes et des bipolaires en pleine décompensation. Le weekend dernier, nous avons eu par exemple 15 patients en psy chaque jour, ce qui n’est pas du tout notre rythme habituel », témoigne le médecin. En raison des mesures de confinement, le rituel du suivi dans les centres a en effet été bousculé et il faudra sans doute un peu de temps pour que ces patients retrouvent leur cadre.

« Nous avons aussi beaucoup de cas d’alcoolisme et avons vu revenir les problèmes cardiaques et neurologiques. Pendant le confinement, les urgences pour AVC avaient diminué de moitié », poursuit le chef des urgences.

Lire aussi : Dépistage, brigades sanitaires, isolement: détails du suivi médical du déconfinement en Val-de-Marne

Réorganiser des filières non Covid en aval des urgences

Alors que l’hôpital s’était massivement converti en accueil coronavirus, l’enjeu est désormais de refaire de la place aux patients non Covid en aval des urgences, tout en conservant la double filière. En réanimation, il n y’a pas de problèmes car le nouveau bâtiment dit RBI (Réanimation Blocs Interventionnel) ouvert en avril a une large capacité d’accueil Covid. « C’est plus compliqué pour les hospitalisations en gériatrie, neurologie, cardiologie. Il n’y a pas assez de lits et nous devons stocker les patients aux urgences. Nous avons ouvert une unité tampon à la place de psychiatrie qui elle est partie à Chenevier. La difficulté est de faire la bascule dans l’autre sens. Il y a encore deux étages réquisitionnés pour le coronavirus même si nous sommes passés de 200 patients Covid hospitalisés dont 70 en réanimation à 60 hospitalisés dont 40 en réanimation », détaille le chef de service, qui estime qu’il faudra encore 2 ou 3 semaines pour opérer cette transition.

Lire aussi : Créteil-coronavirus: l’extension RBI de l’hôpital Mondor (AP-HP) ouvre et cherche du personnel

Mais rester prêt en cas de 2ème vague

Un retour à la normale qui sera conditionné par le reflux définitif de l’épidémie, impossible à pronostiquer aujourd’hui. « Même s’il n’y a presque plus de patients coronavirus aux urgences, nous conservons deux circuits séparés et garderons des secteurs Covid pour accueillir tous les patients susceptibles d’être contaminés. »

Lire aussi : Créteil: une nouvelle tente pour orienter les patients coronavirus aux urgences de l’hôpital Mondor

Lire tous nos articles sur le thème Coronavirus en Val-de-Marne

A lire aussi sur le thème Coronavirus en Val-de-Marne

Le métro Grand Paris Express retardé suite au coronavirus

La Seine-Saint-Denis lance un fonds d’aide au paiement des loyers

Ile-de-France: plus d’1 million d’habitants invités à se faire tester dans 32 villes

Nouveau décès du Covid-19 chez les gendarmes de Maisons-Alfort

Le Forum métropolitain du Grand Paris veut auditer la gestion de la crise du Covid 19 en Ile-de-France

Christian Favier réclame une place pour les centres de santé dans le Ségur national

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
COVID19 en Val-de-Marne : Voir la page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi