Coronavirus | Accueil Val de Marne (94) Le Perreux-sur-Marne | 27/04
Réagir Par

Drive culturel chez Folies d’encre à Aulnay, Gagny et Le Perreux-sur-Marne

Drive culturel chez Folies d’encre à Aulnay, Gagny et Le Perreux-sur-Marne
COVID19 en Val-de-Marne : Voir la page

Depuis la mi-mars, les trois librairies indépendantes Folies d’encre de Jacques-Etienne Ully avaient baissé le rideau à Aulnay-sous-Bois, Gagny et Le Perreux-sur-Marne. La semaine dernière, elles ont retrouvé leurs habitués, en mode drive.

Le livre est-il un produit de première nécessité ? La question a fait débat au début du confinement mais les librairies n’ont pas obtenu de dérogation, laissant les lecteurs confinés en prise directe avec les portails d’e-commerce à commencer par Amazon. Pour les libraires indépendants qui misent sur une clientèle de proximité, l’arrêt d’activité a été total. « Du jour au lendemain, le chiffre d’affaires est passé à zéro et j’ai mis au chômage technique mes neuf salariés », témoigne Jacques-Etienne Ully, patron de trois librairies indépendantes fédérées dans l’association Folies d’encre qui en totalise neuf, essentiellement en Seine-Saint-Denis.

« Au début, on a été saisi. Ensuite, il a fallu organiser la résilience. Comme nous ne faisons pas de e-commerce, nous avons été fragilisés », expose le libraire. De fait, la vente en ligne de livres est un métier à part entière. Certains libraires indépendants se sont regroupés sur des plates-formes communes pour résister aux gros portails, à l’instar de Parislibrairies.fr qui réunit des librairies de Paris et sa banlieue, de Placedeslibraires.fr, qui accueille les libraires clients des solutions Tite Live ou encore de LibrairiesIndependantes.com, lequel site vient du reste d’interrompre temporairement ses commandes en ligne en raison des difficultés de livraison. Mais ces solutions ont un coût qui n’est pas forcément compatible avec le modèle économique d’un libraire de proximité. Ces derniers peuvent jouer sur d’autres tableaux comme étoffer leur offre de papeterie, produits de loisirs, jeux… « Que ce soit en Seine-Saint-Denis ou au Perreux-sur-Marne, nos clients sont attachés au consommer local et au lien social. » A condition d’être ouvert bien sûr.

A défaut de faire entrer les lecteurs en cette période de confinement préventif au coronavirus Covid 19, les librairies françaises ont finalement négocié le droit d’enregistrer des commandes à l’avance et de les remettre sur place, sous forme de drive. Une fenêtre de tir à ne pas manquer. « Alors qu’Amazon venait d’être condamné à ne livrer que des produits de première nécessité, nous n’avons pas voulu louper ce moment inédit », reprend Jacques-Etienne Ully. La semaine dernière, le libraire a donc lancé sa première formule d’ouverture en drive, d’abord au Perreux-sur-Marne le vendredi, puis à Aulnay-sous-Bois et Gagny le weekend.

Quelques jours avant, un mail était envoyé aux fidèles et un message posté sur Facebook. Les habitués ont été au rendez-vous. 70 commandes au Perreux, 45 à Gagny, 90 à Aulnay… Avec plusieurs livres à chaque fois. « Au Perreux, j’ai été un peu pris au dépourvu car je n’avais jamais fait cela et je ne me suis pas rendu compte du temps que cela prenait d’aller préparer chaque commande. Du coup, la file d’attente était un peu longue. Le lendemain à Aulnay, je suis arrivé au magasin à 9 heures du matin pour un rendez-vous l’après-midi, et toutes les commandes étaient prêtes. Cela fait vraiment plaisir de retrouver les clients. »

Préparer le déconfinement

Pour le libraire, il s’agit non seulement de pallier la fermeture liée au confinement mais aussi de préparer l’après 11 mai. Il semble en effet peu probable que tout le monde pourra revenir feuilleter à loisir albums et bouquins en toute sérénité, du jour au lendemain. « En librairie, les gens prennent leur temps.Or, nous n’avons que 55 m2. Il nous faudra donc une solution de retrait pour éviter que les gens fassent la queue sur le trottoir. »

« Le chiffre d’affaires que nous avons perdu, nous ne le récupérerons pas »

Un service qu’il faut anticiper dès aujourd’hui. Car après ces six semaines d’activité au point mort, le redémarrage va être crucial pour la librairie. « Depuis la mi-mars, nous ne payons plus rien, mais il faudra rembourser et j’appréhende le mur de la dette. Le chiffre d’affaires que nous avons perdu, nous ne le récupérerons pas. »

En parallèle de ses ouvertures hebdomadaires en drive, le libraire s’est aussi enregistré sur le site Placedeslibraires pour vendre en ligne les livres déjà en stock dans ses magasins. Et le site de l’association Librairies 93, qui fédère les librairies indépendantes de Seine-Saint-Denis, proposera aussi des commandes en ligne à venir récupérer sur place le jour du drive, à partir de cette semaine.

En raison du vendredi 1er mai, la prochaine ouverture de la librairie du Perreux se tiendra jeudi en fin d’après-midi, puis samedi à Aulnay-sousè-Bois et Gagny. Pour passer commande, envoyer un mail au libraire à jeully@hotmail.com.

Lire tous nos articles sur le thème Coronavirus en Val-de-Marne

A lire aussi sur le thème Coronavirus en Val-de-Marne

La Seine-Saint-Denis lance un fonds d’aide au paiement des loyers

Ile-de-France: plus d’1 million d’habitants invités à se faire tester dans 32 villes

Nouveau décès du Covid-19 chez les gendarmes de Maisons-Alfort

Le Forum métropolitain du Grand Paris veut auditer la gestion de la crise du Covid 19 en Ile-de-France

Christian Favier réclame une place pour les centres de santé dans le Ségur national

Comment l’aéroport d’Orly prépare son redécollage sous haute vigilance sanitaire

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
COVID19 en Val-de-Marne : Voir la page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi